La NASA ne pourra pas éviter le sujet indéfiniment. | Niketh Vellanki via Unsplash

La NASA ne pourra pas éviter le sujet indéfiniment. | Niketh Vellanki via Unsplash

Il est temps de parler de sexe dans l'espace

Si l'humanité parvient à envoyer des colons sur Mars, la question se posera forcément à un moment ou à un autre.

Officiellement, des êtres humains n'ont jamais fait l'amour dans l'espace –s'ils l'ont fait, ils sont les seuls au courant. Une affirmation à prendre avec précaution, puisque depuis l'assemblage de la Station spatiale internationale (ISS), des centaines d'astronautes de nombreux pays se sont croisé·es dans ses couloirs.

Parmi les agences spatiales, le sujet reste tabou. En 2008, Bill Jeffs, porte-parole de la NASA, déclarait même sèchement: «Nous n'étudions pas la sexualité dans l'espace. Si c'est votre sujet, il n'y a rien à discuter.»

Pourtant, la NASA envisage une mission habitée sur Mars et SpaceX pense déjà à la coloniser. Dans un futur plus ou moins proche, l'humanité enverra des humain·es effectuer des voyages spatiaux de très longue durée, si ce n'est permanents. Or, plus les missions sont longues et les équipages nombreux, plus le sujet semble inévitable –encore plus s'il est question de colonisation.

Comment l'abstinence prolongée peut-elle agir sur le moral d'une équipe d'astronautes? Quels principes d'hygiène respecter en cas de relations sexuelles? Les agences spatiales évitent d'envoyer des couples dans l'espace, mais si un couple se forme, quelles sont les conséquences pour la dynamique de groupe? Les contraceptions agissent-elles de la même façon que sur Terre?

Et les enfants dans tout ça?

Sur la question du moral, l'une des possibilité est l'«érobotique», ou robots érotiques. Du simple chatbot érotique à des systèmes plus sophistiqués ou à de la réalité virtuelle, ces machines peuvent servir à satisfaire les besoins des astronautes, ainsi qu'à étudier leur comportement sexuel dans l'espace.

Il faut aussi envisager de potentielles conséquences: une grossesse et, à terme, un bébé. Or, on ne sait pas comment réagirait un corps qui porte un enfant dans l'espace. Comment des différences de gravité agiraient-elles sur le développement d'un embryon?

Imaginons une mission sur Mars par exemple, où les individus restent en isolation pendant des mois, où le retour de la mère est impossible et élever un enfant est inenvisageable. Si un avortement est techniquement irréalisable –ou interdit–, une multitude de questions se posent.

Est-il possible de faire confiance aux astronautes pour se protéger et rester abstinent·es? Une abstinence prolongée est-elle seulement réaliste? Si ce n'est pas le cas, faudra-t-il se limiter à des équipages non mixtes ou stérilisés?

En ce moment

Au Texas, un vaccin open source et dix fois moins cher snobé par le gouvernement

Biz

Au Texas, un vaccin open source et dix fois moins cher snobé par le gouvernement

Moins cher et libre d'accès, le Corbevax n'a presque pas été financé par l'État.

Au delà de l'Ukraine, Poutine menace le monde d'une nouvelle crise des missiles

Tech

Au delà de l'Ukraine, Poutine menace le monde d'une nouvelle crise des missiles

La crise ukrainienne n'est que la partie émergée d'un bien inquiétant iceberg.

Pour être moins polluants, les avions américains invités à travailler leur descente

Tech

Pour être moins polluants, les avions américains invités à travailler leur descente

L'une des clés pour émettre moins de gaz à effet de serre.