Cet engin devra tourner très, très, très vite avant de pouvoir échapper à la gravité. | Businesswire
Cet engin devra tourner très, très, très vite avant de pouvoir échapper à la gravité. | Businesswire

Spinlaunch, la catapulte qui pourrait ridiculiser SpaceX

Pour faire chuter le prix de l'envoi de satellites dans l'espace, la start-up a une idée vieille comme le monde.

Et si une idée vieille comme la civilisation, donc comme la guerre, permettait d'accélérer un peu plus encore la course à l'orbite, causant au passage de gros embarras à la rutilante SpaceX? C'est le pari de la discrète start-up américaine SpinLaunch: catapulter depuis la terre des objets dans l'espace en utilisant une force centrifuge et une énergie cinétique poussées vers des sommets dantesques.

Propulser chimiquement dans l'espace de lourdes fusées, qui restent coûteuses même lorsqu'elles sont réutilisables, pourrait alors devenir obsolète pour de nombreux lancements. Les coûts s'effondreraient –il est question d'un accès à l'espace pour 450.000 euros– et des acteurs privés comme publics pourraient multiplier des projets financièrement inaccessibles jusqu'alors.

«Depuis l'aube de l'exploration spatiale, les fusées ont été l'unique méthode pour quitter l'atmosphère, expliquait le fondateur de SpinLaunch Jonathan Yaney à Techcrunch dès 2018. Pourtant, en soixante-dix ans, la technologie n'a bénéficié que de petites avancées incrémentales. Si l'on veut réellement commercialiser et industrialiser l'espace, nous avons besoin de dix fois plus de progrès techniques.»

Énergie cinétique

Bien que le nom de l'entreprise ne laisse que peu de place au mystère, les détails précis sur la méthode que souhaite employer SpinLaunch sont encore entourés du sceau du secret. Toujours selon Techcrunch, il serait logiquement question d'utiliser les effets d'une rotation à très grande vitesse pour s'affranchir de la gravité et envoyer des charges au-delà des limites de l'atmosphère.

Beaucoup doutent de la faisabilité de cette technique. Lancer un projectile à une telle vitesse reviendrait à le fracasser contre un mur en brique, résume le site américain. Qui précise néanmoins que SpinLaunch ne serait pas aussi avancée dans son financement si elle n'avait pu prouver aux investisseurs qu'elle avait entre les mains une solution crédible pour contourner les limites de la physique.

Car si certain·es n'y croient pas, d'autres en revanche placent quelques espoirs et millions de dollars dans l'aventure. La firme a ainsi annoncé un nouveau tour de table de 35 millions de dollars –Airbus Ventures fait partie des anges concernés– qui lui permettra de continuer, dans sa base du Nouveau Mexique, à peaufiner sa possible révolution.

«Dans le courant de l'année, nous espérons changer l'histoire des lancements spatiaux avec la complétion de notre premier test de vol par accélération de masse à Spaceport America», a ainsi claironné Yaney dans un communiqué officiel, faisant référence au spatioport développé par Virgin Galactic à Las Cruces. Les premiers lancements commerciaux, si tout se déroule comme prévu, pourraient avoir lieu en 2022.

En ce moment

Le remdesivir, médicament douteux mais gros profits

Biz

Le remdesivir, médicament douteux mais gros profits

La molécule de Gilead lui a rapporté 873 millions de dollars, malgré une efficacité contestable.

Quel gouvernement pour Mars?, l'IPO record d'Ant Group, Apple se plante, une journée sur korii.

Et Cætera

Quel gouvernement pour Mars?, l'IPO record d'Ant Group, Apple se plante, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

Elon Musk veut (littéralement) faire la loi sur Mars

Et Cætera

Elon Musk veut (littéralement) faire la loi sur Mars

Selon le patron de SpaceX, une fois colonisée, la planète rouge n'obéira à aucune loi ou gouvernement terrien.