La maîtrise des débits de l'eau, une problématique majeure pour l'urbanisme. | Izzy Gibson via Unsplash
La maîtrise des débits de l'eau, une problématique majeure pour l'urbanisme. | Izzy Gibson via Unsplash
Veolia présente

F-Reg, maîtriser la pluie pour prévenir les inondations

La start-up niçoise a mis au point une vanne intelligente permettant de contrôler le flux des précipitations.

En zone urbaine, la pluie peut être une plaie. Couverts par les routes, les trottoirs et les constructions, les sols deviennent imperméables. Cela empêche la bonne absorption de l'eau et, en cas d'intempéries, aggrave le risque d'inondation.

Cela peut aussi faire déborder les réseaux d'eaux usées et engendrer des pollutions. Pour éviter cela, on construit le plus souvent de volumineux bassins qui permettent de stocker l'excédent.

N'était-il pas possible d'imaginer une meilleure solution, préservant le foncier, souvent rare et cher? C'est ce qu'a fait Emmanuel Curinier, ingénieur hydraulicien, alors qu'il était chargé de la lutte contre les inondations pour la ville d'Antibes. Son idée: stocker les eaux de pluie à l'intérieur même du réseau qui les collecte.

Une vanne intelligente

Sa solution nécessitait une innovation technique: une vanne «intelligente» mais entièrement mécanique, capable de laisser passer un peu d'eau en cas de pluie normale, plus d'eau en cas d'averse plus marquée et toute l'eau en cas de précipitations exceptionnelles. «En quelque sorte, plutôt que de construire des parkings, on équipe le réseau de feux de circulation», explique le cofondateur et directeur général de F-Reg.

Le débit est régulé en permanence. La vanne est fermée par un vérin pneumatique; plus la pression de l'eau est forte, plus la vanne s'ouvre. Lorsqu'elle est fermée, un peu d'eau s'écoule via un orifice dédié (ajutage). La conception de ce tour de force technique a nécessité deux ans de R&D.

La solution de F-Reg en vidéo.

En 2011, un premier brevet est déposé. En 2013, Emmanuel Curinier et son associé Thierry Courbon remportent un concours d'innovation de la BPI, doté de 30.000 euros. Ils intègrent alors un incubateur d'entreprises et créent F-Reg en 2014, puis lèvent 400.000 euros auprès de la BPI et de business angels de la région niçoise: l'aventure est véritablement lancée.

Depuis 2016, F-Reg habite la pépinière d'entreprises CEEI à Nice Méridia. À l'équilibre depuis cette année, elle emploie huit personnes. «Nous avons réalisé 170.000 euros de chiffre d'affaires l'an dernier et 350.000 cette année», précise Emmanuel Curinier.

Son premier bureau réunit deux ingénieurs hydrauliciens (études préalables), un docteur en mécanique des fluides (conception des vannes) et un dessinateur-projeteur (modélisation 3D).

Le second bureau abrite les équipes commerciales, marketing et communication ainsi que le poste d'Emmanuel Curinier. Une étagère regroupe la ribambelle de récompenses reçues par F-Reg, notamment celle du Water Resourcer Challenge, coorganisé par Veolia. «Cela nous a aidé à nous faire connaître des décideurs de l'entreprise», précise Emmanuel Curinier.

Veolia soutient l'entreprise depuis ses débuts. «Ils ont été parmi les premiers à vouloir tester nos dispositifs.» L'entreprise a ensuite mobilisé F-Reg, soit en sous-traitance sur des réseaux qu'elle exploite «à Montbéliard et à Cannes», soit en l'incitant à répondre à des demandes spécifiques «à Romans-sur-Isère».

À gauche, Emmanuel Curinier, cofondateur de F-Reg, avec son équipe, dans leurs bureaux niçois.

Versatile et adaptable

La vanne de F-Reg peut être déployée sur les réseaux existants comme sur les nouveaux. Sur les anciens, l'entreprise utilise un scanner 3D pour sonder la forme des canalisations, déterminer la capacité de stockage du réseau et fabriquer des vannes sur-mesure –elle dispose d'un bureau d'études intégré.

Une fois conçues sur-mesure par F-Reg, les vannes sont fabriquées 15 kilomètres plus loin, à Saint-André-de-la-Roche. Pour s'y rendre depuis les locaux de F-Reg, il faut dépasser le stade Allianz Riviera –on aperçoit, au loin, les sommets enneigés du Mercantour.

Chez les sous-traitants, nichés au pied des collines, le découpage des gabarits en plastique est effectué au jet d'eau, celui de l'acier au laser et le pliage s'effectue dans une gigantesque presse.

Dans le cadre de nouvelles constructions, F-Reg fait surdimensionner les canalisations du futur réseau, afin d'y stocker le plus de pluie possible. À Marseille-Euroméditerranée, cela a permis d'économiser environ 5.000 mètres carrés de foncier en évitant la construction d'un bassin de rétention. Le stockage dans le réseau peut aussi se combiner avec des bassins plus petits.

L'une des vannes de F-Reg, installée dans les canalisations marseillaises.

Les vannes de F-Reg ne nécessitent pas de travaux: elles sont glissées «en kit» par les bouches d'égout, puis assemblées en un à deux jours. «À Romans-sur-Isère, on a dû faire passer une vanne de 2 mètres de large et de 55 kilos par une bouche d'égout!», se souvient Emmanuel Curinier.

Il n'existe pas de concurrence sur notre offre. Nous voulons devenir un acteur reconnu, aller vers l'international et doubler notre chiffre d'affaires chaque année pendant au moins cinq ans. Je pense que nous avons une carte à jouer.
Emmanuel Curinier, ingénieur hydraulicien et cofondateur de f-reg

L'entreprise stocke son matériel dans un atelier situé plus au Sud, à Antibes, près de l'imposant technopole de Sophia Antipolis. Outils, niveaux laser et trépieds, casques, ventilation, détecteurs de gaz et masques à oxygène... Autant d'objets indispensables pour monter les vannes en toute sécurité: le H2S (sulfure d'hydrogène), un gaz qu'on trouve parfois dans les égouts, peut en effet être mortel.

Avenir prometteur

Si l'activité n'est pas de tout repos, l'avenir sourit à F-Reg. «Il n'existe pas de concurrence sur notre offre. Nous voulons devenir un acteur reconnu, aller vers l'international et doubler notre chiffre d'affaires chaque année pendant au moins cinq ans. Je pense que nous avons une sacrée carte à jouer», s'enthousiasme le directeur général. Ça coule de source.

Cet article vous est proposé par korii et Veolia dans le cadre de Green Mirror, un événement éditorial écrit et audio pour voyager dans le temps, prendre conscience et réfléchir sur les enjeux qui nous attendent collectivement face au changement climatique. Comment agir dès maintenant face à l'urgence?

Découvrez les solutions déjà existantes ou prometteuses à travers notre série d'articles et de podcasts publiés sur notre site-événement.

En ce moment

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

Biz

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

L'occasion fait le larron.

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Tech

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Le module russe Nauka a donné quelques sueurs très froides à la Nasa.

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Et Cætera

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Des pans entiers du savoir humain tombent dans l'oubli.