Après une année 2018 à oublier, 2019 sera-t-elle celle du renouveau de Facebook? | Rob Hampson via Unsplash

Après une année 2018 à oublier, 2019 sera-t-elle celle du renouveau de Facebook? | Rob Hampson via Unsplash

Messenger, Instagram, WhatsApp: une fusion et de sacrés problèmes

Mark Zuckerberg aimerait unifier ses services vedettes, mais cela n'a rien de simple.

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, veut rassembler ses applications de messagerie Messenger, WhatsApp et Instagram. Les trois services resteront utilisables indépendamment mais leur infrastructure technique sera unifiée.

L'opération pourrait se montrer plus compliquée que prévue en matière de sécurité. Facebook a vécu une année 2018 mouvementée, rythmée par des scandales de piratage de données personnelles qui ont entamé la confiance de ses utilisateurs et utilisatrices. Pour y remédier, Mark Zuckerberg souhaite que cette nouvelle plateforme de messagerie intègre un chiffrement de bout en bout. Pour l'instant, seul WhatsApp supporte ce système de sécurité par défaut, quand Messenger propose une fonction optionnelle de «conversation secrète», alors que l'appli Instagram ne dispose de rien d'approchant.

La mise en œuvre de ce niveau de cryptage n'a rien d'une simple formalité. Il ne suffit pas de cocher une option pour sécuriser Instagram alors même que la structure originelle de l'application n'a pas été conçue dans cette optique. Les ingénieures et développeurs du géant américain ont jusqu'à fin 2019 ou début 2020, selon le New York Times, pour réaliser cette prouesse.

Plus de questions que de réponses

La fusion pose aussi la question de l'anonymat. Pour s'inscrire sur WhatsApp, un numéro de téléphone suffit là où Facebook demande de renseigner son identité. Rien n'a été précisé concernant le maintien de ces méthodes d'authentification une fois l'unification mise en place.

Ce changement de stratégie voulu par Mark Zuckerberg est aussi un moyen de retenir les internautes dans l'écosystème de Facebook, qui rassemble, grâce à ces trois services de messagerie, plus de 2,6 milliards de personnes. L'interconnexion facilitera l'utilisation pour échanger des messages, des documents ou des photos. Un moyen de renforcer sa position sur un marché très concurrentiel également investi par Apple et Google.

Mark Zuckerberg compte profiter de ce changement de cap pour faire oublier les casseroles de Facebook. Mais, face aux tempêtes à répétition qu'il essuie depuis quelques mois, il devra clairement détailler sa politique sur les épineuses questions de la sécurité des données personnelles et de l'anonymat.

En ce moment

Bedford, un réseau social pour deux

Et Cætera

Bedford, un réseau social pour deux

Lancée par Joshua Kushner, l'application fait le pari d'un espace intimiste, utilisable par deux personnes seulement.

Le Brexit coûte presque aussi cher que 47 ans de contribution au budget de l'UE

Biz

Le Brexit coûte presque aussi cher que 47 ans de contribution au budget de l'UE

Une indépendance relative et chèrement acquise.

La big data donne du grain à moudre au café

Biz

La big data donne du grain à moudre au café

La start-up Cropster a lancé un outil visant à sortir les producteurs de café de la pauvreté –avec, à terme, de plus vastes ambitions.