Messenger et Instagram bénéficieront bientôt du même niveau de chiffrement que WhatsApp. | Jamie Street via Unsplash
Messenger et Instagram bénéficieront bientôt du même niveau de chiffrement que WhatsApp. | Jamie Street via Unsplash

Facebook refuse de laisser la police accéder à WhatsApp et Messenger

Le bras de fer continue entre le réseau et les gouvernements qui veulent un accès aux conversations.

Voilà quelques mois maintenant que les entreprises qui offrent des solutions de communications chiffrées et le gouvernement des États-Unis sont en conflit. En octobre, les ministres de l'Intérieur américain, anglais et australien ont écrit une lettre ouverte à Mark Zuckerberg pour lui demander de laisser «la police accéder légalement» aux conversations des personnes qui utilisent ses services de messagerie privée.

Facebook est particulièrement visé car son application WhatsApp, téléchargée sur plus de 2 milliards de smartphones, est dotée d'un chiffrement de bout en bout. Celà veut dire que, en théorie, aucun tiers ne peut décrypter les messages envoyés. Ni la police, ni des hackers, ni WhatsApp elle-même.

En réponse, Will Cathcart et Stan Chudnovsky, respectivement directeurs de WhattsApp et Messenger, ont rédigé à leur tour une lettre où ils refusent catégoriquement d'accéder à la demande des trois ministres:

«La porte d'entrée que vous nous demandez pour la police profiterait aussi aux criminels, hackers et aux régimes répressifs, en créant un nouveau moyen de pénétrer dans nos systèmes et laisserait tous nos utilisateurs exposés à des risques dans le monde réel.»

Une priorité pour la justice américaine

Une telle réponse n'est pas surprenante de la part de Mark Zuckerberg, qui début 2019 annonçait justement qu'il voulait que les infrastructures de Messenger et de la messagerie d'Instagram soient unifiées avec celle de WhatsApp, afin qu'elles bénéficient toutes du chiffrement de bout en bout.

William Barr, le ministre de la Justice des États-Unis, ne compte pas laisser tomber aussi facilement. Il a déclaré que gérer les problèmes créés par un chiffrement solide était l'une des «plus hautes priorités» du département de la justice.

Pour lui, le chiffrement profite aux cartels, aux terroristes, aux réseaux pédo-pornographiques et autres criminels qui peuvent se cacher derrière des applications hors de portée de la police, même lorsqu'elle dispose d'un mandat.

S'il veut aller jusqu'au bout, le procureur général pourrait, s'il le souhaite, porter l'affaire devant les tribunaux afin de contraindre Facebook à se plier à sa volonté. Ce n'est pas la première fois que la justice des États-Unis a de telles exigences.

En 2016, après la fusillade de San Bernardino en Californie, le FBI avait demandé à Apple de débloquer l'iPhone de l'un des tireurs. Tim Cook avait alors refusé, invoquant les mêmes raisons que Mark Zuckerberg. Le FBI ayant finalement réussi à débloquer le téléphone lui-même, l'affaire avait finalement été abandonnée sans créer de jurisprudence.

En ce moment

Les camions fantômes de Nikola, la bourde d'Intel, les pénuries du vaccin anti-Covid, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Les camions fantômes de Nikola, la bourde d'Intel, les pénuries du vaccin anti-Covid, l'hebdo de korii.

Dix articles pour mieux profiter de votre dimanche.

Entre SF et propagande: la conquête spatiale soviétique en images

Et Cætera

Entre SF et propagande: la conquête spatiale soviétique en images

Un livre retrace les décennies du magazine Teknika Molodezhi et ses illustrations futuristes qui ont marqué des générations de Russes.

La mort au bout du ransomware

Et Cætera

La mort au bout du ransomware

Une cyberattaque mal ciblée a paralysé un hôpital allemand et peut-être causé la mort d'une femme.