De la fibre optique, déroulée dans une usine à Romagny. | Jean-François Monier / AFP
De la fibre optique, déroulée dans une usine à Romagny. | Jean-François Monier / AFP

Le déploiement de la fibre optique, «une pandémie de malfaçons»

La précipitation et la sous-traitance massive provoquent parfois des résultats catastrophiques.

Malgré la crise du Covid-19, le gouvernement maintient toujours son objectif de 100% fibre sur l'ensemble du territoire pour 2025. Sauf que si les opérateurs déploient leurs fils à tour de bras pour y parvenir, cette précipitation semble se faire au prix de la qualité.

Un récent communiqué de l'Avicca (Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l'audiovisuel) alerte ainsi sur une «pandémie de malfaçons» dans le déploiement de la fibre, notamment en raison du recours massif à la sous-traitance, désignée sous l'acronyme STOC (sous-traitance opérateurs commerciaux).

«La pose à “l'arrache” n'a hélas jamais aussi bien porté son nom, dénonce l'association. Les forums internet dédiés foisonnent de photos de passage de câbles et de fixation hasardeuse des prises clients.»

Elle cite pêle-mêle des armoires de raccordement dissimulant des «plats de nouilles» formés par les câbles, les cassettes décrochées et les déchets d'intervention au sol, ou encore des PBO (boîtiers de raccordement à proximité des habitations) dont la fibre pincée dépasse du couvercle, ou dont le couvercle est arraché.

Nouilles optiques

«Laissons les raccordements à la fibre aux acteurs locaux!», clame ainsi l'Avicca, qui constate «l'état toujours impeccable du réseau cuivre d'Orange cinquante ans plus tard, comparativement à n'importe quelle armoire fibre cinquante jours après une ouverture».

Cette multiplication des malfaçons est d'autant plus scandaleuse qu'elle est due à une précipitation pas toujours justifiée. «La crise sanitaire a considérablement aidé à vendre la fibre à des personnes qui ne cernaient pas toujours l'intérêt du FttH [Fiber to the Home, ou “Fibre jusqu'au domicile”] avant le confinement, raille le site Localtis. Cet afflux d'abonnements a pour conséquence de créer des tensions dans la partie raccordement des clients.»

Après avoir longtemps nié le problème, les opérateurs semblent décidés à réagir. Lors de l'université du THD (très haut débit) qui s'est tenue les 20 et 21 octobre 2020 aux Sables d'Olonne, Fabien Gevaert, représentant d'Axione, a ainsi fait état «d'expérimentations en cours» et «d'un nouveau contrat type» avec les sous-traitants pour clarifier les responsabilités et répartir la charge financière de la résolution des désordres.

Pour sa part, l'Avicca attend beaucoup d'une mission de contrôle des déploiements FttH que vient de lancer l'État, qui devra s'intéresser à la qualité des équipements installés.

Quant à celles et ceux dont le réseau fibre est éternellement en panne, les opérateurs ont une solution: passer par la 4G. Quitte, naturellement, à inciter leur clientèle à opter pour un forfait plus cher.

En ce moment

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Et Cætera

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Tech

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Produire sa nourriture dans des trous, c'est le concept audacieux de GreenForges.

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

Tech

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

La vitesse du vent a tendance à s'affaiblir sous les latitudes tempérées, ce qui compromet le potentiel des éoliennes.