Vous ne voyez presque pas les pontons? C'est normal, ou du moins prévu. | Giuseppe CACACE / AFP
Vous ne voyez presque pas les pontons? C'est normal, ou du moins prévu. | Giuseppe CACACE / AFP

Formule 1: le pari technique fou de la Mercedes W13 dévoilée à Bahreïn

Les pontons ont disparu, et les autres équipes se grattent la tête.

2022, nouveau championnat, nouvelles règles financières et, surtout, nouveau règlement technique pour la Formule 1. Pour tenter de pimenter son spectacle, rester dans les clous de budgets beaucoup plus serrés, permettre aux autos sur piste de mieux se suivre donc plus se doubler, la discipline reine du sport mécanique a bouleversé la philosophie aérodynamique de ses voitures, préférant désormais l'effet de sol aux complexes (et coûteux) appendices et ailerons vus par le passé.

Comme à chaque changement radical de règlement technique, et bien que celles-ci aient semble-t-il été particulièrement bien bordées, il existe une possibilité, qui fait une partie du sel de ces bouleversements.

Une écurie ou une poignée d'équipes peuvent découvrir une faille, une zone grise leur permettant d'expérimenter avec une solution unique, à même de leur offrir un avantage décisif sur la compétition.

Et si les premiers essais de pré-saison à Barcelone, fin février, ont été l'occasion pour les équipes, leurs ingénieurs, les amateurs de la discipline, d'admirer l'ensemble des adaptations au règlement imaginées par les écuries, il restait une grosse, une très grosse surprise à venir.

Comme avancé par un indiscret de la presse italienne les jours précédant la seconde session d'essais de pré-saison, cette fois à Bahreïn, Mercedes est arrivée avec une monoplace très différente de ce qu'elle avait pu montrer lors de ses premiers tours de roues. Et, pour ainsi dire, très différente de tout ce que nous avons pu voir dans l'histoire de la discipline.

La disparition

Tout se joue au niveau des pontons, les prises d'air latérales permettant d'alimenter les moteurs hybrides des monoplaces en air frais. Les pontons sont un élément traditionnel, immuable d'une Formule 1. Personne n'imagine une auto sans roue, personne n'imagine non plus une F1 sans le galbe rebondi de ces indispensables éléments mécaniques et aérodynamiques.

C'était du moins le cas jusqu'au 10 mars, et le dévoilement de la W13 revue et corrigée en vue des essais de Bahreïn et du premier grand prix de la saison, le 20 du même mois, au même endroit.

Les pontons? Mercedes a fait l'impensable: comme l'expliquent The Drive ou Autosport, à la grande surprise des instances de la F1 elles-mêmes et comme chacun peut le voir sur une monoplace au design particulièrement agressif, l'équipe de Brackley les a fait disparaître, presque intégralement. Peau de chagrin.

D'autres teams ont essayé de réduire au maximum l'empreinte aérodynamique des pontons de leurs nouvelles monoplaces, notamment Williams, écurie proche de Mercedes, qui lui fournit ses moteurs. D'autres encore ont au contraire fait dans l'imposant (mais très beau) comme Ferrari, dont on dit que le moteur revu et corrigé serait cette année redoutable de puissance.

Mais aucune n'a essayé ou est arrivée à faire ce que Mercedes a réussi à faire. Sans doute pas par hasard: on imagine que les résultats des intenses simulations informatiques présidant désormais à la conception de nouvelles monoplaces ont confirmé à l'équipe que l'étroite voie choisie par l'équipe promettait un gain significatif, peut-être décisif, sur la concurrence.

Pour son tour de force, Mercedes a fait ce que les équipes savent le mieux faire: interpréter le règlement pour jouer avec ses limites, trouver l'impensable détail qui lui permettait une petite révolution. Une partie de la chose tient à la manière dont l'équipe s'est servi de l'une des deux structures d'impact latéral (SIPS), imposées à toutes les automobiles pour la sécurité des pilotes en cas de crash.

Mercedes a tout simplement fait sortir l'une de ces deux SIPS des pontons où ils trouvaient auparavant refuge. Deux avantages: cela lui permettait de faire fondre le reste dudit ponton comme neige au soleil, tout en faisant du SIPS un complexe support pour rétroviseur se doublant d'un appendice aérodynamique jamais vu auparavant, et peut-être d'une importance cruciale.

Est-ce que cela fonctionne? La voiture roule, et semble bien rouler. Difficile d'en dire plus en termes de performances: chacun prend bien soin de cacher au mieux son jeu et ses atouts lors des essais de pré-saison, pour mieux surprendre ses adversaires le jour du premier grand prix.

Mais un indice ne trompe pas: s'il a nié ensuite avoir tenu de tels propos, bien qu'il ait confirmé avoir parlé au journaliste de Motor Sport und Sport les ayant rapportés, le team manager de Red Bull, Christian Horner, semble douter de la légalité de la solution imaginée par Mercedes.

Un «pas trop loin» qui ne respecterait pas «l'esprit de la réglementation», aurait-il ainsi dit jugeant à propos du curieux appendice-rétroviseur qu'il constituait «un aileron illégal».

De très haute lutte et après un ultime grand prix au déroulement abracadabrantesque, Red Bull et Max Verstappen chipaient en 2021 le titre de champion du monde pilote à l'ultra-dominateur tandem Lewis Hamilton-Mercedes. Le bras de fer va pouvoir reprendre, mais les amertumes de Red Bull et Christian Horner semblent indiquer que le pari fou de Mercedes fait déjà trembler ses rivales.

En ce moment

Les SMS d'Elon Musk et de ses copains milliardaires, «de la merde contre les murs»

Tech

Les SMS d'Elon Musk et de ses copains milliardaires, «de la merde contre les murs»

Fayotage, idées à la noix et egos géants: le rachat de Twitter, c'est pas joli joli.

L'alignement de l'Arabie saoudite avec la Russie est un désastre total

Biz

L'alignement de l'Arabie saoudite avec la Russie est un désastre total

Pour la Maison-Blanche, pour l'Ukraine et pour votre plein d'essence.

Le M982 Excalibur, un obus guidé par GPS qui fait très peur à la Russie

Tech

Le M982 Excalibur, un obus guidé par GPS qui fait très peur à la Russie

Le Pentagone a confirmé la fourniture massive à l'Ukraine de ce redoutable projectile.