On touche là, ni plus, ni moins qu’à l’évolution du poste de gardien. | Paris Football Club
On touche là, ni plus, ni moins qu’à l’évolution du poste de gardien. | Paris Football Club

Le futur du football s’écrit en réalité virtuelle

Des drones aux casques VR, le coach Mickaël Boully utilise des méthodes avant-gardistes pour entraîner les gardiens du Paris Football Club.

N’en déplaise aux fans du PSG, il y a bien une vie à Paris en dehors de Neymar et Mbappé! Loin du glamour des soirées de Champions League, le Paris Football Club joue ainsi chaque week-end son football normal dans l’antichambre de l’élite. La recette maison? Pas de stars, un effectif soudé et des dirigeants expérimentés. Les résultats sont là: sans pétrole mais avec des idées, l’autre club parisien se hisse aujourd’hui à la quatrième place du classement de Ligue 2 Domino’s. En coulisses, il se murmure que l’utilisation de la tech ne serait pas étrangère à la solidité de l’équipe…

Du physique au cognitif

Pour percer le mystère, korii. a chaussé ses crampons et mis le cap direction Orly, au sud de la capitale. C’est là, à quelques encablures de l’aéroport du même nom, que le PFC a installé son nouveau centre d'entraînement, un complexe flambant neuf de 7,5 hectares dédié à l’équipe première, aux féminines ainsi qu’aux jeunes pousses du centre de formation. Des fonctions administratives aux salles de musculation en passant par les terrains d'entraînement, tous les outils se trouvent ici rassemblés pour satisfaire à la quête de performance.

En nous guidant à travers ce dédale au parfum de peinture fraîche, Mickaël Boully, l'entraîneur des gardiens de la maison, peine à contenir son enthousiasme. Après un passage remarqué en sélection d’Algérie (il a participé à la belle campagne des fennecs lors du Mondial 2014), le coach possède désormais en son nouveau fief parisien la possibilité d’innover à sa guise. Une chance rare. Souvent jugées révolutionnaires, ces séances d'entraînement détonnent. À la traditionnelle phase d’échauffement s’ajoute en effet une série «d’exercices cognitifs» utilisant tout le potentiel immersif du virtuel.

«On croit souvent qu’il n’y a que le physique qui compte mais en tant qu’entraîneur des gardiens, c’est surtout le travail du regard, des sens, le rapport à la prise d’informations qui m’intéressent, explique le technicien. Au niveau du cerveau, certains exercices permettent d’améliorer la prise de décision afin de mieux gérer des situations de matchs, tous ces cas épineux que mes gardiens peuvent rencontrer sur un terrain…»

Pour peu, la scène emprunterait au film d’anticipation… Dans une salle spécialement dédiée à l’entraînement vidéo, Vincent Demarconnay, Didier Ovono et Christopher Dilo, les trois gardiens de but du club, enchaînent les exercices. Sur une large bande de pelouse synthétique, simplement retenus par une sangle, ces derniers font face à un écran géant. Celui-ci diffuse des phases d’attaque-défense extraites du jeu vidéo FIFA 19, best-seller bien connu des gamers.

Sitôt que le ballon s’approche de la surface de réparation virtuelle, les gardiens se déplacent, dictent leur consignes aux défenseurs et plongent pour attraper une balle… qui n’existe pas!

Les trois gardiens de but enchaînent les exercices sur FIFA 19. | Paris Football Club

«Mon souci, explique Boully, est de ne rien laisser au hasard. Puisqu’au haut niveau tous les détails comptent, la technologie nous permet d’étudier les tactiques préférentielles de nos adversaires, les chemins de passe en phase offensive... Face à l’écran, nous travaillons nos points faibles comme nos points forts. En fin de compte, loin des idées reçues, la technologie n’éloigne pas du réel, bien au contraire: elle permet de mieux nous y préparer!»

Ultra immersive, la méthode a ses avantages: en plus de mettre le gardien en situation, elle booste la vigilance et permet de rentrer progressivement dans la préparation de match.

La VR, de l’armée au carré vert

Après l’exercice face à l’écran, les athlètes passent la vitesse supérieure. En salle d’abord puis sur le terrain, ils enfilent chacun leur tour des masques de réalité virtuelle. Objectif: permettre une immersion totale dans le contexte du match du week-end. De l’environnement visuel aux bruit engendrés par les chants et huées des supporters, tout est fidèlement reproduit dans l’appareil. Le staff du club pousse l’exigence jusqu’à prendre chaque stade en photo pour les intégrer à sa base de données. Exigeant en ce qu’il fait appel à la réflexion, aux réflexes et aux capacités athlétiques, l'entraînement va bon train.

En reposant son casque juste après sa session, Vincent Demarconnay analyse: «La VR a un effet palpable sur le stress: notre niveau cardiaque a considérablement baissé avec l’habitude, y compris lorsque le niveau de difficulté est élevé. Grâce au casque, on peut reproduire en amont ce genre d’ambiances très chaudes, parfois hostiles qui peuvent déstabiliser. Ca permet d’habituer le joueur en lui donnant les clés pour faire face le jour J».

En immersion totale dans le contexte du match à venir | Paris Football Club

Un petit point technique s’avère ici nécessaire. Un brin plus perfectionnés que les modèles vendus dans le commerce, les casques utilisés par le PFC sont des prototypes fournis par la société américaine EON Reality. Mais reconnaissons à Mickaël Boully la primeur de la découverte. Car avant de devenir une solution high-tech à destination des club professionnels, la VR a d’abord été utilisée et perfectionnée par les armées du monde entier.

«En 2013, raconte Boully, je rencontre un militaire de l’armée de l’air qui s’occupe de l'entraînement des pilotes de chasse. Nous avons commencé à travailler ensemble sur divers projets, hors foot. Depuis cette époque, je suis plusieurs fois allé en immersion avec les pilotes et me suis servi de ces expériences pour les intégrer à ma méthode d'entraînement.» La VR suit ici le chemin classique de nombre d’innovations: développée par l’armée, elle débarque aujourd’hui dans le sport de haut niveau et devrait voir ses usages quotidiens se développer, du divertissement à la médecine en passant par l’industrie du X

L'émergence annoncée du sportif amélioré

Du haut de ses 36 ans et de ses 106 sélections internationales sous le maillot du Gabon, Didier Ovono, formé avec les méthodes d’hier, mesure l’apport de la VR: «Un jeune gardien entraîné avec ces méthodes pourra très tôt acquérir un bagage technique et une expérience énormes. Si tu entreprends ce travail dès la formation, tu gagnes un temps précieux et tu te donnes les moyens d’aller beaucoup plus loin dans ta carrière...».

Son coéquipier Vincent Demarconnay dresse le même constat: «Le haut niveau se joue à des détails. Tout le monde sait plonger, tout le monde a de bons réflexes. Ce qui fait la différence, c’est donc la vigilance, la concentration, la rapidité dans la prise de décision. Voilà pourquoi ces nouvelles méthodes sont précieuses!».

On touche là, ni plus, ni moins qu’à l’évolution du poste de gardien. Depuis une décennie, sous les effets du big data, des drones et des trackers GPS, les gardiens ont considérablement modifié leur style de jeu: leur appétence pour le jeu au pied s’est accrue, de nouveaux profils de portiers plus techniques et participant activement à la possession du ballon ont émergé. À en croire Mickaël Boully, cette petite révolution n’en serait qu’à ses débuts: «Dans un avenir plus ou moins proche, on pourrait tout à fait imaginer les gardiens de but porter des lentilles de contact connectées. Grâce à elles, le joueur aurait accès à un tas d’informations transmises en temps réel par le banc de touche».

En cas de penalty, Le dispositif trouverait une application très concrète. Depuis ses cages, rompant avec sa légendaire solitude, le gardien de but aurait accès aux statistiques du tireur lui faisant face, aux vidéos de ses derniers tirs ainsi qu’aux diverses consignes de son coach. Un arsenal d’aides qui bouleverserait le rôle du hasard et la notion romantique mais visiblement dépassée de «glorieuse incertitude du sport». Bienvenue dans l’ère du sportif amélioré!

En ce moment

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.