Un groupe de manifestant·es à Charlotte, aux États-Unis, le 30 mai 2020. | Clay Banks via Unsplash
Un groupe de manifestant·es à Charlotte, aux États-Unis, le 30 mai 2020. | Clay Banks via Unsplash

Comment manifester sans se faire fliquer ses données

Quelques conseils pour protéger vos informations personnelles, même en cas d'interpellation.

De part et d'autre du globe, la mort de George Floyd a ému les foules, faisant naître des mouvements de protestation. Mais manifester signifie parfois laisser de côté un aspect crucial: la protection de ses données numériques.

Localisation, messages, photographies de vous-même ou de vos proches, voici des astuces pour éviter que ces informations et contenus ne soient partagés et analysés.

Localisation secrète

Sécurité rime bien souvent avec discrétion. Il est donc préférable de désactiver les paramètres de localisation de votre téléphone portable. Sur les iPhones et les smartphones opérant sous Android, la manœuvre ne nécessite que quelques clics –un mode avion peut faire l'affaire.

Si vous êtes connecté·e à un compte Facebook, Instagram ou Twitter, vérifiez que vos données ne transmettent pas votre localisation en temps réel.

Faites en outre attention à ce que les photos ou textes que vous partagez sur les réseaux sociaux ne contiennent pas d'indices sur l'endroit où vous vous trouvez. Créer un nouveau compte, moins identifiable, est une autre solution pour passer incognito.

Smartphone de rechange

Il est notre outil le plus précieux, souvent scotché à notre main, mais au cœur des rassemblements, le smartphone peut nous trahir. Si vous tenez à transmettre des informations par téléphone ou prendre d'éventuelles photos ou vidéos de ce que vous voyez, optez pour un appareil différent de celui que vous utilisez habituellement.

Certains smartphones à moindre coût sont de bonne qualité; choisissez un modèle résistant –le risque de casse est élevé en manifestation– et veillez à ce qu'il contienne le moins de données personnelles possible.

Si disposer de deux téléphones n'est pas à votre portée, pourquoi ne pas simplement vous séparer de votre portable le temps de la mobilisation? Si vous vous rendez à plusieurs à l'événement, convenez à l'avance d'un horaire et d'un lieu de rendez-vous, afin de ne pas perdre vos ami·es dans la foule.

Déverrouillage manuel

Pour une sécurité maximale, désactivez vos outils de déverrouillage biométrique, tels que Face ID ou Touch ID. En cas de garde à vue, il est facile pour la police de débloquer votre appareil grâce à votre doigt ou votre visage; un code est plus difficile à deviner, et on ne peut légalement pas vous forcer à le donner.

Il est enfin recommandé de se servir d'une messagerie cryptée, qui empêche la consultation du contenu de vos échanges personnels. WhatsApp est la plus connue, mais vous pouvez aussi vous tourner vers Signal ou Telegram.

Inutile d'être un génie de l'informatique pour protéger ses données et son identité: armé·e de toutes ces techniques, ainsi que de celles vous permettant, si la loi l'autorise, de déjouer une reconnaissance faciale de plus en plus présente, vous êtes paré·e pour aller manifester l'esprit tranquille.

En ce moment

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Et Cætera

Un PowerPoint qui tue, la fusée géante de la NASA, l'astuce pour tromper les GAFAM, l'hebdo de korii.

Les dix meilleurs articles de la semaine, pour un dimanche sans une trace d'ennui.

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Tech

Un polymère transforme vos déchets électroniques en or

Vos vieux ordis ou smartphones contiennent des trésors qui peuvent être extraits grâce à la chimie.

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Tech

Grâce à ses batteries, le nouveau TGV japonais résiste aux séismes

Le Shinkansen N700S -avec un «S» pour «suprême»- peut se déplacer même en cas de coupure de courant.