Depuis le lancement de sa première version en 2012, 25 millions d'exemplaires ont été écoulés. | Raspberry Pi
Depuis le lancement de sa première version en 2012, 25 millions d'exemplaires ont été écoulés. | Raspberry Pi

Petit, abordable, puissant, le nouveau Raspberry Pi veut offrir l'informatique au monde entier

Trois fois plus puissant que sa version précédente, le micro-ordinateur veut s’emparer de nouveaux marchés.

Conçu pour permettre au plus grand nombre de s'initier à l'informatique, le Raspberry Pi, micro-ordinateur personnel à prix tout doux nourrit aujourd'hui l'ambition de se diffuser plus largement encore aux quatre coins du globe.

Le petit engin, vendu depuis sa naissance à plus de 25 millions d'exemplaires, arrive avec une nouvelle version baptisée Raspberry Pi 4 model B suffisamment puissante pour prétendre remplacer les traditionnels ordinateurs dispendieux –de quoi amplifier encore un succès déjà phénoménal.

En 2012, grâce à une carte comprenant tous les composants essentiels d'un PC et vendu à un prix défiant toute concurrence, Raspberry Pi a su devenir une référence, notamment pour l'initiation au codage.

Petit mais costaud

Comme le rapporte Wired, le gouvernement britannique avait vu en cet ordinateur miniature un potentiel intéressant et avait remis à l'époque une enveloppe de 78 millions de livres sterling à la fondation Raspberry Pi pour développer son projet.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la plupart des appareils Raspberry Pi ne sont pas vendus au grand public ou à la sphère éducative. Près de la moitié de la production est destinée aux industriels: un succès pour le moins surprenant, qui pousse le fabricant à maintenir la production de ses anciens modèles.

La nouvelle version du Pi ne ressemble plus à une simple carte informatique mais à un véritable PC qui semble prêt à prendre sa place dans de nombreux systèmes, personnels comme professionnels. «Votre petit ordinateur à double écran... et le cerveau de votre robot, le hub de votre smart home, un média center, le cœur d'un système d'IA, un contrôleur d'usine, et bien plus», explique ainsi le site officiel du produit.

Malgré des performances en hausse, le prix de la machine de base reste, lui, abordable: de 38 euros pour la version avec 1Gb de RAM à 59 euros pour celle, plus musclée, dotée de 4Gb de mémoire vive, il reste incroyablement accessible.

Cap sur les pays en développement

Avec une plateforme inédite, Raspberry Pi 4 s'éloigne des anciens processeurs moins puissants utilisés jusque-là. L'ordinateur miniature est équipé d'un quad-core, 3 ports USB, 2 ports HDMI capables de prendre en charge des vidéos en 4K en plus de son port Bluetooth. Une puissance triplée par rapport à sa version précédente, qui aiguise l'appétit d'Eben Upton. Le fondateur et PDG de Raspberry Pi vise une distribution à grande échelle de son mini-ordi.

«Nous pensons que le Raspberry Pi 4 est pertinent dans les pays développés, pour le grand public comme dans les secteurs industriels et de loisirs et qu'il s'appuie sur le succès que nous avons déjà connu. [...] Mais nous pensons que c'est aussi un dispositif intéressant pour les pays en développement», explique le Britannique.

Le fondateur s'appuie notamment sur la robustesse de l'appareil et sa puissance –suffisante pour alimenter deux postes de travail–, des caractéristiques qui faciliteraient encore son implantation dans les pays pauvres, dans des écoles ou des cybercafés aux moyens limités.

L'entreprise prévoit d'ailleurs de recruter de nouvelles personnes pour l'aider à trouver des partenaires locaux afin d'augmenter ses ventes, notamment sur le continent africain.

«À quoi les choses ressembleront-elles dans sept ans? Il semble que tout le monde, partout, aura la chance d'avoir accès à une informatique généraliste et pourra profiter de l'opportunité d'apprendre à programmer», conclue Eben Upton. Ce qui, concernant le développement, pourrait contribuer à changer la donne.

En ce moment

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Les Japonaises interdites de lunettes, xHamster mieux que Facebook, sécuriser son iPhone, aujourd'hui sur korii.

Le récap' du jour.

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Et Cætera

Google aspire les données médicales de millions de personnes à leur insu

Dans le cadre du «Projet Nightingale», des hôpitaux lui transmettent leurs données sans en informer les patient·es.

Les entreprises japonaises interdisent à leurs employées de porter des lunettes

Et Cætera

Les entreprises japonaises interdisent à leurs employées de porter des lunettes

La mesure n'est que l'une des nombreuses contraintes que les Japonaises doivent respecter au travail.