L'internet d'avant l'internet. | Joshua Coleman via Unsplash
L'internet d'avant l'internet. | Joshua Coleman via Unsplash

Télécharger un jeu vidéo par la radio: la fabuleuse histoire du BASICODE

La pratique durera une décennie, avant que les jeux 16 bits ne sifflent la fin de la récré.

Nous sommes en l'an de grâce 1977. Avec la «Trinité» Apple II, Commodore PET et TRS-80, le monde découvre, stupéfait, la toute-puissance de l'ordinateur personnel et de son micro-processeur.

Malgré les monts et merveilles promis par les commerciaux d'antan, ces grosses machines à écrire, qui nécessitent d'être reliées à un téléviseur, ne permettent alors pas grand-chose, excepté programmer en BASIC, s'instruire… et jouer.

Des milliers d'utilisateurs concoctent leurs propres programmes et se les échangent sur le seul support de stockage accessible à l'époque, la cassette audio. Le piratage explose: des copies de logiciels propriétaires circulent entre geeks, quand ce ne sont pas des logiciels maison qui tournent sous le manteau.

À l'aube des eighties, des ingénieurs du diffuseur audiovisuel néerlandais Nederlandse Omroep Stichting (NOS) ont une épiphanie technique: ils réalisent que, puisque les logiciels de l'époque sont stockés sur des cassettes audio, il est possible d'émettre des flux de données à la radio pour que les utilisateurs les enregistrent.

Le téléchargement par ondes sonores est né. Rapidement, NOS développe une émission, Hobbyscoop, pour diffuser ses programmes. Les auditeurs n'ont qu'à brancher la sortie audio de leur poste de radio à l'entrée de leur ordinateur, et les données s'écrivent sur bande. Pour le non-initié, le son qui sort de la radio ressemble à ceux de nos modems ancestraux.

Vie et mort du Basicode

Forcément, tout n'est pas parfait. Chaque séquence de données devait être diffusée quatre fois, et la moindre interférence de signal rendait le téléchargement incomplet.

En 1982, frustrés des incompatibilités entre les machines, les ingénieurs néerlandais développent un standard de traduction du BASIC pour chaque appareil, Basicode, surnommé «l'espéranto pour ordinateurs», qui connaîtra deux évolutions importantes en 1984 et 1986.

Les applications en Basicode, appelées bascoders, sont téléchargées aux Pays-Bas et jusqu'en Allemagne de l'Ouest, rappelle le musée virtuel dédié à Hobbyscoop. En dix ans, NOS diffusera plus de soixante programmes, dont de nombreux jeux vidéo.

En Europe, l'idée fait des petits, se souvient Interesting Engineering. En Yougoslavie, l'émission Ventilator 202, animée depuis Belgrade par le DJ Zoran Modli, se met à son tour à diffuser des programmes informatiques. Entre 1983 et 1986, elle diffusera environ 150 programmes ainsi qu'un journal électronique, sous la forme d'une application de lecture.

En Angleterre, la radio de Bristol Radio West se lancera dans l'exercice, inaugurant son émission Datarama par une image de Cheryl Ladd, star du Charlie's Angels de l'époque, au grand plaisir des détenteurs de TRS-80 et autres ZX Spectrum.

À la fin de la décennie, c'est finalement l'arrivée des processeurs 16 bits et de la disquette qui mettra fin à la pratique, les programmes étant trop gros pour être transmis par les ondes.

En ce moment

Attention, ces emojis peuvent vous attirer de gros problèmes à l'étranger

Et Cætera

Attention, ces emojis peuvent vous attirer de gros problèmes à l'étranger

Mini-guide contre les maxi-gaffes.

280 mètres, 80 gigawatts par an: Vestas prépare la plus grande éolienne du monde

Tech

280 mètres, 80 gigawatts par an: Vestas prépare la plus grande éolienne du monde

Un colosse à l'horizon.

Amazon qui rafle Noël, les chiffres secrets de «Squid Game», Poutine qui trahit sa promesse, une journée sur korii.

Et Cætera

Amazon qui rafle Noël, les chiffres secrets de «Squid Game», Poutine qui trahit sa promesse, une journée sur korii.

Cinq articles pour regarder le monde d'un autre œil.