Autrefois indéboulonnable, l'entreprise semble actuellement sens dessus dessous. | Josep Lago / AFP
Autrefois indéboulonnable, l'entreprise semble actuellement sens dessus dessous. | Josep Lago / AFP

Intel: le début de la fin?

Des analystes se montrent très pessimistes sur l'avenir du géant des microprocesseurs.

Vendredi 23 octobre, Intel a annoncé un chiffre d'affaires en baisse pour ses data centers, une activité vitale pour l'entreprise. La nouvelle s'est immédiatement répercutée sur son cours en bourse, qui a dévissé de plus de 10%. Les analystes ont noté que la firme a refusé de répondre à ses actionnaires après le dévoilement de ces mauvais chiffres –chose rare et signe de grande fragilité.

Alors qu'ils avaient augmenté de 43% au second trimestre, les revenus d'Intel provenant de l'activité des centres de données ont décliné de 10% au troisième trimestre 2020.

Si les résultats globaux d'Intel sont plutôt conformes aux prédictions, les spécialistes se montrent néanmoins inquièt·es. «Les fondamentaux se détériorent désormais à un rythme alarmant», a déclaré dans une note à ses client·es Stacy Rasgon, une analyste de Bernstein.

Le patron d'Intel, Bob Swan, reconnaît que cette année est la plus difficile qu'il ait connue. Selon lui, c'est à cause de la pandémie et des tensions internationales et sociales, qui remettent en question la liberté du commerce.

«Malgré tout cela, nous prévoyons de réaliser la meilleure année de nos 52 ans d'histoire. Intel projette d'augmenter son chiffre d'affaires de 1,8 milliard de dollars [1,5 milliard d'euros] de plus par rapport nos attentes de janvier», assure-t-il.

Avenir sombre

Cela n'a pas suffi à rassurer les analystes financièr·es: pour Stacy Rasgon, si 2020 a été une mauvaise année pour Bob Swan, 2021 sera pire encore. D'après Joseph Moore, de Morgan Stanley, ce sera au mieux une année compliquée.

Alors qu'elle a été leader de la miniaturisation et de la baisse des coûts des processeurs, Intel a rencontré au trimestre dernier des difficultés dans sa transition vers les puces de sept nanomètres, provoquant des retards de production.

L'entreprise compte aussi revendre certaines de ses activités, comme la production de puces à mémoire flash. Une aubaine pour ses concurrent·es les plus direct·es, comme Nvidia et AMD, qui augmentent leurs parts de marché sur plusieurs secteurs, et menacent d'écraser tout à fait le géant. L'annonce fin octobre du rachat de Xilinx par AMD pour 35 milliards de dollars semble souligner un peu plus la volonté dominatrice de cette dernière.

D'autres analystes sont néanmoins plus optimistes. Pour Roger Kay de Endpoint Technologies Associates, les fondations d'Intel restent solides. En outre, la nouvelle génération de microprocesseurs de la firme, nommée Rocket Lake-S, semble suffisamment efficace pour l'empêcher de décrocher totalement face à la concurrence.

En ce moment

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Biz

Avec le Covid-19, le Black Friday est devenu un jour comme un autre

Aux États-Unis, les promotions de fin novembre sont bien moins agitées que d'habitude.

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Tech

Acheter une carte graphique dernière génération? Mission impossible!

Les magasins sont pris d'assaut à cause d'une pénurie.

La guerre des lobbies du «low carb»

Biz

La guerre des lobbies du «low carb»

Les partisans des régimes pauvres en glucides tentent d'influencer les normes nutritionnelles qui doivent être revues prochainement.