Des interfaces comme FaceTime ou Skype fonctionnent déjà partiellement chez les orangs-outans, même s’ils passent plus de temps à jouer qu’à discuter. | suju via Pixabay
Des interfaces comme FaceTime ou Skype fonctionnent déjà partiellement chez les orangs-outans, même s’ils passent plus de temps à jouer qu’à discuter. | suju via Pixabay

On pourra peut-être un jour parler avec les animaux

À la croisée des sciences cognitives et informatiques, le projet Interspecies Internet tente de concevoir des outils de communication électronique inter-espèces.

Il y a dix-huit ans, Peter Gabriel (oui, celui auquel vous pensez) fait une expérience qui change profondément sa vie: en visite dans un centre pour primates à Atlanta, il improvise un bœuf musical au piano avec deux bonobos, Kanzi et Panbanisha.

Les animaux n’ont jamais touché d’instrument mais ils comprennent instinctivement le langage musical. Impressionné par ce qu’il a vu, Gabriel finit par monter une équipe mue par un rêve un peu dingue: inventer un système de communication électronique inter-espèces.

En 2013, le projet Interspecies Internet se dévoile au monde lors d’une conférence TED. Sur scène, Peter Gabriel est accompagné par des pointures: Diana Reiss, spécialiste de la cognition et du langage chez les dauphins, Neil Gershenfeld, inventeur du concept de fablab, et Vint Cerf, légende de l’informatique et père fondateur du Web. L’idée passe à peu près inaperçue, mais l’équipe continue de travailler.

Ces six dernières années, ses membres ont mis au point deux dispositifs, un pour les dauphins, l'autre pour les chimpanzés. Des résultats commencent à tomber, explique IEEE Spectrum dans un article du 25 juillet.

Parler aux animaux… au lieu d’en manger

Techniquement, l’Interspecies Internet est une gigantesque montagne à gravir. S’il existait, le système idéal serait non seulement une pierre de Rosette du langage animal, mais également une interface de communication adaptée à chaque espèce (puisqu’un dauphin, si doué soit-il, ne pourra pas utiliser les mêmes outils qu’un singe). La tâche semblait jusqu’alors inatteignable mais l’évolution des algorithmes de reconnaissance du langage naturel (NLP) et des interfaces de communication la rendent désormais envisageable.

Pour y parvenir, l'équipe de recherche développe plusieurs axes de travail. Des interfaces classiques, comme FaceTime ou Skype, fonctionnent déjà partiellement chez les orangs-outans, même s’ils passent plus de temps à jouer qu’à discuter. Les dauphins ont eux aussi leur écran tactile, mis au point en 2017. Côté logiciel, l’Earth Species Project met à profit le deep learning non supervisé pour décoder les sons des baleines, dauphins, primates et autres animaux. De leur côté, des primatologues creusent l’idée de former des singes dans un environnement humain, comme c'est déjà le cas concernant Kanzi, pour servir de traducteur inter-espèce.

Les pistes ne manquent pas. L’Interspecies Internet avance au rythme de la recherche et de l’innovation. Bien que les enjeux techniques, scientifiques et philosophiques soient colossaux, c’est un autre aspect qui motive Jeremy Coller, le millionnaire américain dont la fondation finance majoritairement l’initiative: celui de la protection animale. Car le jour où nous pourrons parler au bétail, argue-t-il, il nous deviendra beaucoup plus difficile de le manger.

En ce moment

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

Et Cætera

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

De quoi bien occuper votre dimanche.

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Tech

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Des deepfakes open source et prêts à l'emploi, c'est pour demain et ils risquent d'en rajouter dans le chaos existant.