Zelda, on sait quand on y entre mais on ne sait pas quand on en sort. | Nintendo via imgur
Zelda, on sait quand on y entre mais on ne sait pas quand on en sort. | Nintendo via imgur

Comment vous sortir du confinement sans sortir de chez vous

Jeux, réalité virtuelle ou sport à la maison, quelques pistes pour tenir le coup ces prochaines semaines.

S'il peut apporter la grande fierté du respect des règles pour le bien commun, le confinement quasi généralisé auquel nous devons nous plier risque également d'être source d'anxiété, de claustrophobie, d'épuisement mental, de raplapla moral. Après tout, même sans crime, domestique et confortable, une prison reste une prison.

Comment alors s'évader un peu, sans briser les règles, sans mettre autrui en danger? Les jeux vidéo peuvent aider, ils ont même été inventés pour ça.

«Zelda: Breath of the Wild»

Si vous avez une Switch, vous avez peut-être déjà fait le tour du chef-d'œuvre de Nintendo –on vous conseille alors l'un des derniers Assassin's Creed, une infinie ballade dans les immensités et mythes de l'Égypte ou de la Grèce antique étant de merveilleuses escapades.

Si, en revanche, vous n'avez jamais mis le nez dans Zelda: Breath of the Wild, c'est le moment où jamais –quitte à investir si vous le pouvez, la Switch étant un objet génial. Mystérieux, gigantesque, sublime, ce souffle sauvage vous dépose presque nu dans un univers aux mécaniques et esthétiques infinies, et constitue de véritables vacances mentales et morales, de celles que l'on ne veut jamais quitter.

En promenade libre ou en mission, vous ne lâcherez plus votre écran des yeux, happé·es par l'aventure, absorbé·es par le voyage –le souffle coupé, vous vous surprendrez même à prendre des photos lorsqu'un paysage grandiose se découvrira au sommet d'une crête. Zelda: Breath of the Wild est disponible sur Nintendo Switch.

«The Witness»

Imaginez: vous êtes catapulté au milieu d'une île déserte et luxuriante, remplie de puzzles à la difficulté progressive. C'est le pitch, réduit à son plus simple appareil, du dernier jeu de Jonathan Blow. Après avoir tracé un premier trait sur un panneau lumineux, vous devez résoudre un puzzle basique. Puis d'autres un peu moins aisés. Et à chaque nouveau panneau, une règle supplémentaire que vous intégrerez organiquement.

Passé le tutorial, vous vous retrouvez livré·es à vous-mêmes sur une île où chaque zone à son lot de puzzles, tournant autour d'un concept bien précis. Sans trop en révéler, disons que votre observation et plusieurs de vos sens seront mis à contribution.

Au fur et à mesure, vous comprendrez la grammaire touffue de The Witness, jeu sans le moindre mot de texte pour vous aider. Élitiste mais sachant justifier cette propriété, The Witness mobilise l'attention et vous transporte dans un mode parallèle, où tout est potentiellement un puzzle… à des degrés insoupçonnés.

Plus minimaliste, moins cher, mais allant encore plus loin dans son délire, on peut aussi vous conseiller Baba Is You. The Witness est disponible sur consoles et PC.

Occulus Quest

Le saviez-vous? Vous pouvez pousser les murs de votre appartement riquiqui jusqu'à débarquer à la plage, en ouvrir le plafond pour aller vaquer dans des galaxies inconnues, le rendre suant comme une salle de sport et y voir lions et zèbres y gambader en pleine liberté. Le tout sans attestation aucune.

Cela nécessite certes un sérieux investissement, mais tous quiconque s'est pris·e au jeu de la réalité virtuelle vous le confirmera: l'échappée que permettent ces casques que l'on se visse sur la tête est incomparable.

Il existe d'autres modèles plus ou moins dispendieux, mais le Quest d'Occulus réunit quelques grandes qualités: il n'est attaché par aucun fil, il permet des expériences fortes mais il est taillé pour le jeu (Beat Saber, Superhot, Moss...) et ne nécessite rien d'autre que lui-même pour fonctionner.

«Ring Fit Adventure»

Quoi de mieux que de mobiliser tout son corps pour se vider la tête? Avec Ring Fit Adventure, Nintendo s'est imposé dans le monde de l'exergaming, là où sport et jeux vidéo se rencontrent.

Armé d'un anneau souple qui rappelle ceux qu'on utilise en Pilates et de deux capteurs (dont l'un des deux attachés au-dessus du genou gauche), vous trottez sur place et avancez dans un univers de fantasy où vous pourrez sauver le monde grâce au pouvoir du sport.

C'est un jeu de rôle à la japonaise (JRPG) à part entière: vous rencontrez des monstres et devez les combattre en effectuant des exercices physiques. Bras, jambes, torse, tout le corps est mobilisé.

Le titre est redoutable dans sa volonté de tout ludifier: exercices variés, course, échauffement. Il n'est pas avare en bons conseils et en minijeux bonus; vous pouvez faire en sus des tractions sur votre Ring Fit en faisant ou en regardant autre chose, pour ensuite engranger de l'expérience ou l'offrir à un ami.

Ring Fit Adventure est, de loin, actuellement le jeu de sport à la maison le plus fun et le mieux conçu. Sensations –et épuisement– garantis. Il devrait être disponible sur Nintendo Switch pour environ 80 euros, mais une rupture de stock le rend, ces jours-ci, difficile à dégoter.

«Tetris Effect»

A priori, tout le monde sait jouer à Tetris. Ou plus précisément: tout le monde est susceptible de savoir jouer à Tetris. On pourrait recommander Tetris 99, la version gratuite où l'on affronte autant de gladiateurs du tetrominos en même temps.

Mais les afficionados qui y jouent sont tou·tes rodé·es, il est devenu impossible de s'y imposer. On peut cependant se faire les dents sur Tetris Effect, une aventure en solo à concept. C'est un jeu vidéo à «zone», censé vous faire entrer dans une mini-transe lors de laquelle votre corps et votre cerveau passent en autopilote.

Une façon détournée de dire que le titre privilégie l'éveil des sens, la musique, l'animation, les couleurs. Chaque niveau correspond à son ambiance, chaque ligne validée est une fête!

Tetris Effect est disponible sur Playstation 4 et sur l'Epic Game Store pour un peu moins de 20 euros.

«Just Dance»

C'est l'un des gros cartons d'Ubisoft et ça se comprend: de l'instant où l'on apprend à marcher à 999 ans, le jeu fluo et explosif de l'éditeur français joue et fait jouer sur le registre universel de la danse, du rythme et des corps qui s'échauffent autant que des esprits qui s'abandonnent.

Les adultes y trouveront un agréable défouloir, mais surtout, et le cas échéant, ils laisseront leurs enfants électrisés par le confinement s'y épuiser quelque temps pour mieux tolérer l'enfermement. Bonus: Just Dance est aussi peu cher qu'il est accessible.

En ce moment

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Et Cætera

L'impossible retraite à 40 ans, la guerre des masques, des robots biologiques, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Tech

À la rencontre des «xenobots», les premiers robots biologiques au monde

Entre machines programmées et organismes vivants, ces choses d'un genre nouveau ouvrent des portes sur le futur.

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Biz

La retraite avant 40 ans: quand le rêve vire au cauchemar

Les adeptes du mouvement FIRE ont investi jeunes pour arrêter de travailler tôt. Sans voir la crise venir.