Une image tirée du film Interstellar de Christopher Nolan: la science-fiction fera peut-être un jour tomber sa seconde moitié. | Legendary
Une image tirée du film Interstellar de Christopher Nolan: la science-fiction fera peut-être un jour tomber sa seconde moitié. | Legendary

Jim Woodward, le physicien qui rêvait de voyage interstellaire

Le savant teste un prototype de propulseur qui, selon lui, pourrait offrir les étoiles à l'humanité. Vraiment?

Le prototype d'assistance gravitationnelle à effet Mach (MEGA) fait quelques centimètres de long. Tout en métal, fils électriques et cristaux piézoélectriques, il est soigneusement isolé du monde extérieur dans une petite chambre à vide transparente au milieu de l'atelier de son créateur, l'historien et physicien Jim Woodward. Un jour, rêve-t-il, ce petit appareil nous permettra de voyager d'étoile en étoile.

Jusqu'à présent, tous les engins envoyés dans l'espace ont utilisé une forme de propergol ou une autre pour se propulser –le plus rapide jamais conçu par la NASA, le Parker Solar Probe, mettrait des milliers d'années à atteindre Alpha du Centaure, le système planétaire le plus proche du nôtre, malgré ses 650.000 km/h.

L'idée de Woodward est donc différente. Il veut s'appuyer uniquement sur l'électricité (qui dans l'espace reposerait sur des panneaux solaires ou un réacteur nucléaire) pour faire avancer un vaisseau spatial à travers le vide interstellaire.

Un engin équipé de son appareil n'accélérerait pas vite mais il le ferait en continu, si bien qu'il pourrait atteindre des vitesses inégalées. Sa théorie est séduisante puisqu'elle ne requiert ni propergol, ni force gravitationnelle: de quoi peut-être envisager un voyage spatial vers Alpha du Centaure inférieur à la durée de vie humaine.

Les principes physiques derrière le prototype MEGA sont cependant très controversés. Ils reposent sur une pile de cristaux piézoélectriques, qui stocke de minuscule quantités d'énergie et vibre des dizaines de milliers de fois par seconde lorsqu'elle est soumise à un courant électrique. Certaines des fréquences vibratoires s'harmonisent lorsqu'elles traversent l'appareil et, lorsque les oscillations se synchronisent parfaitement, le petit moteur se propulse en avant.

L'essentiel de la communauté scientifique pense que la théorie et ses résultats très expérimentaux sont basés sur une force physique qui n'existe pas.

Du saut de puce au saut galactique

Les derniers résultats, obtenus au printemps par Woodward et son associé, Hal Fearn, sont néanmoins encourageants. En changeant la disposition du propulseur, ils ont réussi à obtenir des poussées régulières de 100 micronewtons, des chiffres des centaines de fois supérieurs par rapport à leurs précédentes tentatives.

Pour la première fois, ils ont vu à l'œil nu leur prototype effectuer des sauts d'un demi-millimètre. Les deux chercheurs ne se réjouissent toutefois pas trop vite de cette avancée, car les précédentes sont pavées depuis des années d'erreurs de calculs et de faux positifs.

La prochaine étape consistera à envoyer leur prototype à d'autres équipes de recherche pour que celles-ci tentent d'obtenir les même conclusions. Parmi les personnes qui le testeront figure Mike McDonald, un ingénieur aérospatial du Laboratoire de recherche naval du Maryland.

«Je dirais qu'il y a entre 1 chance sur 10 et 1 chance sur 10.000.000 que ce soit réel, analyse McDonald pour Wired. Mais imaginez cette seule chance: ce serait incroyable. [...] C'est pour elle que nous faisons de la science.»

En ce moment

Le secret de l'iPhone 12, Mario Kart testé par un enfant, ce que vous coûte le télétravail, une journée sur korii.

Et Cætera

Le secret de l'iPhone 12, Mario Kart testé par un enfant, ce que vous coûte le télétravail, une journée sur korii.

Ce qu'il ne fallait pas manquer aujourd'hui.

Apple a caché un important secret dans l'iPhone 12

Tech

Apple a caché un important secret dans l'iPhone 12

Une fonction inédite et capitale est prête, mais pas encore active.

On a fait tester «Mario Kart Live: Home Circuit» à Noé, 5 ans et demi

Tech

On a fait tester «Mario Kart Live: Home Circuit» à Noé, 5 ans et demi

Le jeu de course en réalité augmentée et zinzin de Nintendo semble beaucoup lui plaire –à nous aussi.