L'un des premiers prototypes de maison imprimée en 3D par Icon: franchement, on s'y voit tout à fait. | Icon
L'un des premiers prototypes de maison imprimée en 3D par Icon: franchement, on s'y voit tout à fait. | Icon

Votre future maison sera peut-être imprimée en 3D

Une ONG et une entreprise spécialisée dans l'impression 3D veulent équiper des populations démunies en maisons à très bas coût, fabriquées par une étonnante machine. Un concept qui devrait s'exporter.

On le sait depuis quelques temps, l'impression 3D n'est plus un lointain rêve d'ingénieur ou d'autrice de science-fiction. La technologie s'est à la fois affinée et démocratisée, et ses applications, précieuses et multiples, laissent entrevoir des horizons très lumineux dans de nombreux domaines.

Une grosse, très grosse imprimante

L'un de ces domaines, et c'est là que réside la nouveauté, concerne l'architecture et la construction de logements. Icon, une entreprise basée à Austin au Texas, a ainsi développé une imprimante 3D géante, nommée Vulcan II et dédiée à la fabrication de petites maisons. La machine, qui fonctionne de manière robotisée en mélangeant puis en projetant les matériaux choisis, se révèle efficace: il est désormais possible à l'entreprise et à ses ingénieurs et ingénieures de construire un logement en moins d'une journée, à laquelle on ajoutera quelques heures pour les finitions.

La start-up à but non-lucratif New Story qui cherchait, depuis le tremblement de terre de 2010 à Haïti, la technique la plus efficace, la plus rapide et la moins dispendieuses pour bâtir des habitations à destination des populations démunies ou en situation de catastrophe, a trouvé en Icon et dans la Vulcan II les partenaires idéaux.

Une image concept de ce à quoi ressemblera la Vulcan II. | Icon

La paire s'est donc attelée à concevoir des petites maisons fonctionnelles, destinées à reloger des populations pauvres dans une région d'Amérique du Sud qui, pour l'instant, n'a pas encore été dévoilée. L'objectif n'est pas uniquement de fournir un toit à des familles décrites comme vivant dans la servitude et devant se contenter de vagues bidonvilles pour reposer leurs corps exténués lorsque la journée s'achève: l'objectif est de transformer leur quotidien, en leur fournissant un logement de qualité.

«Que les populations semblent vulnérables, ou qu'il soit probable qu'elles acceptent sans condition ce qu'on leur proposera n'est pas une excuse pour ne pas rechercher la plus grande qualité possible avec nos partenaires», a ainsi expliqué Alexandria Lafci, à la tête de New Story.

La Vulcan II offre d'autres avantages: elles a été conçue pour un usage simple, facile et pratique, par des populations locales formées pour l'occasion. Elle est transportable et peut être rapidement mise en service là où le besoin se fait sentir –en outre, sa structure promety d'être robuste et de résister aux intempéries.

Le prix des logements en question, à la définition duquel les futures habitantes et habitants ont pu participer, n'a pas encore été dévoilé. Mais on sait déjà qu'il serait «substantiellement» plus bas que celui de maisons à bas prix fabriquées suivant un procédé traditionnel, estimé à 7.000 dollars (un peu plus de 6.100 euros).

Bientôt chez vous?

Icon ne s'intéresse bien entendu pas uniquement aux populations démunies, et ce test grandeur nature en Amérique du Sud pourrait servir de première démonstration à la firme, avant une exportation de sa technique à quiconque voudrait fabriquer de petites unités de qualité, dans des régions où vivent des populations pauvres comme dans celles où sont installées des ménages a priori plus aisés.

C'est petit, mais c'est coquet. | Icon

«Il existe partout une opportunité réelle pour les maisons à bas coût, s'enthousiasme le fondateur d'Icon, Yves Behar. New Focus se concentre en priorité sur les pays en voie de développement. Mais je ne cesse de penser à la Californie du Nord, et à ses besoins immenses de logement. En termes de vitesse et de coûts, je pense que la construction par impression 3D va devenir une réalité.»

Beaucoup de questions restent bien entendu en suspens –tensions sur le foncier dans de nombreux coins du globe, rôle des pouvoirs publics, question de l'emploi dans la construction, qualité réelle et sur la durée des habitations livrées, etc. Mais les besoins sont effectivement immenses et risquent de se démultiplier dans le futur: le progrès semble donc réel.

En ce moment

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Des squelettes à vendre sur Insta, une app pour la PMA, des milliards en data, l'éthique des cyborgs, c'était aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Et Cætera

Augmenter l'humanité, pourquoi pas? Encore faut-il se poser les bonnes questions

Avant de fusionner avec les machines il importe de bien (re)définir ce qui relève de l'être humain.

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Et Cætera

Le florissant commerce de restes humains sur Instagram

Cantonné à eBay jusqu'à son interdiction, l'achat-vente de squelettes décorés se réfugie dans le flou juridique du réseau social.