Dean Kamen en janvier 2015 aux Lincoln Awards, où il a reçu un prix dans la catégorie médecine et science. | Larry French / Getty Images North America / AFP
Dean Kamen en janvier 2015 aux Lincoln Awards, où il a reçu un prix dans la catégorie médecine et science. | Larry French / Getty Images North America / AFP

L'inventeur du Segway veut construire une usine à organes

Ligaments, cœurs, os ou muscles produits industriellement: l'Américain Dean Kamen voit les choses en grand.

Dean Kamen a toujours voulu changer le monde. Son CV est rempli d'inventions un peu folles aux ambitions planétaires. La plus connue, le Segway, devait «être à la voiture ce que la voiture avait été aux calèches», annonçait-il en 2001.

L'entrepreneur imaginait que son moyen de transport, un fauteuil auto-équilibré capable de faire glisser n'importe qui dans les rues des villes, deviendrait l'emblème du futur et de l'écologie. Vingt ans plus tard, le Segway possède un solide marché de niche, en particulier pour certains lieux touristiques, mais il n'a clairement pas tenu ses promesses de révolution.

Kamen l'a d'ailleurs abandonné en 2009, laissant son entreprise à James Heselden, qui a conduit son Segway par-dessus une falaise et est décédé à la suite de l'accident.

Depuis, l'inventeur vaque à d'autres trouvailles: une prothèse robotique pour les soldats amputés; un «canon à homme» qui envoie le personnel de la police sur les toits; le Slingshot, une machine à eau purifiée pour les villages des pays en développement.

L'Américain a également travaillé sur des projets médicaux, à l'image de son unité de dialyse à domicile, qui évite aux patient·es de se rendre en clinique. En parallèle, il a fondé FIRST Robotics, une organisation à but non lucratif visant à encourager les enfants à inventer.

Ces dizaines d'idées pâlissent en comparaison de sa plus récente lubie: construire une usine à organes humains. Dean Kamen n'est pas le premier à en avoir l'idée. En 1999, un chercheur en médecine nommé Anthony Atala a réussi à faire faire pousser une vessie et à l'implanter dans un patient.

Insuline et cœurs d'enfants

Fabriquer la plupart des organes internes n'a encore jamais été fait ou, pour les tissus et les muscles, n'en est qu'au stade des premières recherches.

Kamen attaque pourtant le secteur avec un plan pour une industrialisation massive, financé à hauteur de 300 millions de dollars, entre autres par le département de la Défense américain.

Son laboratoire de recherche, l'Advanced Regenerative Manufacturing Institute (ARMI), travaille notamment à la conception des chaînes de production dans le cadre du programme BioFabUSA.

Il serait déjà parvenu à imiter les résultats de croissance de ligaments atteints en laboratoire de manière complètement automatisée, en quarante-cinq jours, à partir de cellules souches humaines de moelle osseuse.

La prochaine étape consistera à produire des muscles, des os, mais aussi des cellules bêta productrices d'insuline –ce qui constituerait une avancée majeure pour traiter le diabète de type 1.

L'ARMI collabore également avec le Texas Heart Institute pour manufacturer des cœurs d'enfants, sa première tentative de développement d'un organe complet.

Dean Kamen assure que ces initiatives seront au point d'ici seulement dix à vingt ans. Habitué des promesses grandiloquentes, l'inventeur de 69 ans pense cette fois tenir l'idée qui va tout changer.

«Si un projet ne passe pas le test du “Wow, c'est vraiment une grande idée”, nous ne le faisons pas, a-t-il déclaré à OneZero. Nous ne faisons jamais un projet parce que nous pourrions juste gagner de l'argent. La vie est trop courte pour cela.»

En ce moment

Quand l'hybride pollue, le trou de l'ISS, le pari britannique du chômage massif, une journée sur korii.

Et Cætera

Quand l'hybride pollue, le trou de l'ISS, le pari britannique du chômage massif, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

La NASA va peut-être pouvoir reboucher le trou de la Station spatiale internationale

Tech

La NASA va peut-être pouvoir reboucher le trou de la Station spatiale internationale

Mais le faire semble plus risqué que ne pas s'en occuper.

Au Royaume-Uni, le pari de la terre brûlée face à la crise économique

Et Cætera

Au Royaume-Uni, le pari de la terre brûlée face à la crise économique

Le gouvernement assume une hausse massive du chômage afin de permettre à l'économie de se réajuster.