Un trader sur le plancher du New York Stock Exchange, le 18 mars 2020. | Bryan R. Smith / AFP

Un trader sur le plancher du New York Stock Exchange, le 18 mars 2020. | Bryan R. Smith / AFP

Grâce aux ondes courtes, les traders à haute fréquence espèrent gagner 4,5 millisecondes

Un minimum de temps pour un maximum de millions.

L'image traditionnelle des traders dispersés sur le parquet de Wall Street en se hurlant des ordres d'achats et de vente d'un bout à l'autre de la salle relève désormais de l'image d'Épinal. S'ils existent toujours, ils ont quasiment tous été remplacés par des traders qui effectuent des transactions depuis leur ordinateur, un outil grâce auxquel il peuvent échanger beaucoup plus rapidement.

L'émergence de l'informatique a aussi causé l'apparition du trading à haute fréquence, une forme controversée et opaque d'échange en bourse opéré par des algorithmes à des vitesses qu'aucun trader humain ne peut égaler.

Des câbles de fibre optique ont été déroulés d'un continent à l'autre afin de pouvoir effectuer ces transactions en un minimum de temps. Pour aller encore plus rapidement, certains de ces câbles utilisent des micro-ondes –qui présentent l'inconvénient de n'avoir qu'une portée limitée en l'absence de relais.

Afin d'y remédier, la start-up israélienne Raft Technologie a noué un partenariat avec McKay Brothers, une entreprise spécialisée dans les antennes à micro-ondes, dans le but de mettre en place des réseaux d'ondes courtes à forte vélocité.

Le temps, c'est de l'argent

Ces deux entreprises affirment avoir les moyens d'envoyer des données entre Chicago et Francfort en 31,4 millisecondes, contre 35,9 millisecondes pour le chemin de fibre optique le plus performant dont on dispose actuellement. Cet écart peut sembler dérisoire, mais il équivaut à une éternité et représente des fortunes à venir pour des firmes capables de se faire la guerre afin d'obtenir une antenne située à 300 mètres de l'autre.

Les ondes courtes ne sont pas pour autant la panacée. Elles n'ont pas la capacité de transporter autant de données que la fibre et il arrive qu'elles perdent une partie des informations qu'elles acheminent. Raft estime que son signal est fiable à environ 85%, alors que la fibre l'est à 100%. Mais la start-up assure que cette défaillance peut valoir le coup si elle permet de gagner 4,5 millisecondes.

Les traders à haute fréquence appliquent couramment une stratégie qui consiste à repérer une anomalie quand un même produit n'a pas le même prix sur deux places de marché. Il suffit alors de l'acheter dans l'un et de le vendre dans l'autre afin de faire un profit et que le prix redevienne équivalent: on parle alors d'«arbitrage».

Ces petites aspérités dans le marché sont lissées aussitôt qu'elles sont détectées. D'où l'enjeu de posséder l'ordinateur le plus rapide pour passer son ordre d'achat avant les autres et remporter la mise. En grapillant quelques millisecondes, les traders perpétuent l'adage qui veut que le temps –aussi infime soit-il–, c'est de l'argent.

En ce moment

Quand l'hybride pollue, le trou de l'ISS, le pari britannique du chômage massif, une journée sur korii.

Et Cætera

Quand l'hybride pollue, le trou de l'ISS, le pari britannique du chômage massif, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

La NASA va peut-être pouvoir reboucher le trou de la Station spatiale internationale

Tech

La NASA va peut-être pouvoir reboucher le trou de la Station spatiale internationale

Mais le faire semble plus risqué que ne pas s'en occuper.

Au Royaume-Uni, le pari de la terre brûlée face à la crise économique

Et Cætera

Au Royaume-Uni, le pari de la terre brûlée face à la crise économique

Le gouvernement assume une hausse massive du chômage afin de permettre à l'économie de se réajuster.