Un «wafer», la plaque sur laquelle est gravé un ensemble de processeurs. | Yoshikazu Tsuno / AFP
Un «wafer», la plaque sur laquelle est gravé un ensemble de processeurs. | Yoshikazu Tsuno / AFP

Processeurs: Lasertec, la petite firme dont dépendent tous les géants

L'entreprise japonaise, dont l'action a grimpé de 550% en un an, est la seule à maîtriser une technologie cruciale.

Vous n'avez peut-être jamais entendu parler de Lasertec Corp. Si l'industrie des microprocesseurs vous intéresse ou si vous avez quelque argent à placer en bourse, vous auriez beaucoup à gagner à vous pencher sur cette discrète firme japonaise, basée à Yokohama.

Car comme l'explique Bloomberg, depuis en un peu plus de douze mois, le cours de son action a bondi de 550%. Cette croissance ne tient ni de la magie ni d'aucune manipulation frauduleuse. Il existe une implacable logique industrielle derrière cette fulgurante ascension: Lasertec Corp. est la seule firme au monde à maîtriser une technologie sur laquelle les géants du secteur, Intel, Samsung ou TSMC notamment, comptent pour dessiner leur avenir.

Indispensable aux projets d'avenir

Lasertec Corp. produit, sans aucune concurrence à ce jour, des machines servant à vérifier la qualité des «masques» utilisés dans un procédé de gravure nommé lithographie extrême ultraviolet (EUV).

Cette dernière, en voie de massification à l'issue d'une vingtaine d'années de recherches, permet aux fabriquants de puces d'atteindre une taille de gravure bien inférieure à celle de la majorité des processeurs qui sont produits actuellement –ce qui leur donne la faculté de fonctionner plus vite en consommant moins d'énergie.

Les entreprises s'emparent déjà de ces progrès. Samsung a, plus tôt dans l'année, annoncé qu'elle allait construire une usine destinée à graver des puces en 5 nanomètres grâce à l'EUV tandis que TSMC compte atteindre les 3 nanomètres dès 2022. Intel, qui a remis à Lasertec un prix pour ses innovations, devrait se lancer dans l'EUV l'année prochaine.

Chacune des machines produites par l'entreprise japonaise est vendue 40 millions de dollars [36,2 millions d'euros]. Les masques qu'elle inspecte sont eux aussi d'une grande préciosité: deux firmes seulement, japonaises également, sont capables de les fournir, au prix de 100.000 dollars pièce.

Lastertec Corp. peut donc sereinement voir l'avenir en rose, avec un résultat financier annoncé à 715 millions d'euros en juin, presque doublé par rapport à l'année précédente et des commandes en hausse perpétuelle.

Entre l'avènement de l'IA, celui de la 5G, le développement de l'internet des objets ou les progressions futures de nos smartphones, ses machines pourraient être indispensable absolument partout.

En ce moment

Des célébrités poursuivies pour avoir posté des photos d'elles-mêmes

Et Cætera

Des célébrités poursuivies pour avoir posté des photos d'elles-mêmes

Votre image ne vous appartient pas tout à fait –fusse-t-elle une photo volée.

Quand produire du fumier est plus profitable que vendre du lait

Et Cætera

Quand produire du fumier est plus profitable que vendre du lait

En Californie, le méthane émis par les vaches peut rapporter gros.

The Ocean Cleanup promet de nettoyer les océans (mais c'est complètement con)

Et Cætera

The Ocean Cleanup promet de nettoyer les océans (mais c'est complètement con)

Le solutionnisme technique dans toute sa splendeur.