Une centaine de bombes B61 se trouvent dans les bases de l'OTAN en Belgique, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et en Turquie. | Berend Verheijen via Unsplash
Une centaine de bombes B61 se trouvent dans les bases de l'OTAN en Belgique, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et en Turquie. | Berend Verheijen via Unsplash

Quatorze pays de l'OTAN s'entraînent à utiliser des armes nucléaires

Un exercice annuel sans lien avec la guerre en Ukraine.

Jusqu'à soixante avions de types différents ont été réunis pour le «Steadfast Noon». L'événement a lieu chaque année: il s'agit d'un exercice de simulation de déploiement d'armes nucléaires tactiques qui implique quatorze pays membres de l'OTAN, selon Popular Mechanics.

L'exercice se déroule depuis le 17 octobre et doit se poursuivre jusqu'au 30 octobre 2022. L'alliance militaire a tenu à souligner qu'il n'avait aucun rapport avec la guerre en Ukraine et avec les sous-entendus menaçants de Vladimir Poutine quant à l'utilisation d'une bombe nucléaire dans ce conflit. Il s'agirait d'un simple «entraînement de routine récurrent, qui n'est lié à aucun événement mondial».

La Belgique est le pays hôte, mais les avions doivent également passer au-dessus du Royaume-Uni et de la mer du Nord. Dans un communiqué, l'OTAN a par ailleurs précisé qu'aucune véritable arme nucléaire n'est utilisée pour les simulations. «L'exercice contribue à garantir que la dissuasion nucléaire de l'alliance reste sûre, sécurisée et efficace», peut-on également y lire.

Le «Steadfast Noon» a aussi pour but de tester les termes de l'accord de partage des armes nucléaires entre les membres de l'OTAN. Celui-ci prévoit que les États-Unis fournissent des bombes, et les alliés les avions et les équipages.

Une centaine de bombes B61-3 et B61-4 se trouvent dans les bases de l'OTAN en Belgique, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et en Turquie. Tous, sauf la Turquie, fournissent des avions de combat: des Panavia Tornado et des F-16 Fighting Falcon.

Les fantômes de la guerre froide

Après la chute de l'URSS en 1991, les États-Unis ont drastiquement réduit leur déploiement d'armes nucléaires tactiques en Europe. La centaine de bombes restantes est cependant une assurance face à une éventuelle attaque de la Russie contre l'OTAN.

Si elles devaient être utilisées, ces bombes nécessiteraient «l'approbation politique explicite» du Groupe des plans nucléaires de l'OTAN, mais aussi l'autorisation du président états-unien et du Premier ministre britannique, précise la Fédération des scientifiques américains.

En nombre, l'armée russe est théoriquement supérieure à celle de la plupart des pays de l'OTAN. Mais ses différentes défaites en Ukraine ont montré qu'elle n'était pas pour autant des plus efficaces. Elle a d'ailleurs perdu sur ce terrain plusieurs milliers de pièces d'équipement, dont 1.393 chars de combat, et au moins 50.000 hommes, selon l'état-major ukrainien.

À ce stade, il semblerait donc qu'à l'exception peut-être de l'Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie, l'armée russe ne soit plus en capacité d'envahir un pays membre de l'OTAN. Pour autant, l'armée russe détient encore d'environ 2.000 armes nucléaires tactiques, selon Mariana Budjeryn, spécialiste de la sécurité nucléaire au Belfer Center de la Harvard Kennedy School, interrogée par Euronews.

D'un côté pour compenser son manque d'armes conventionnelles, de l'autre pour se protéger d'une possible attaque nucléaire russe, aucun des camps n'envisage donc d'abandonner son arsenal nucléaire de sitôt.

En ce moment

⚛️ Le grand bond en avant de la fusion 💣 L'Ukraine loin derrière les lignes russes 🐕 Des chiens errants kamikazes, une journée sur korii.

Et Cætera

⚛️ Le grand bond en avant de la fusion 💣 L'Ukraine loin derrière les lignes russes 🐕 Des chiens errants kamikazes, une journée sur korii.

Quatre articles pour voir le monde d'un autre œil.

En Russie, l'attaque des bombardiers stratégiques du Kremlin par de probables drones ukrainiens

Tech

En Russie, l'attaque des bombardiers stratégiques du Kremlin par de probables drones ukrainiens

Les bases d'Engels-2 et de Riazan auraient été touchées. Un tournant?

Les champs magnétiques sont en train de révolutionner la fusion nucléaire

Tech

Les champs magnétiques sont en train de révolutionner la fusion nucléaire

Des avancées stupéfiantes, et même plus importantes que prévu.