Même lui n'a rien pu faire. | Saul Loeb / AFP
Même lui n'a rien pu faire. | Saul Loeb / AFP

Le Pentagone a «misérablement échoué» lors d'une guerre simulée contre la Chine

Conclusion: tout est à revoir.

S'ils n'ont pas toujours porté ce nom, les wargames ont de tout temps été pratiqués par les états-majors du monde entier pour simuler stragégies et affrontements. Le Pentagone continue donc d'évaluer son savoir à l'aune de ces simulations guerrières, dont les moyens technologiques modernes décuplent les possibilités, et la dernière en date s'est apparemment plutôt très mal passée.

C'est ainsi que le général John Hyten, vice-président du Joint Chiefs of Staff, le Comité des chefs d'état-major interarmées américain, a révélé les résultats désastreux d'un jeu de guerre mené en octobre 2020.

Effectué sur un support, sous une forme et contre un adversaire virtuel (la «red team») qui n'ont pas été nommés, ces informations étant classées secret-défense, le jeu et son déroulement ont suffisamment surpris les pontes de l'armée américaine pour qu'ils envisagent de revoir la copie qu'ils écrivent depuis des décennies.

«Sans exagérer le problème, nous avons misérablement échoué», a relaté Hyten à un aéropage de spécialistes rassemblés lors du lancement du Emerging Technologies Institute. «Cette red team d'agresseurs, qui a étudié les États-Unis de près pendant vingt ans, nous a battus à plate couture. Ils savaient précisément ce que nous allions faire, avant que nous le fassions.»

Si peu de détails ont émergé, on sait néanmoins que l'un des scénarios joués concernait un conflit contre la Chine autour de Taïwan, une éventualité ne relevant malheureusement pas tout à fait de la géopolitique-fiction.

Comme l'explique Popular Mechanics, l'un des enseignements est semble-t-il que la stratégie de masse choyée par les États-Unis est désormais obsolète, sinon dangereuse.

Il a coulé mes porte-avions!

La concentration de la puissance de feu et de ses vecteurs sur terre, dans les airs ou en mer, permet de frapper fort et d'organiser plus facilement sa logistique.

Mais pour l'adversaire, c'est aussi la garantie de dégâts tout aussi concentrés en cas de riposte réussie. L'émergence technologique comme stratégique des essaims de drones et de l'intelligence artificielle, que les États-Unis partagent désormais avec nombre de puissances rivales, y compris celles disposant de moyens bien moindres, rend de plus en plus crédible l'éventualité d'un débordement des défenses.

Ce premier enseignement va de pair avec le second: autrefois confrontés à des armées relativement low-tech, les États-Unis risquent aujourd'hui des conflits avec des forces très capables sur le plan technologique, notamment quant aux moyens modernes de renseignement.

L'Amérique n'est pas la seule à disposer de satellites, de drones, d'avions furtifs, et sa grande dépendance militaire et stratégique aux flux de données fait de ceux-ci des cibles évidentes pour des hackers de plus en plus chevronnés.

Qu'est-ce que tout ceci signifie pour l'armée américaine? Le général Hyten a expliqué au même public que le Pentagone poussait désormais pour l'adoption d'une nouvelle doctrine, nommée «manœuvre étendue» («expanded maneuver»).

Celle-ci, qu'il espère mise en place d'ici à 2030, est précisément ce qu'elle nomme: la capacité des forces militaires des États-Unis d'utiliser à plein leur mobilité pour éviter une concentration trop grande, et afin de faire converger ensuite la puissance de feu.

Rendue possible par les armements modernes et leur parfaite articulation avec les centres de commandement, cette convergence du feu devra reposer sur un réseau de communication à la fois ultra-efficace et ultra-sécurisé, plus encore qu'avant: c'est aussi sur ces points que les chantiers du futur immédiat devront porter.

En ce moment

Un scientifique iranien a été assassiné par un robot assassin israélien d'un nouveau genre

Tech

Un scientifique iranien a été assassiné par un robot assassin israélien d'un nouveau genre

Mohsen Fakhrizadeh a été abattu par un sniper israélien situé a des centaines de kilomètres.

L'Europe se dirige droit vers un désastre énergétique

Biz

L'Europe se dirige droit vers un désastre énergétique

Le scénario de black-outs de grande ampleur n'est pas écarté.

Le business de l'asthme de Philip Morris, l'internet laser de Google, le Pentagone géant d'Erdoğan, une journée sur korii.

Et Cætera

Le business de l'asthme de Philip Morris, l'internet laser de Google, le Pentagone géant d'Erdoğan, une journée sur korii.

Cinq articles pour jeter un autre regard sur le monde.