Une application classée comme adaptée aux bambins de tous âges, supprimée après 10.000 téléchargements | Capture d'écran via YouTube
Une application classée comme adaptée aux bambins de tous âges, supprimée après 10.000 téléchargements | Capture d'écran via YouTube

Le Play Store de Google est infesté de jeux ultra-violents pour enfants

Le système de restrictions d'âge permet aux éditeurs de classer eux-mêmes leurs jeux.

Décidément, Google a bien du mal à modérer les contenus à destination des enfants sur ses plateformes. Après l’algorithme de YouTube qui recommandait des vidéos violentes et choquantes aux plus jeunes, c’est désormais Play Store qui est en cause.

En Europe, chaque jeu sur le Play Store se voit attribuer un code Pegi, pour Pan European Game Information, un système classant les jeux vidéo en fonction de l’âge approprié pour y jouer: 3, 7, 12, 16 ou plus de 18 ans.

Normalement, tous les jeux sont évalués par une organisation appelée l'International Age Rating Coalition (IARC), qui détermine leur limite d’âge pour chaque région du monde.

Seulement, sur les catalogues d’applications mobiles, des centaines d’apps sont ajoutées chaque jour. «Étant donné le volume de jeux publiés, il est impossible de vérifier chacun d’entre eux», explique un porte-parole de l'IARC.

Le Play Store se fie à la bonne foi des studios de développement: les restrictions d’âge sont fixées d’après un questionnaire qu'ils remplissent eux-mêmes avant de mettre leur application en ligne.

Contrôles a posteriori

C'est pour cette raison que selon une enquête de Wired, des centaines de jeux ultra-violents se retrouvent classés PEGI 3 ou PEGI 7. Ceux signalés à Google par Wired ont été supprimés, ou leur classification a été modifiée.

Nombre de ces jeux étant gratuits au téléchargement, ils ne génèrent des bénéfices qu'en fonction des vues ou des clics: les développeurs ont tout à gagner à rendre leur application la plus accessible possible.

Certains tutoriels expliquant comment déposer son app sur le store mentionnent même qu’il faut répondre «non» à toutes les questions afin de voir son jeu noté PEGI 3.

Cela ne signifie pas qu’il n’y a aucun contrôle sur les applications du store de Google, mais ceux-ci sont réalisés a posteriori. Comme le volume d’apps à vérifier est trop important, Pegi UK indique à Wired que les régulateurs se basent sur les applications les plus téléchargées. Problème: une app peut cumuler les téléchargements au fil du temps sans jamais entrer dans le top des plus populaires, et ainsi échapper aux radars de ces régulateurs.

C’est par exemple le cas de Drive Die Repeat, un jeu dont le but est de massacrer des zombies en les écrasant avec une voiture, qui totalise 100.000 installations depuis 2016 et était noté PEGI 7.

Google devrait peut-être songer à regarder du côté de son concurrent direct, Apple. Sur l’App Store iOS, les applications doivent être approuvées une par une, et toutes sont vérifiées à la main avant d’être rendues disponibles. Le store a son propre système de restrictions d’âge, que les apps doivent respecter pour être publiées.

En ce moment

Le business de Tony Hawk, des hackers dans les centrales nucléaires, les gros sous de l'ASMR, c'était aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Le business de Tony Hawk, des hackers dans les centrales nucléaires, les gros sous de l'ASMR, c'était aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Des chuchotements à 10 euros par mois: le business de l'ASMR

Biz

Des chuchotements à 10 euros par mois: le business de l'ASMR

Comme tout phénomène devenu mainstream, l’«Autonomous Sensory Meridian Response» était fatalement destinée à devenir un marché.

La mort, un juteux business pour les start-ups

Biz

La mort, un juteux business pour les start-ups

Les cimetières aussi sont disruptés.