Placée à l'intérieur de la structure, la personne qui conduit peut contrôler chaque mouvement de ce monstre robotisé. | Capture d'écran Youtube Furrion Exo-Bionics
Placée à l'intérieur de la structure, la personne qui conduit peut contrôler chaque mouvement de ce monstre robotisé. | Capture d'écran Youtube Furrion Exo-Bionics

«Prosthesis», un exosquelette géant prêt pour le mech racing

Science-fiction? Non: vous pouvez d'ores et déjà piloter ce mastodonte technologique.

Cet exosquelette n'a rien à envier aux plus féroces robots de films de science-fiction: avec ses 4 mètres de haut et ses 4 tonnes, la combinaison mécanique baptisée «Prosthesis» est impressionnante.

Imaginez-vous maintenant à son bord, seul·e aux commandes de ce quadrupède robotisé. L'idée n'a rien de loufoque. Son constructeur, la firme Furrion Exo-Bionics, veut en effet que vous le pilotiez dans une course mondiale d'exosquelettes géants.

Dans un crowdfunding lancé sur Kickstarter, Furrion Exo-Bionics propose en effet de participer à la création d'une «ligue de course mondiale» où plusieurs athlètes équipé·es d'exosquelettes s'affronteraient dans un parcours d'obstacles.

Les donateurs et donatrices les plus généreuses seront même amenées à suivre une formation intensive de trois jours, afin de devenir officiellement pilote de «méca» et, un jour, participer aux compétitions de cette nouvelle discipline baptisée «mech racing».

Celles et ceux qui sont réticents à payer le prix de la formation (13.000 dollars, soit 11.000 euros) peuvent toujours se rabattre sur une démonstration en direct de la machine, offerte à partir d'une participation de 250 dollars au crowdfunding du projet.

Piloter sans volant

«Prosthesis» est pour l'instant le seul exosquelette géant de la firme. Composé principalement de tubes en acier «chromoly», un alliage de chrome et de molybdène, il peut atteindre une vitesse d'environ 30 km/h, explique Usine Nouvelle.

Placée à l'intérieur de la structure, la personne qui conduit peut facilement contrôler chaque mouvement de ce monstre robotisé. Ici, pas de volant ou de contrôle à distance pour déplacer la structure: seuls les deux bras et jambes de la personne qui pilote suffisent. Il suffit de bouger l'un de ses membres pour que le robot fasse de même, comme l'on peut le voir dans une vidéo publiée par la firme américaine.

«C'est essentiellement un croisement entre un trophy truck, un excavateur et un dinosaure», a déclaré le cofondateur et pilote d'essai Jonathan Tippett, rapporte Futurism.

Ce nouveau «sport» a déjà sa championne: Cassie Hawrysh, une canadienne déjà montée sur un podium de skeleton, qui a été la première à obtenir sa «licence de pilote mech» après les trois jours de formation.

En ce moment

Nagui et les chevaux: comment la course au clic transforme une simple blague en «rumeur»

Et Cætera

Nagui et les chevaux: comment la course au clic transforme une simple blague en «rumeur»

De la «private joke» à la fake news, itinéraire d'une bien étrange histoire.

Wildtype, la start-up qui crée des sushis in vitro

Tech

Wildtype, la start-up qui crée des sushis in vitro

Êtes-vous prêts pour le saumon produit en laboratoire?

L'US Air Force a conçu et testé un nouvel avion de chasse en 12 mois seulement

Tech

L'US Air Force a conçu et testé un nouvel avion de chasse en 12 mois seulement

Stupeur totale dans le monde de la défense.