Virtue veut faire de Q la norme pour les assistants vocaux. | freestock-photos via Pixabay

Virtue veut faire de Q la norme pour les assistants vocaux. | freestock-photos via Pixabay

Q, la première voix de synthèse qui neutralise les genres

L'agence Virtue est parvenue à créer une voix qui échappe aux stéréotypes de genres.

Qu'ils s'appellent Siri, Alexa, Cortana ou autres, les assistants vocaux font désormais partie de notre environnement quotidien, quasiment au même titre que des membres de notre famille. Ils peuvent répondre à nos questions, ils nous assistent pour nos achats ou parviennent à nous divertir. Mais cette technologie de pointe ne fait pas oublier pour autant son archaïsme en matière de genre, dont elle reproduit le schéma binaire.

Entre 145 et 175 hertz

Pour y remédier, Virtue (l'agence créative de Vice) et la Copenhagen Pride viennent de dévoiler la création de Q, la première voix artificielle non-genrée. L'agence a d'abord enregistré une dizaine de voix d'hommes, de femmes, de transgenres et de personnes non-binaires en pensant les mélanger grâce à un logiciel, avant de se rendre compte qu'une telle tâche relevait de l'impossible.

L'agence Virtue s'est alors associée à des linguistes et des ingénieurs du son afin de définir les paramètres d'une voix non-genrée. En s'appuyant sur des recherches, l'équipe a constaté qu'un timbre dont la fréquence se situe entre 145 et 175 hertz est perçu comme non-genré. Au-dessus de 175 hertz, la fréquence évoque une voix féminine, en dessous de 145 hertz, on reconnaît la voix des hommes.

Quatre voix différentes sont nées de cette expérimentation. Virtue a ensuite envoyé ces échantillons à 4.600 personnes en Europe, en leur demandant laquelle correspondait le mieux à un genre neutre. «Au début, je pensais que cela allait être compliqué. Mais quand on a eu les retours de ces 4.600 personnes, je crois que finalement on a assuré», se rappelle Nis Norgaard, ingénieur du son. La voix qui est sortie du lot a servi de base au développement de Q.

Première étape

La recherche a démontré que les stéréotypes de genres étaient renforcés par les assistants virtuels. Une voix féminine est préférée quand il s'agit d'assister et de donner des conseils, alors qu'une voix masculine sera jugée plus autoritaire et directive. Ces clichés qui s'immiscent dans la technologie freinent le débat mondial sur la question du genre. «Q est un pas en avant dans l'innovation parce qu'elle ouvre une véritable critique de ces systèmes de croyance», estime Julia Carpenter, chercheuse en Interaction humaine et robotisée.

Les grands groupes derrière ces intelligences artificielles (IA) ne contribuent pas forcément au maintien de la binarité de façon intentionnelle mais ce n'est pas les moyens qui leur manqueraient pour rendre les IA plus inclusives.

La première voix artificielle non-genrée n'est pour l'instant qu'une preuve de la viabilité du concept. La prochaine étape pour Virtue est d'implémenter une IA qui donnera vie à Q.

En ce moment

Les prêts délirants de Walmart, le hacking de votre 06, des puces révolutionnaires, une semaine sur korii.

Et Cætera

Les prêts délirants de Walmart, le hacking de votre 06, des puces révolutionnaires, une semaine sur korii.

Un dimanche pour lire l'essentiel.

Uber contre la loi, le terrorisme du futur, un mot de passe pour les gérer tous, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Uber contre la loi, le terrorisme du futur, un mot de passe pour les gérer tous, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Aux États-Unis, une association lutte pour exclure la reconnaissance faciale des salles de concert

Et Cætera

Aux États-Unis, une association lutte pour exclure la reconnaissance faciale des salles de concert

Speedy Ortiz ou Tom Morello, notamment, s'inquiètent des discriminations éventuelles liées à l'usage de la vidéosurveillance.