La présentation du Tesla bot ne concerne pas vraiment le Tesla bot. | Courtesy of Tesla, Inc.

La présentation du Tesla bot ne concerne pas vraiment le Tesla bot. | Courtesy of Tesla, Inc.

Le robot de Tesla n'est qu'une diversion

Elon Musk est un expert dans l'art d'attirer l'attention là où il la veut.

De la dubstep et un danseur déguisé en robot dans une combinaison en lycra. Ce n'est pas une boîte de nuit en 2011 mais la dernière conférence Tesla, lors de laquelle Elon Musk a annoncé le Tesla bot, un robot humanoïde supposé accomplir des tâches «dangereuses, répétitives et ennuyeuses».

L'un des plus grands talents d'Elon Musk est de capter la lumière. Le PDG de Tesla et de SpaceX est un maître dans l'art de faire parler de lui. Dans la presse, spécialisée en nouvelles technologies ou pas, il est rare qu'une semaine passe sans que le milliardaire sud-africain ne fasse les gros titres.

Investissement dans une cryptomonnaie fantaisiste, lance-flamme, colonisation de Mars, trolls en tout genre, quand ses produits ne sont pas au centre de l'attention, Elon Musk a toujours un tour dans son sac pour que les yeux se tournent à nouveau vers lui, quitte à appeler son enfant X Æ A-XII.

La courte et très floue présentation du Tesla bot a une nouvelle fois suffit à défrayer la chronique. Pourtant, elle a de quoi rendre sceptique, car l'entreprise s'est fixée un objectif qui paraît extrêmement ambitieux: elle promet un prototype fonctionnel dès l'an prochain, alors qu'elle a visiblement à peine commencé à travailler dessus.

Alors, pourquoi annoncer aussi tôt un tel produit? Dernièrement, la raison pour laquelle Tesla fait couler de l'encre, c'est qu'elle est visée par une enquête de l'agence fédérale américaine chargée de la sécurité routière, après que plusieurs de ses voitures, qui étaient en pilote automatique, sont entrées en collision avec des véhicules d'urgence. Une enquête vite remplacée dans Google News par un robot dansant d'une façon ridicule.

Gros titres et effets d'annonce

On peut aussi bien sûr laisser à Musk le bénéfice du doute. Peut-être pense-t-il réellement pouvoir livrer son robot dans un an. Seulement, à titre de comparaison, The Verge rappelle que le robot humanoïde le plus avancé au monde est Atlas, conçu par Boston Dynamics.

Atlas, dont les prouesses font régulièrement le buzz sur internet, est en développement depuis plus de dix ans et il n'est toujours pas commercialisé.

Elon Musk a bien compris que les effets d'annonce suffisent à agiter la presse et les réseaux sociaux, peu importe les résultats. Qu'importe que ses plans pour la conquête de mars rendent perplexe les scientifiques, ils lui permettent de se placer en temps que visionnaire spatial.

Cette obsession de la médiatisation a d'ailleurs plusieurs fois failli lui coûter cher puisque ses tweets lui ont déjà valu d'être poursuivi par la FED pour manipulation de marché et d'être traîné devant les tribunaux après avoir traité de pédophile le spéléologue qui avait sauvé douze enfants coincés dans des caves inondées en Thaïlande en 2018.

En ce moment

Un scientifique iranien a été assassiné par un robot assassin israélien d'un nouveau genre

Tech

Un scientifique iranien a été assassiné par un robot assassin israélien d'un nouveau genre

Mohsen Fakhrizadeh a été abattu par un sniper israélien situé a des centaines de kilomètres.

L'Europe se dirige droit vers un désastre énergétique

Biz

L'Europe se dirige droit vers un désastre énergétique

Le scénario de black-outs de grande ampleur n'est pas écarté.

Le business de l'asthme de Philip Morris, l'internet laser de Google, le Pentagone géant d'Erdoğan, une journée sur korii.

Et Cætera

Le business de l'asthme de Philip Morris, l'internet laser de Google, le Pentagone géant d'Erdoğan, une journée sur korii.

Cinq articles pour jeter un autre regard sur le monde.