Boris Johnson applaudit les médecins du NHS devant le 10 Downing Street, le 28 mai. | Tolga Akmen / AFP

Boris Johnson applaudit les médecins du NHS devant le 10 Downing Street, le 28 mai. | Tolga Akmen / AFP

Palantir met la main sur les données du NHS pour une livre sterling

Le système de santé britannique offre ses trésors aux géants de la tech, notamment à la firme de Peter Thiel.

Afin de gérer l'épidémie de Covid-19, de nombreux pays se sont tournés vers des solutions technologiques de tracing pour enrayer la propagation du virus. La France a décidé de développer elle-même son application, StopCovid, disponible depuis le 2 juin.

De son côté, le Royaume-Uni s'est tourné vers des géants de la tech. L'ONG openDemocracy, dans un billet de blog publié le 5 juin, a révélé que le gouvernement comptait établir des partenariats avec Palantir, Google, Microsoft, ainsi qu'une start-up d'intelligence artificielle nommée Faculty.

L'ONG évoque «un transfert d'informations sans précédent» entre ces entreprises et le NHS, le système de santé britannique. Les informations en question comprennent le genre, l'ethnie, le métier, les données de santé, l'affiliation religieuse et le casier judiciaire de millions de personnes.

Parmi les contrats dévoilés, celui noué avec Palantir a logiquement provoqué la plus grosse polémique. Palantir est connue pour collaborer avec les services de renseignement et de police de par le monde –dont la CIA, la NSA et la DGSI–, pour son soutien technologique implacable à la politique anti-migrants de l'administration américaine actuelle, ainsi que pour ses liens avec l'extrême droite. Le milliardaire Peter Thiel, son fondateur, est d'ailleurs un partisan de Donald Trump.

Données précieuses

Ogre de la big data aux visées souvent contestables, l'entreprise s'était vu garantir, selon openDemocracy, la propriété intellectuelle des informations concernées, et donc l'autorisation de créer des bases de données avec lesquelles elle était libre d'entraîner ses algorithmes. L'ONG note que le gouvernement affirme avoir modifié cette clause, mais sans expliquer avec précision comment.

Un autre aspect problématique de ces contrats est que Google a accepté de collaborer avec le NHS gratuitement, et Palantir pour 1 livre sterling symbolique (1,12 euro).

Pour ces entreprises richissimes, les données personnelles valent bien plus que de l'argent. Les données médicales sont d'autant plus précieuses qu'elles sont censées être particulièrement protégées, et donc plus rares –le cabinet d'audit financier EY estimait l'an passé à 12 milliards d'euros la valeur théorique de cette data détenue par le gouvernement britannique.

Le Royaume-Uni n'est pas le seul à confier des données hautement sensibles à des géants privés. La France a ainsi décidé de moderniser le stockage de ses données de santé grâce à Azure, le service cloud de Microsoft.

En ce moment

La NASA veut mettre un télescope géant dans un cratère de la Lune

Tech

La NASA veut mettre un télescope géant dans un cratère de la Lune

Bâtie par une armée de petits robots, cette gigantesque antenne permettrait d'étudier l'univers primitif.

Des robots qui se reproduisent tout seuls: rêve ou cauchemar pour l'humanité?

Tech

Des robots qui se reproduisent tout seuls: rêve ou cauchemar pour l'humanité?

Un savant mélange d'évolution darwinienne et d'intelligence artificielle.

Football: à Liverpool, l'intelligence artificielle s'immisce dans les tactiques de jeu

Tech

Football: à Liverpool, l'intelligence artificielle s'immisce dans les tactiques de jeu

Comment tirer un pénalty? À quel moment faut-il faire une passe ou remplacer un attaquant?