Lui-même doté de capacités de calcul, le dispositif n'aura pas besoin de machine pour comprendre ce qu'il voit. | Eberhard Grossgasteiger via Unsplash
Lui-même doté de capacités de calcul, le dispositif n'aura pas besoin de machine pour comprendre ce qu'il voit. | Eberhard Grossgasteiger via Unsplash

Sony et Microsoft annoncent le tout premier capteur équipé d'une IA

L'outil devrait être disponible rapidement pour les caméras de surveillance, et à plus long terme pour nos smartphones.

Cela fait longtemps que nos appareils photo ne se contentent plus de prendre des clichés. Les smartphones, notamment, font la mise au point automatiquement et utilisent des algorithmes de traitement d'images capables d'améliorer leur qualité en une fraction de seconde. Les caméras de surveillance sont quant à elles capables d'identifier les visages.

Et si ce travail s'effectuait non pas au niveau de la machine mais directement sur le capteur? C'est ce que proposent Sony et Microsoft, qui se sont associés pour dévoiler le 14 mai le premier capteur d'images équipé d'une intelligence artificielle. Il s'appelle IMX 500 et possède la puissance et la mémoire suffisante pour effectuer des tâches habituellement gérées par ordinateur.

L'innovation peut sembler anecdotique; après tout, elle aura dans les premiers temps des performances nécessairement moins développées que les algorithmes complexes de l'iPhone, par exemple.

Mais il s'agit de Sony, et donc de l'entreprise qui fournit les capteurs de l'iPhone, et de Microsoft, qui n'est pas le premier venu, notamment en matière d'IA. Il n'est donc pas difficile d'imaginer qu'après plusieurs mises à jour et une baisse des prix, les capteurs équipés d'IA finiront dans nos poches. À terme, cette innovation pourrait révolutionner les capacités de nos appareils.

Sécurité des données

Pour le moment, la stratégie de Sony s'appuie sur les caméras de surveillance. Celles-ci requièrent une infrastructure coûteuse pour stocker, traiter et analyser le flux d'images filmées. Non seulement cela prend de la place, mais c'est au surplus un casse-tête de sécurité.

Le sujet fait écho aux questions soulevées par la surveillance automatisée mise en place à l'occasion de la pandémie de Covid-19: quid de nos données, de nos visages?

Selon Sony, l'IMX 500 permettrait de se débarrasser non seulement de l'infrastructure, mais aussi du danger de voir sa base de données hackée.

«On a remplacé ce qui serait normalement un flux vidéo de soixante images par seconde en 4K par “Hey, je reconnais cet objet” [d'un point de vue logique], explique pour The Verge Mark Hanson, vice-président du business et de l'innovation chez Sony. Cela devrait réduire le trafic des données et aider sur des points comme la protection de la vie privée.»

Le capteur ne peut pour l'instant fonctionner qu'avec des algorithmes «plutôt basiques», tempère néanmoins Hanson. Les exigences technologiques de la voiture autonome, par exemple, dépassent largement les capacités de l'IMX 500 et continueront de nécessiter une installation spécifique.

En ce moment

Le remdesivir, médicament douteux mais gros profits

Biz

Le remdesivir, médicament douteux mais gros profits

La molécule de Gilead lui a rapporté 873 millions de dollars, malgré une efficacité contestable.

Quel gouvernement pour Mars?, l'IPO record d'Ant Group, Apple se plante, une journée sur korii.

Et Cætera

Quel gouvernement pour Mars?, l'IPO record d'Ant Group, Apple se plante, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

Elon Musk veut (littéralement) faire la loi sur Mars

Et Cætera

Elon Musk veut (littéralement) faire la loi sur Mars

Selon le patron de SpaceX, une fois colonisée, la planète rouge n'obéira à aucune loi ou gouvernement terrien.