Un but dans la dernière minute des arrêts de jeu? Les machines pourront peut-être bientôt le prévenir. | Jannes Glas via Unsplash
Un but dans la dernière minute des arrêts de jeu? Les machines pourront peut-être bientôt le prévenir. | Jannes Glas via Unsplash

Comment l'intelligence artificielle va révolutionner le monde du sport

La «glorieuse incertitude du sport» vit peut-être ses dernières années.

Qui de Ronaldo ou Messi est le meilleur? Voilà une question qui enflamme quotidiennement les réseaux sociaux, avec d'un côté les fans du Real (et de la Juve depuis bientôt deux ans) et de l'autre celles et ceux du Barça, qui n'ont pas l'air décidé à s'accorder.

Il serait pourtant facile de mettre un terme à cette éternelle discorde. Et cela grâce à la data et à l'intelligence artificielle qui, petit à petit, font leur trou dans le secteur sportif, comme le raconte le New York Times.

Aux États-Unis, l'entreprise Seattle Sports Science est spécialisée dans ce domaine et utilise le machine learning dans le but de donner de nouvelles clés de compréhension aux coaches, quel que soit le sport.

John Milton, employé de la firme, a récemment passé une semaine auprès de l'équipe espagnole de foot de Málaga à capturer, à l'aide de vingt caméras 4K, chaque événement sur le terrain. Un logiciel, ISOTechne, a pu ensuite quantifier les compétences des joueurs, leur jeu en équipe, la fréquence des passes ou de leurs réceptions, la qualité de la défense, etc. Même l'axe de rotation du ballon est analysé.

Plus ISOTechne voit et enregistre des choses, plus il apprend –ceci demande du temps, des millions d'images et beaucoup de travail. Il faut l'entraîner: à reconnaître différents modèles de ballons dans différentes conditions d'éclairage, à comprendre avec quelle partie du pied est frappée la balle, etc.

Transferts, médecine et paris

Les enjeux sont de taille, notamment au foot et dans le domaine du recrutement. Selon la FIFA, les dépenses en transfert ont atteint les 7,35 milliards de dollars en 2019 [6,7 milliards d'euros], soit 5,8% de plus qu'en 2018.

Disposer de mesures objectives sur les qualités d'une recrue potentielle permettrait ainsi de prévoir, avec davantage de sécurité, d'éventuels retours sur investissement et de savoir quel joueur ou quelle joueuse s'adapterait le mieux à l'équipe.

Mieux, certains systèmes utilisant l'IA, comme Sparta Science, peuvent détecter et prévoir des blessures avant même qu'elles ne surviennent. Certaines équipes de football américain, entre autres les Pittsburgh Steelers, les Detroit Lions et les Washington Redskins, utilisent déjà cette méthode.

Cette incursion de l'intelligence artificielle dans le sport réjouit aussi le secteur des paris sportifs. Sportlogiq, une entreprise canadienne d'analyse de jeu (hockey, football, football américain et lacrosse), vend des données à des bookmakers aux États-Unis, qui s'en servent pour établir les cotes des rencontres. À l'avenir, Sportlogiq souhaiterait vendre des données, individuellement, aux parieurs et parieuses en ligne.

En ce moment

Le remdesivir, médicament douteux mais gros profits

Biz

Le remdesivir, médicament douteux mais gros profits

La molécule de Gilead lui a rapporté 873 millions de dollars, malgré une efficacité contestable.

Quel gouvernement pour Mars?, l'IPO record d'Ant Group, Apple se plante, une journée sur korii.

Et Cætera

Quel gouvernement pour Mars?, l'IPO record d'Ant Group, Apple se plante, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

Elon Musk veut (littéralement) faire la loi sur Mars

Et Cætera

Elon Musk veut (littéralement) faire la loi sur Mars

Selon le patron de SpaceX, une fois colonisée, la planète rouge n'obéira à aucune loi ou gouvernement terrien.