Le drone sous-marin de la start-up. | Bedrock
Le drone sous-marin de la start-up. | Bedrock

Cette start-up veut devenir le SpaceX des mers

85% des fonds marins demeurent encore inexplorés.

L'exploration spatiale fascine les milliardaires de la tech. Alors qu'Elon Musk prévoit d'établir une colonie martienne de plus d'un million de personnes d'ici 2060, une vaste étendue de notre planète demeure encore totalement inexplorée: le fond des océans.

«Plus de 85% du plancher océanique reste à cartographier», atteste l'Unesco. «Nous en savons aujourd'hui plus sur Mars que sur les profondeurs de l'océan.» Or, les fonds océaniques sont au centre des enjeux climatiques, de conservation marine, de prévention des risques (tsunamis, marées…) et de transition écologique (étude de l'énergie des vagues, par exemple).

Pour remédier à cette situation, l'Unesco a lancé en 2018 son programme Seabed 2030, visant à cartographier la totalité des fonds marins d'ici 2030. Avec, à la clé, un financement de plus de 2 millions par an, le projet a immédiatement attiré une myriade d'opérateurs, spécialisés dans la cartographie, les sonars ou les engins d'exploration. Parmi eux, la start-up Bedrock affiche de grosses ambitions, raconte le site ZDNet.

Fondée par un ancien ingénieur de SpaceX et l'ancien PDG de Nautilus Lab, une start-up spécialisée dans l'efficacité énergétique des bateaux, Bedrock a conçu un petit sous-marin autonome entièrement électrique, couplé à une plateforme et un service de données sur les fonds marins.

Le cloud sous l'eau

Les drones sous-marins souffrent pour l'instant d'un handicap majeur: ils ont une autonomie limitée, ce qui oblige à dépêcher sur place un navire de soutien pour les ravitailler et récolter leurs données lors des missions en haute mer.

Selon Bedrock, il faut actuellement jusqu'à douze mois pour fournir aux clients des données commerciales exploitables. La start-up promet de diviser ce délai par dix grâce à sa solution; les données sont envoyées directement vers le cloud et récupérables en temps réel. «Nous offrons une résolution cinquante fois supérieure à celle des cartes actuelles», affirme également la start-up.

Bedrock n'est pas la seule sur le créneau. Saildrone Surveyor, qui développe un drone de surface de 22 mètres, a récemment terminé une mission de cartographie qui a parcouru environ 4.200 kilomètres et cartographié près de 22.000 kilomètres carrés de fonds océaniques, rapporte le site Hydro International.

Alimenté en énergie solaire et hydroélectricité, ce drone à faible impact environnemental peut rester jusqu'à six mois en mer avant d'être récupéré. Silencieux, il n'affecte pas la vie marine et évite les interférences avec les sonars.

Les fonds océaniques sont sans doute moins fascinants que les cratères martiens. Les enjeux sont toutefois au moins aussi importants, et les start-up qui sauront profiter de cet énorme marché ont sans doute un bel avenir. Avis aux futurs Elon Musk.

En ce moment

Contre l'enfer des places de parking, la première voiture pliable

Tech

Contre l'enfer des places de parking, la première voiture pliable

L'entreprise israélienne City Transformer a inventé un véhicule à châssis rétractable.

Mauvaise nouvelle: le prix de l'énergie solaire grimpe pour la première fois depuis sept ans

Biz

Mauvaise nouvelle: le prix de l'énergie solaire grimpe pour la première fois depuis sept ans

Une menace pour nos objectifs climatiques.

Aux États-Unis, Kratos teste un drone lanceur de drones kamikazes

Tech

Aux États-Unis, Kratos teste un drone lanceur de drones kamikazes

De quoi profondément bouleverser un champ de bataille.