Attention, pirates de la mer, vous êtes peut-être surveillé·es par un drone très inattendu. | Piqsels
Attention, pirates de la mer, vous êtes peut-être surveillé·es par un drone très inattendu. | Piqsels

Des albatros équipés de radars pour lutter contre la pêche illégale

Parce qu'ils parcourent de longues distances et suivent les bateaux de près, ces oiseaux sont les agents idéaux.

Comment éviter que l'océan ne soit vidé de ses poissons par la pêche illégale? Tout simplement en collant des radars sur des albatros.

En novembre 2019, dans le cadre d'un projet pilote entre la France et la Nouvelle-Zélande, 169 de ces volatiles ont été capturés, équipés d'un dispositif de détection radar et relâchés au-dessus des eaux antarctiques, au sud de l'océan Indien. En janvier, une vingtaine d'oiseaux ont été mobilisés à leur tour près des îles subantarctiques.

L'objectif était double. Premièrement, suivre les déplacements des albatros pour mieux protéger l'espèce. Deuxièmement, détecter les braconniers de la mer, qui représentent un préjudice annuel mondial de près de 21 milliards d'euros.

La gloutonnerie de l'albatros au service de l'intérêt général

Selon Henri Weimerskirch, biologiste marin au CNRS, les albatros sont les candidats idéaux. D'abord parce qu'ils parcourent de longues distances. Ensuite parce qu'ils sont attirés par les bateaux, en particulier les bateaux de pêche. Ils peuvent les repérer jusqu'à 30 kilomètres et ne les lâchent pas. Pourquoi? Pour récupérer du poisson, pardi. Soit à proximité du navire, soit directement dessus.

Pour les transformer en détecteurs, une équipe internationale de scientifiques a conçu un triple dispositif. Il comprend une première antenne GPS qui transmet la position de l'oiseau, une deuxième antenne qui repère les radars des navires et un panneau solaire. L'ensemble, fixé sur le dos de l'albatros, ne semble pas le gêner.

Les oiseaux ont établi 353 contacts radar avec des bateaux; dans 30% des cas, les navires avaient désactivé leur système de positionnement, ce qui peut indiquer du braconnage maritime. Les oiseaux déployés dans les îles subantarctiques ont repéré de nombreux navires dans la zone économique exclusive (ZEE) de la Nouvelle-Zélande, mais l'on n'en sait pas plus pour le moment.

Ceux patrouillant au sud de l'océan Indien ont permis de constater la pêche illégale de légines, de poissons de glace, de krill et d'autres espèces. Pour Weimerskirch, «ils sont comme des drones, mais intelligents».

En ce moment

Le remdesivir, médicament douteux mais gros profits

Biz

Le remdesivir, médicament douteux mais gros profits

La molécule de Gilead lui a rapporté 873 millions de dollars, malgré une efficacité contestable.

Quel gouvernement pour Mars?, l'IPO record d'Ant Group, Apple se plante, une journée sur korii.

Et Cætera

Quel gouvernement pour Mars?, l'IPO record d'Ant Group, Apple se plante, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'hui.

Elon Musk veut (littéralement) faire la loi sur Mars

Et Cætera

Elon Musk veut (littéralement) faire la loi sur Mars

Selon le patron de SpaceX, une fois colonisée, la planète rouge n'obéira à aucune loi ou gouvernement terrien.