Tout ça pour quoi? | Charly Triballeau / AFP
Tout ça pour quoi? | Charly Triballeau / AFP

Un iPad détruit pour deux transactions: la cryptomonnaie crée une montagne de e-déchets

Monstre énergivore, le BTC est aussi une colossale poubelle.

Quel que soit notre avis sur son utilité réelle pour l'espèce humaine, il n'est un secret pour personne que le bitcoin est un monstre énergivore. Miner la monnaie, donc effectuer les calculs permanents que supposent sa création et sa circulation, suppose de faire fonctionner des armées entières d'ordinateurs à plein régime, en continu.

De quoi provoquer de vastes coupures d'électricité du fait d'opérations sauvages, rouvrir de vieilles et polluantes centrales à charbon, ou se tourner vers le nucléaire dans une quête sans doute vaine de rédemption écologique.

Mais si ce problème énergétique est souvent mis en avant, il en est un autre dont on parle moins: le bictoin crée en permanence des montagnes de déchets électroniques.

Comme l'explique Quartz, qui cite un article publié dans la revue Resources, Conservation and Recycling, les fortunes pouvant être bâties grâce au minage provoquent une concurrence brûlante entre les mineurs, qui peuvent gagner un avantage réel en faisant tourner des machines plus récentes et plus rapides que celles de leurs homologues.

Plus rapide, plus polluant

Selon les auteurs de l'article, Alex de Vries et Christian Stoll, la durée de vie moyenne d'un processeur dans une machine dédiée au minage de bitcoin est de 1,3 an: ne pas en changer plus souvent signifierait une coûteuse perte d'efficacité des calculs.

En tout, selon les deux mêmes chercheurs, le BTC à son niveau actuel serait créateur de 30.700 tonnes de déchets électroniques chaque année, l'équivalent de ce que balance dans ses décharges une nation comme les Pays-Bas. Deux transactions seraient ainsi équivalentes à la destruction d'un iPad: le chiffre est colossal et choquant.

Comme le rappelle encore Quartz, les déchets électroniques sont, dans le monde, ceux qui connaissent la croissance la plus rapide, avec +21% entre 2014 et 2019, année lors de laquelle le total des poubelles technologiques a atteint 53.6 millions de tonnes.

Le bitcoin n'aidera donc pas à éradiquer le fléau des e-déchets, qui constituent en outre une catastrophe sanitaire globale majeure, et ce d'autant moins s'il est largement adopté, comme ce fut récemment le cas par le Salvador, de manière plutôt ratée.

C'est un second problème qu'il lui faut régler, en urgence, s'il veut gagner en crédibilité de long terme. Transformer son fonctionnement, comme le fait l'Ethereum avec l'adoption de la «proof of stake» en lieu et place de la «proof of work» serait un bon début pour faire baisser ses besoins, tant en énergie qu'en nouveaux matériels.

En ce moment

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Et Cætera

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Tech

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Produire sa nourriture dans des trous, c'est le concept audacieux de GreenForges.

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

Tech

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

La vitesse du vent a tendance à s'affaiblir sous les latitudes tempérées, ce qui compromet le potentiel des éoliennes.