De la science-fiction. À peine. | Becky Fantham via Unsplash
De la science-fiction. À peine. | Becky Fantham via Unsplash

Cette cabine téléphonique vous transforme en hologramme

La téléportation virtuelle à la portée de tous.

Installé tranquillement chez vous devant un écran, vous êtes soudainement téléporté aux quatre coins du monde dans une sorte de cabine téléphonique, où vous pouvez discuter, toucher et voir votre interlocuteur comme si vous étiez devant lui.

Ce mythe de la téléportation est aujourd'hui déjà une réalité. Du moins en hologramme. Deux start-ups, PORTL en Californie et AHRT basé à Toronto, viennent de lancer un système de cabine où un présentateur à l'autre bout du monde apparaît virtuellement et peut interagir avec la personne à l'intérieur.

Contrairement au fameux métaverse de Facebook ou au système Mesh de Microsoft, permettant de se téléporter virtuellement n'importe où pour des réunions de travail ou des spectacles vivants, cette solution ne nécessite pas de porter de lunettes spéciales.

PORTL a conçu une cabine de 2,1 mètres de haut pour 1,5 mètre de large équipée d'un système de haut-parleur bidirectionnel intégré dans le cadre et de plusieurs caméras qui projettent une image holographique du présentateur devant la personne présente dans la cabine. La combinaison d'ombres et de réflexions sur les différents écrans situés de chaque côté du caisson produit un effet 3D qui donne l'impression de volume, explique le site IEEE Spectrum.

La projection holographique n'est certes pas nouvelle; la technologie date même des années 1970. On se souvient par exemple des meetings de Jean-Luc Mélenchon en 2017 (qui n'était en réalité même pas un vrai hologramme, mais une projection sur un mur d'écrans).

Le zoo d'Amnéville organise aussi des shows avec des animaux virtuels, sans parler du futur concert d'Abba avec des artistes recréés en avatars 3D. Mais ces technologies nécessitent de gros moyens et une énorme préparation.

«Téléportation, Scotty!»

«Avec notre cabine, c'est simplissime», résume David Nussbaum, le directeur exécutif de PORTL, dans le New York Times. N'importe qui peut s'improviser présentateur, grâce à un studio en kit fourni par l'entreprise (en gros, un éclairage LED, un fond blanc, un moniteur pour le retour, une caméra 4K avec un trépied et un micro).

«La cabine peut être utilisée pour présenter des défilés de mode virtuels, des expositions de musées, des publicités commerciales ou pour des enseignements à distance», énumère David Nussbaum.

«Des ingénieurs pourraient également faire la démonstration de prototypes vers des collègues présents dans les cabines», suggère-t-il. L'entreprise a déjà installé plus de 100 cabines à travers le monde, à Abu Dhabi, Barcelone ou Miami.

Le seul hic, c'est que cette technologie reste pour l'instant assez chère. Comptez 60.000 dollars la cabine –autant dire que si vous voulez donner des cours à des centaines d'étudiants, ce n'est pas forcément le moyen le plus adapté.

PORTL prévoit tout de même de développer des «mini-cabines» à moins de 2.000 dollars à l'avenir. De quoi rivaliser avec les 3.500 dollars du casque Hololens 2 de Microsoft ou des 2.300 dollars du Magic Leap One. À condition toutefois de ne pas être claustrophobe.

En ce moment

L'US Air Force présente sa nouvelle couche hi-tech pour les besoins des pilotes

Tech

L'US Air Force présente sa nouvelle couche hi-tech pour les besoins des pilotes

Les envies peuvent être pressantes à Mach 2.

En Islande, des scientifiques creusent un «tunnel de la mort» sous un volcan

Tech

En Islande, des scientifiques creusent un «tunnel de la mort» sous un volcan

Le forage du premier «observatoire de magma» au monde doit débuter en 2024.

🎰 La loterie des containers abandonnés ⚡ Une révolution ammoniacale 🍓 Un arôme fraise-poubelle, hier sur korii.

Et Cætera

🎰 La loterie des containers abandonnés ⚡ Une révolution ammoniacale 🍓 Un arôme fraise-poubelle, hier sur korii.

Quatre articles pour voir le monde autrement.