La machine à capsules du futur? | ThisisEngineering RAEng via Unsplash
La machine à capsules du futur? | ThisisEngineering RAEng via Unsplash

Votre café du futur poussera peut-être en laboratoire

Une excellente nouvelle pour l'environnement. Ou pas?

Java, Jamaïque, Éthiopie, Colombie, Zaïre, Pérou, Côte d'Ivoire: les origines seules du café que nous avalons le matin pour lancer la journée, ou un peu plus tard pour nous offrir une seconde vie, suffisent à voyager à peu de frais.

Mais alors que des tensions de plus en plus importantes sur le marché mondial annoncent de douloureuses hausses de prix, que des questions pressantes se posent quant à l'impact environnemental et social de la culture tous azimuts des caféiers, des scientifiques finlandais ont annoncé que la provenance future de votre expresso pourrait être moins exotique.

Ils assurent avoir réussi à faire pousser du café en laboratoire. Du vrai café et non un succédané chimique, jure Heiko Rischer, à la tête de l'équipe issue du Teknologian tutkimuskeskus (VTT). «C'est réellement du café, parce qu'il n'y a rien d'autre que les constituants du café dans le produit final», assure-t-il ainsi à l'AFP.

Les scientifiques n'ont pas remplacé leurs boîtes de Pétri par des plantations de Coffea: comme cela peut se faire pour la viande rouge, le poulet ou le poisson, ils font pousser la chose à partir de cellules de la plante, dont ils contrôlent ensuite étroitement les conditions de croissance (température, lumière, oxygène) dans un bioréacteur.

Petit noir plus vert

«Le café est bien entendu un produit problématique», explique Rischer quant à l'intérêt de ses recherches et de sa production en laboratoire. Il travaille désormais à l'échelle de cette dernière, estimant qu'elle nécessitera moins de main d'œuvre et de ressources.

«Il y a la question du transport, de l'utilisation des carburants fossiles... Chercher des alternatives a donc du sens. Nous savons par exemple que les besoins en eau de notre technique sont moindres que ceux d'une plantation normale.»

Quid du goût de ce vrai-faux simili-café, une question qui pourrait être centrale dans son adoption par une clientèle massive? Le produit obtenu par l'équipe du VTT peut être préparé et torréfié comme le serait du café traditionnel, issu de grains.

Pas encore autorisés à avaler la chose du fait de sa nouveauté et des risques sanitaires que cela pourrait poser, des goûteurs professionnels s'activent à déterminer si ce «café cellulaire» est suffisamment savoureux pour plaire au plus grand nombre. Il semble que cela soit le cas –avec une amertume légèrement moindre, peut-être du fait d'une plus faible teneur en caféine.

D'autres initiatives, comme celle, plus moléculaire, de la start-up américaine Atomo, sont en cours pour trouver un substitut aux grandes plantations de café. Partout dans le monde, du fait d'une demande toujours croissante mais de régulières pertes en productivité, celles-ci poussent les cultivateurs à des déforestations massives.

Trouver et commercialiser des alternatives plus vertes au petit noir pourrait donc être considéré comme une urgence environnementale. Mais une question cruciale se poserait alors: qu'adviendra-t-il des millions de personnes qui, sur les cinq continents, vivent (certes souvent misérablement) de notre consommation de café?

Selon certains des experts interrogés par le Guardian, pousser ces gens hors de leurs plantations pourrait, in fine, être contre-productif sur un plan environnemental. Un autre pointe en revanche que la première menace planant sur ces cultivateurs est celle du réchauffement climatique: la poule fera-t-elle l'œuf, ou l'œuf fera-t-il la poule?

En ce moment

Une «boîte noire de la Terre» a été créée pour documenter le désastre climatique

Et Cætera

Une «boîte noire de la Terre» a été créée pour documenter le désastre climatique

Ça fait peur? C'est fait pour.

Chez Aldi, le «rayon de la honte» compte des dizaines de milliers de fans

Biz

Chez Aldi, le «rayon de la honte» compte des dizaines de milliers de fans

Un bien étrange culte voué aux produits ringards.

Le poids de l'humain: l'«anthropomasse» pèse désormais plus lourd que la vie sur Terre

Tech

Le poids de l'humain: l'«anthropomasse» pèse désormais plus lourd que la vie sur Terre

Le poids du plastique dépasse à lui seul l'ensemble de celui du règne animal.