La clé de tous les fantasmes. | Matt Artz via Unsplash
La clé de tous les fantasmes. | Matt Artz via Unsplash

La folle légende des sept personnes détenant les clés d'internet

Un fantasme journalistique, mais avec une part de vérité.

C'est l'exemple type de la construction d'une légende urbaine: un zeste de vérité, beaucoup d'exagération et un titre tape à l'œil. «Sept personnes détiennent les clés qui contrôlent l'internet mondial», peut-on lire un peu partout sur le web, depuis Le Point jusqu'à Business Insider en passant par le Guardian.

Ces articles décrivent une «cérémonie» se déroulant quatre fois par an durant laquelle sept personnes détenant chacune une clé physique secrète se réunissent pour générer un nouveau mot de passe sécurisant internet.

Ces personnes appartiennent à l'Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN), l'organisation chargée de la gestion des noms de domaines dans le monde entier, ou DNS.

La base de données de l'ICANN permet en théorie de contrôler internet, dans la mesure où des personnes malveillantes pourraient, si elles y avaient accès, envoyer les utilisateurs vers de fausses adresses web.

Cette base de données est donc sécurisée par une clé de chiffrement principale, renouvelée une fois par an pour plus de sécurité. Pour modifier cette clé, il faut se rendre dans un datacenter ultrasécurisé où sept personnes détenant une clé physique peuvent accéder à un coffre-fort permettant de modifier la clé principale.

Dans son article de 2014, le Guardian décrit ainsi une cérémonie digne de celle d'une secte, où les détenteurs des clés doivent franchir une série de portes bloquées en utilisant des codes et des scanners de l'iris pour récupérer leur clé dans un sac hermétiquement fermé.

«Quelqu'un a vu ma clé d'Internet?»

Tout cela est bien réel, sauf que ce cérémonial est loin d'être aussi crucial que le racontent ces articles. «Soyons clairs: il n'y a pas de clés qui font fonctionner (ou non) internet» corrige l'ICANN dans un communiqué publié le 13 février 2017. Ces soi-disant “clés d'internet” ne concernent qu'une seule fonction, et ne sont utilisées que dans des circonstances extrêmement réduites.»

D'abord, le système ne protège qu'une petite partie du web, celle qui concerne la couche la plus interne du DNS nommée module de sécurité matérielle (HSM). Or, le sécurité d'internet repose sur bien d'autres systèmes que le DNS.

De plus, les clés physiques de récupération ne seraient requises que dans le cas (très improbable) où un événement rendrait les HSM inopérables (par exemple un bug catastrophique du logiciel interne).

Dans tous les cas (récupération ou cérémonie de routine pour modifier la clé principale), «la clé physique que détiennent les représentants n'est utilisée que pour activer les codes stockés dans l'installation sécurisée et ne contiennent pas les clés cryptographiques de la zone racine», explique l'ICANN.

Autrement dit, aucune de ces clés ne permet d'accéder à la clé racine protégée. Alors bien sûr, «c'est un peu romantique et passionnant de participer [à une telle cérémonie]», reconnaît l'une des détentrices de clé. Mais c'est un peu comme la reine d'Angleterre: beaucoup de théâtre pour peu de pouvoir réel.

En ce moment

Contre l'enfer des places de parking, la première voiture pliable

Tech

Contre l'enfer des places de parking, la première voiture pliable

L'entreprise israélienne City Transformer a inventé un véhicule à châssis rétractable.

Mauvaise nouvelle: le prix de l'énergie solaire grimpe pour la première fois depuis sept ans

Biz

Mauvaise nouvelle: le prix de l'énergie solaire grimpe pour la première fois depuis sept ans

Une menace pour nos objectifs climatiques.

Aux États-Unis, Kratos teste un drone lanceur de drones kamikazes

Tech

Aux États-Unis, Kratos teste un drone lanceur de drones kamikazes

De quoi profondément bouleverser un champ de bataille.