Un lion dans son moteur, et dans sa batterie. | Peugeot Sport
Un lion dans son moteur, et dans sa batterie. | Peugeot Sport

La 9X8 Hypercar, le monstre hybride avec lequel Peugeot veut remporter Le Mans

Le lion est de retour en endurance. Sans aileron.

5 mètres de long, 2 mètres de large, un moteur thermique de 680 chevaux auxquels s'ajoutent les 200kW d'un générateur électrique monté à l'avant: il ne s'agit pas de la dernière Ferrari mais de la Peugeot 9X8 Hypercar, un bolide dessiné spécialement pour remporter les prochaines 24 heures du Mans en 2022.

L'épopée de la marque au lion dans le sport a jusqu'ici été plutôt chaotique. Débutée dans les années 80 sous la houlette de Jean Todt, aujourd’hui président de la FIA (Fédération internationale de l'Automobile), le constructeur français s'était rapidement illustré par de nombreux succès en rallye et rallye-raid, avant de se tourner vers le sport-prototype, avec notamment les deux victoires de la 905 aux 24 heures du Mans en 1992 et 1993.

Peugeot a également fait une incursion en Formule 1 entre 1994 et 2000, avant de jeter l'éponge et de retourner à l'Endurance en 2009 pour défier la suprématie d'Audi. En 2012, la marque s'était à nouveau retirée de la compétition, arguant des difficultés économiques et de la volonté de «concentrer ses moyens sur la performance commerciale», rappelle l'Express.

Pour son grand retour dans la course, Peugeot a choisi de mettre en avant sa technologie hybride, bien davantage dans l'air du temps que les grosses voitures fumantes.

Le secret de l'aileron

La 9X8 sera ainsi équipée un V6 bi-turboessence de 680 chevaux (la limite imposée par le règlement) associé à un générateur électrique d'une puissance de 200 kW, soit 272 chevaux, implanté sur l'essieu avant. Une technologie de pointe mise au point par les ingénieurs de Peugeot Sport et qui devrait servir de laboratoire aux futurs modèles de série.

En 2022, Peugeot présentera deux de ces bolides au départ, dans la catégorie Hypercar LMH, qui laisse au constructeur une liberté totale quant au design de la voiture.

Et ce n'est pas un hasard, au vu du profil plutôt audacieux de sa 9X8, avec notamment l'absence remarquée d'aileron arrière. «On atteint un tel niveau d'efficience technique en aérodynamique que nous pouvons nous passer de cet artifice», explique Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport.

«Mais ne me demandez pas comment, car nous avons l'intention de garder ce secret aussi longtemps que possible», ajoute-t-il goulûment. La réalité, estime toutefois le journaliste Jonathan Gitlin d'Ars Technica, est plutôt que l'aérodynamisme n'est pas un facteur aussi important qu'avant, où les prototypes étaient plus rapides.

Mais où donc est passé l'aileron arrière? | Peugeot Sport

Contrairement à la Formule 1 où les coûts sont devenus exorbitants et les contraintes techniques prohibitives, la nouvelle catégorie Hypercar créée par la FIA en 2021 pour les courses d'endurance, doit permettre une maîtrise des coûts avec un budget moyen réduit de 80%, selon la FIA.

Conçue au départ sur mesure pour Aston Martin et Toyota, la catégorie a bien failli être morte-née, à la suite du retrait surprise d'Aston Martin en 2020. Finalement, ce sont quatre concurrents qui s'aligneront au départ le 21 août prochain: la GR010 Hybrid de Toyota, la «007» de la marque américaine Glickenhaus, l'Alpine A480 et la 9X8 de Peugeot. De quoi garantir un peu de suspense.

En ce moment

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

Biz

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

L'occasion fait le larron.

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Tech

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Le module russe Nauka a donné quelques sueurs très froides à la Nasa.

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Et Cætera

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Des pans entiers du savoir humain tombent dans l'oubli.