Rutilant, le tout nouveau superordinateur de Météo France. | Fred SCHEIBER / AFP
Rutilant, le tout nouveau superordinateur de Météo France. | Fred SCHEIBER / AFP

La Chine se serait secrètement dotée de deux «supercalculateurs exaflopiques»

10 puissance 18 flops sur deux machines: de quoi avancer très vite vers le futur, et faire peur aux puissances rivales.

En géopolitique, la course à la puissance de calcul est une course à la puissance tout court. Des supercalculateurs et de leurs prouesses dépendent les avancées technologiques, militaires ou de santé, et les nations se sont engagées dans une course effrénée pour prendre l'avantage sur leurs rivaux, atteindre le futur un peu plus vite qu'elles, et s'emparer d'un avantage compétitif net.

La nouvelle frontière est désormais celle des supercalculateurs exaflopiques. Et si les États-Unis ont annoncé quelques projets promettant de briser ces impressionnants records de plus de 1018 flops, soit plus d'un milliard de milliards d'opérations à la seconde, The Next Platform rapporte que la Chine semble leur avoir coupé l'herbe sous le pied.

Selon le média américain, qui tient ses informations de sources anonymes et non précisées, ce n'est pas d'un mais de deux de ces supercalculateurs exaflopiques dont l'empire du Milieu se serait doté, via son National Supercomputing Center situé à Wuxi, dans la province du Jiangsu: si l'information se vérifie, le coup est doublement dur pour l'Oncle Sam.

Basées sur une évolution de l'architecture Sunway TaihuLight, qui a déjà un temps détenu la très désirable première place du Top500, classement officiel des ordinateurs les plus véloces au monde, les deux machines auraient ainsi atteint une puissance brute maximale de 1,3 exaflop, ce qu'aucun autre supercalculateur n'a réussi jusqu'ici.

Vraie-fausse fuite

Dans un contexte de grandes tensions entre les États-Unis et la Chine, et alors que cette dernière semble avoir réussi un test de missile hypersonique que les pontes du Pentagone très inquiets qualifient de «moment Sputnik», cette fuite n'est certainement pas innocente.

Selon Futurim, elle arrive à un moment de l'histoire où le sceau du secret prend le pas sur les fiertés nationales, alors que les classements internationaux des machines les plus puissantes étaient autrefois l'alpha et l'oméga pour juger de la puissance des nations.

Cette vraie-fausse fuite permet à la Chine de présenter ses nouveaux atouts sans réellement les montrer, sans avoir à publier des résultats «officiels» et passer par le jugement de la communauté scientifique internationale.

Elle peut ainsi mettre un coup de pression supplémentaire sur ses rivaux qui, piqués au vif et dans l'orgueil, pourraient dévoiler leurs avancées publiquement et de manière plus tangible. Mais qu'il s'agisse ou non de bluff, une chose est certaine: les supercalculateurs exaflopiques ne sont déjà plus une idée d'avenir mais un thème du présent.

En ce moment

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

Tech

Le patron de l'Agence spatiale européenne entre en guerre contre Elon Musk

L'Europe ne doit pas laisser le milliardaire faire de l'espace son Far West personnel.

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Tech

L'engouement pour la fusion nucléaire va-t-il enfin payer?

Les capitaux affluent, mais la promesse pourrait être un peu trop belle.

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Tech

Rafale: comment l'avion «invendable» engrange désormais les succès

Le fleuron de l'armée française a longtemps enchaîné les déboires à l'export.