Une portion de eHighway sur l'Autobahn A5, près de Francfort. | Siemens AG

Une portion de eHighway sur l'Autobahn A5, près de Francfort. | Siemens AG

Et si les routes étaient elles aussi électriques?

L'Allemagne teste des autoroutes à caténaires afin de rendre le transport routier moins polluant.

L'industrie du transport routier est une catastrophe écologique. Les camions qui sillonnent les routes du monde entier sont extrêmement polluants; en France en 2019, les poids lourds (y compris les bus et cars) représentaient 22% des émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports, alors qu'ils ne comptent que pour 2% du total des véhicules en circulation.

Afin de réduire les émissions, les constructeurs de camions tentent de trouver des solutions pour faire rouler leurs véhicules de manière plus verte. Daimler, Volvo ou la start-up Nikola parient sur des camions à piles à hydrogène. Après avoir testé la même solution, Scania l'a de son côté abandonnée pour se recentrer sur de plus classiques batteries.

Une autre solution est d'électrifier non pas uniquement les camions, mais aussi les routes sur lesquelles ils transitent. L'expérience est menée en ce moment même par l'Allemagne, sur des autoroutes aux alentours de Francfort.

L'idée est simple: alimenter les poids lourds de la même manière qu'un train, en leur fournissant de l'électricité via un caténaire placé au-dessus de la route. Il suffit ensuite qu'un camion équipé d'un pantographe (le dispositif placé sur le toit des trains, qui vient frotter le caténaire) roule en dessous pour pouvoir être alimenté en électricité.

Les camions roulent ainsi avec leur moteur classique ou une batterie jusqu'à l'autoroute, puis enclenchent leur pantographe pour continuer leur route sans polluer. Si le camion est électrique, il peut même alimenter sa batterie de cette manière et ainsi ne plus avoir à s'arrêter pour se recharger, tout en gagnant en poids.

Le train-train quotidien

Ce dispositif a été mis en place par Autobahn GmbH, l'agence allemande de gestion des autoroutes, en partenariat avec Siemens et Traton, qui possède les camions Scania, MAN et Navistar.

Pour l'instant, ces portions d'autoroute sont en phase de test et ne font que 5 kilomètres de distance. L'objectif est de tester leur efficacité pour les entreprises de fret faisant des allers-retours réguliers au sein de la région de Francfort.

Selon les calculs de Siemens, 4.000 kilomètres de caténaires bien placés pourraient couvrir 60% du transport autoroutier allemand. L'investissement nécessaire à cette installation serait à la charge de l'État, qui gère les autoroutes.

Auprès du New York Times, le ministère des Transports concède qu'a priori, ce système serait le plus économique. Il y a néanmoins un frein: l'important investissement en infrastructures qu'il représente rend le gouvernement hésitant.

Le ministère veut ainsi éviter d'investir des milliards d'euros dans une technologie qui pourrait être dépassée dans quelques années. Et avec les progrès très rapides des batteries et de l'hydrogène, difficile de savoir de quoi l'avenir sera fait.

En ce moment

Contre l'enfer des places de parking, la première voiture pliable

Tech

Contre l'enfer des places de parking, la première voiture pliable

L'entreprise israélienne City Transformer a inventé un véhicule à châssis rétractable.

Mauvaise nouvelle: le prix de l'énergie solaire grimpe pour la première fois depuis sept ans

Biz

Mauvaise nouvelle: le prix de l'énergie solaire grimpe pour la première fois depuis sept ans

Une menace pour nos objectifs climatiques.

Aux États-Unis, Kratos teste un drone lanceur de drones kamikazes

Tech

Aux États-Unis, Kratos teste un drone lanceur de drones kamikazes

De quoi profondément bouleverser un champ de bataille.