C'est très joli, mais un peu stupide. | Erik Mclean via Unsplash
C'est très joli, mais un peu stupide. | Erik Mclean via Unsplash

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

L'intelligence artificielle fait fi du concept de «permanence des objets».

Le 1er septembre dernier, le patron de Tesla, Elon Musk, annonçait vouloir lancer une voiture 100% autonome sans volant ni pédale d'ici 2023. Un serpent de mer que l'on nous promettait déjà pour 2018 et qui ne s'est encore jamais réalisé.

Car, malgré les progrès considérables de l'intelligence artificielle et les millions d'heures de route accumulées, les voitures autonomes ne comprennent toujours rien au monde réel et à la façon dont se comportent les humains, raille The Economist.

«Pour une voiture autonome, un vélo qui disparaît momentanément derrière une camionnette est un vélo qui cesse d'exister, illustre le magazine. Un enfant de 7 ans à qui on confisque un jouet est capable de comprendre que le jouet existe toujours. C'est une des caractéristiques fondamentales de l'intelligence humaine.»

À l'inverse, l'intelligence artificielle fonctionne par apprentissage automatique, en se basant sur des milliers d'images et de vidéos, et en extrapolant ces enseignements à de nouvelles situations. Mais fondamentalement, elle ne «comprend» pas ce qui se passe.

Les exemples de bugs ne manquent pas: Tesla qui confond la lune avec un feu orange, autopilote trompé par du ruban adhésif collé sur un panneau de limitation de vitesse, gouttes de pluie et insectes pris pour des obstacles, ou voiture Uber qui qualifie une cycliste à pied d'«information parasite», les logiciels d'IA sont loin d'être aussi intelligents qu'ils le prétendent.

Not so Hot Wheels

Dans un récent article sur l'intelligence artificielle, Mehul Bhatt de l'université d'Orebro, en Suède, et fondateur d'une entreprise appelée CoDesign Lab, décrit une approche différente pour concevoir les algorithmes de voitures autonomes, grâce à l'ajout d'une «brique logicielle» en sortie des résultats classiques.

Au lieu d'aborder le monde de manière probabiliste, ce logiciel applique des concepts physiques, comme par exemple l'idée que des objets continuent d'exister au fil du temps, qu'ils ont des relations spatiales les uns avec les autres (concept de «devant» et «derrière») et qu'ils peuvent être entièrement ou partiellement visibles.

Les chercheurs ont pu confirmer lors de tests que leur système fonctionnait, même si l'amélioration n'est pas énorme. «Contrairement à un algorithme d'apprentissage automatique, ce moteur de raisonnement peut expliquer la raison pour laquelle il a réagi de telle ou telle façon», souligne The Economist. Outre l'amélioration des programmes, ces informations pourraient donc être utiles aux compagnies d'assurance en cas d'accident.

Même ainsi perfectionnée, l'intelligence artificielle ne sera sans doute jamais au niveau de celle des petits enfants. «Contrairement aux machines, les conducteurs [humains] sont amenés à prendre toute une série de décisions liées à des conventions, à des rapports de force, à l'empathie», estime l'économiste Philippe Crevel. «La réaction d'un conducteur devant un 38 tonnes n'est pas la même que face à une petite voiture.»

Ces contrats implicites sont d'autant plus importants dans une circulation dense. «En circulation mixte comportant des voitures avec ou sans pilote, il est fort probable que les secondes se mettent en position de sécurité et n'arrivent pas à franchir des places comme celle de l'Étoile à Paris», illustre-t-il. Sans compter les questions éthiques, sur le fait de savoir s'il faut mieux éviter d'écraser un chien ou un enfant de 5 ans.

En ce moment

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Et Cætera

L'entourloupe de la «shrinkflation», menace sur l'éolien, la surprise hypersonique chinoise, une journée sur korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Tech

Cette start-up veut construire des fermes verticales souterraines

Produire sa nourriture dans des trous, c'est le concept audacieux de GreenForges.

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

Tech

Pourquoi le changement climatique menace l'électricité éolienne

La vitesse du vent a tendance à s'affaiblir sous les latitudes tempérées, ce qui compromet le potentiel des éoliennes.