La voiture à tout faire. | Jannis Lucas via Unsplash
La voiture à tout faire. | Jannis Lucas via Unsplash

Un homme dit gagner 800 dollars par mois en minant des bitcoins avec sa Tesla

L'électricité, l'argent de l'électricité et le sourire du conducteur?

La pénurie de semi-conducteurs et de microprocesseurs et les tourments qu'elle impose à la plupart des grands constructeurs automobiles en sont la preuve: les voitures ne sont plus seulement un moteur sur roues mais constituent de véritables petites unités informatiques, souvent plus puissantes qu'on ne peut l'imaginer.

C'est le cas des Tesla, dont les capacités diverses, notamment en matière de conduite autonome ou semi-autonome, supposent une confortable puissance de calcul et, surtout, l'alimentation électrique qu'elle nécessite. Quelques grosses batteries qui, quand l'auto ne roule pas, pourraient tout de même s'occuper les watts et volts, ont pensé quelques bricoleurs malins: le set-up est parfait pour miner à bas coût des cryptomonnaies, une activité réclamant comme on le sait d'importantes (et souvent peu vertes) quantités d'énergie.

C'est ainsi qu'avec un peu d'imagination et un minimum de bricolage, quelques possesseurs de Tesla ont transformé leur (presque) banale auto en petite mine mobile à bitcoins et autres monnaies numériques.

À en croire l'un d'eux, Siraj Raval, l'opération est pour le moins rentable: s'il admet risquer de perdre la garantie de son véhicule du fait des petites bidouilles électriques que suppose son acrobatie technique, il raconte avoir gagné jusqu'à 800 dollars (705 euros) par mois grâce à sa mine roulante lors des mois les plus fastes.

Siraj Raval a à la fois branché son ordinateur Apple Mac mini M1 à la console de bord de sa Model 3, ainsi que les puissants et terriblement énergivores GPU consacrés aux calculs nécessaires au minage dans le «frunk», le coffre avant de l'auto.

«Le principal composant de cette activité est le prix de l'électricité», explique à CNBC un autre de ces mineurs automobiles, Alejandro de la Torre. «Si c'est moins cher en le faisant via une voiture électrique, autant le faire.»

Roule ma cryptopoule

Ces bricoleurs sont parfois allés plus loin encore en tentant d'exploiter la puissance de calcul interne de leur automobile. Comme Raval, le YouTubeur Allessi confie au site américain avoir réussi à «tweaker» le firmware de sa Tesla afin de miner du monero directement via le navigateur de sa console centrale.

Mais la puissance électrique de l'auto suffit, arguent certains experts, d'après qui les branchements les plus basiques décrits par Raval semblent également les plus efficaces –et que ses affirmations sont tout à fait crédibles.

«Tous les mécanismes sont présents, expose le patron de Compass Mining, Whit Gibbs. Vous avez une source électrique, de l'espace, la possibilité d'ajouter du refroidissement. La batterie fournit sans aucun doute assez de puissance pour alimenter et faire tourner un système dédié au minage.»

Outre le paradoxe de créer une monnaie terriblement polluante avec un véhicule présenté comme l'un des moyens de sauver l'humanité de sa crise climatique, le jeu en vaut-il la chandelle? Pas toujours, concède Alessi, et moins depuis que le minage de bitcoins s'est mis à réclamer plus de temps et d'énergie.

S'il pouvait gagner 10 dollars de l'heure dans les instants les plus glorieux de sa petite entreprise en 2018, Alessi en tire désormais seulement 1 ou 2 –pas suffisant pour imposer une telle usure à un véhicule si cher. «Est-ce que ça a marché? Oui. Est-ce que j'ai miné quoi que ce soit qui puisse réellement être profitable? Non.»

Un autre de ces hackers du quotidien, Thomas Sohmers, déclare que les affirmations de Raval et son estimation de 800 dollars gagnés mensuellement, y compris en 2021, lui semblent peu crédibles. «La meilleure estimation du hashrate de GPU installés dans la Model 3 serait autour de 7 à 10 MH/s, précise-t-il. Aujourd'hui, à 10 MH/s, on génère un revenu d'environ 13,38 dollars d'ether, sans prendre en compte toutes les dépenses.»

Siraj Raval n'en démord pas: selon lui, cette intégration d'une mine à cryptomonnaies dans sa Model 3 n'est que l'une des facettes d'un business roulant de «robotaxis» qui, tout en conduisant leurs passagers d'un point A à un point B, ou quand ils ne le font pas, seront capables de générer des revenus.

En ce moment

Dans l'espace, le statoréacteur restera longtemps de la science-fiction

Tech

Dans l'espace, le statoréacteur restera longtemps de la science-fiction

La promesse est pourtant belle.

Le Hamas accuse Israël d'avoir tué un plongeur à l'aide d'un dauphin de combat

Et Cætera

Le Hamas accuse Israël d'avoir tué un plongeur à l'aide d'un dauphin de combat

Une accusation pas si bizarre qu'il n'y paraît.

«The Enigma», le diamant noir de 555,5 carats venu d'outre-espace

Tech

«The Enigma», le diamant noir de 555,5 carats venu d'outre-espace

Un investissement extraterrestre.