Tinder swipe à gauche le classement Elo. | Joe Raedle / AFP
Tinder swipe à gauche le classement Elo. | Joe Raedle / AFP

Tinder change son algorithme, adieu les «scores de désirabilité»

Dans un post de blog, l'équipe de l'application de rencontres dévoile (un peu) son nouveau fonctionnement.

De la même manière que pour Netflix, Twitter ou Facebook, le fonctionnement de Tinder repose en grande partie sur son algorithme interne. Et comme les plateformes précédemment citées, l’application de rencontres en garde jalousement les détails.

Toutefois, dans une interview à Fast Company en 2016, le PDG de Tinder révélait que l’un des critères de son algorithme est un «Elo Score». Appelé «classement Elo» en français, cet algorithme est semblable à celui utilisé pour le matchmaking dans les jeux vidéo en ligne, qui analyse le niveau des joueurs et des joueuses et leur attribue un score afin de les placer dans des parties ni trop faciles ni trop ardues.

Sauf que pour Tinder, ce n’est pas le nombre de kills qui est pris en compte, mais le niveau de désirabilité. Ainsi, les utilisateurs et utilisatrices ont plus de chances d'interagir avec des personnes jugées aussi désirables qu'elles.

Évidemment, cette révélation a alimenté de nombreuses théories fumeuses de pick-up artists sur la manière d’exploiter l’algorithme et ses supposées failles, de connaître son score personnel, comment le faire augmenter, etc.

Pas de hasard

Pour Tinder, toutes ces spéculations ont un intérêt évident. Suggérer qu’il existe sur son app une oasis où se rencontrent les personnes les plus «désirables» est la meilleure pub qui soit pour ses formules payantes, Tinder Plus et Tinder Gold. Les deux offrent des «boost» qui permettent d’«être le top profil de l'endroit où vous vous trouvez pendant trente minutes».

Mais ça, c’était avant. Tinder affirme désormais ne plus utiliser de classement Elo. Dans un post de blog, l'équipe de l’application de rencontres explique que depuis quelque temps, son algorithme s’est complexifié.

Elle assure que Tinder se base tout d’abord sur l’activité, pour s’assurer que les personnes inscrites «ne perdent pas leur temps avec des profils inactifs». C'est-à-dire que plus on passe de temps sur l'application, plus on a de chances d'être vu pas un grand nombre de profils.

Tout comme pour le classement Elo, Tinder ne dévoile pas ses secrets au hasard puisque, soit dit en passant, c’est un bon moyen pour motiver les fans de l’app à l’utiliser plus souvent. D’autant que le post insiste: «C’est la partie la plus importante de notre algorithme –et c’est totalement en votre contrôle».

Du reste, le système se base sur le potentiel que deux utilisateurs ou utilisatrices ont de matcher. Par exemple, si vous likez un profil, et qu’un autre compte like ce même profil, alors Tinder pourra vous proposer les autres likes de ce compte qui semble avoir les mêmes goûts que vous. Bref, les mathématique de l'amour restent encore quelque peu complexes.

En ce moment

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

Et Cætera

Le survivalisme des ultra-riches, les miracles du CBD, un open-space de l'enfer, une semaine sur korii

De quoi bien occuper votre dimanche.

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

Et Cætera

Du mieux pour les trottinettes, du rififi dans la vape, les deepfakes pour les nuls, aujourd'hui sur korii.

(Et plein d'autres choses aussii.)

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Tech

Les deepfakes pour les nuls, c'est pour (très) bientôt

Des deepfakes open source et prêts à l'emploi, c'est pour demain et ils risquent d'en rajouter dans le chaos existant.