Et en plus, on le dit silencieux. La panacée? | Capture d'écran South China Morning Post via YouTube
Et en plus, on le dit silencieux. La panacée? | Capture d'écran South China Morning Post via YouTube

La Chine teste un «sky-train», un Maglev suspendu permanent et révolutionnaire

Flotter sans énergie: merci les aimants et les terres rares.

La chose se nomme Red Rail et est présentée comme révolutionnaire. Comme le relate le South China Morning Post, la Chine a entamé des tests sur le premier Maglev suspendu, un «train du ciel» roulant sous ses rails et «flottant» sans avoir besoin d'énergie, grâce à une nouvelle approche et à des aimants.

Ce train et la structure bleue qui le porte sont testés sur une portion de 800 mètres bâtie à Xingguo, dans la province du Jiangxi. Selon le média chinois d'État China Central Television, l'engin est soulevé en permanence et avance à la force d'aimants enrichis en terres rares –un matériau dont le pays ne manque pas.

La Chine est plutôt avancée dans le domaine des trains à sustentation magnétique, dits «Maglev». Début 2021, le pays présentait ainsi à Qingdao (province du Shandong) le prototype d'un appareil qui pourrait atteindre, selon Pékin, la vitesse folle de 620 km/h, tandis qu'un autre engin en cours de développement à Datong (province du Shanxi) vise quant à lui les 1.000 km/h, soit la vitesse d'un avion de ligne.

Comme le note le quotidien, ces grands projets nécessitent néanmoins une grande quantité d'électricité pour être soulevés puis mus, et génèrent un champ électromagnétique suffisamment puissant pour perturber l'environnement direct des lignes.

S'envoyer en l'air

Ce n'est pas le cas du Red Rail: la présence de terres rares –du néodyne notamment– dans les aimants des rails, comme dans le «bras» tenant le wagon, lui permet de flotter sans aucune friction ni apport préalable d'énergie. Ce flottement naturel le rend ainsi d'emblée plus économe en électricité que ses concurrents.

Autre avantage, ces terres rares rendent cette lévitation permanente: contrairement aux aimants classiques, ceux dans lesquels elles sont placées ne perdent pas de leur magnétisme avec le temps.

Selon les chercheurs de l'Université des sciences et technologies du Jiangxi, cette force est d'ores et déjà suffisante pour soulever et faire se déplacer 88 personnes à une vitesse de 80 km/h. Sur une ligne plus longue de 7,5 kilomètres, le Red Rail pourrait rapidement atteindre 120 km/h, soit 50% de plus que la vitesse maximale légale des métros en Chine.

De telles performances ne destinent bien sûr pas ce mode de transport aux longues distances, mais il pourrait devenir une solution de choix pour des villes souhaitant se doter d'un équivalent de métro ou de tramway pour une somme bien moindre: ici, nul besoin de creuser, les lignes et stations étant aériennes, leur facture est relativement simple, et l'engin peut se superposer à des infrastructures routières déjà existantes.

La création du système présenté n'a pas été sans freins: son flottement permanent a par exemple rendu compliqué la stabilisation du wagon lors de son déplacement, et donc mis en péril le confort de ses passagers. Mais les chercheurs ont, est-il expliqué, fait de grands progrès dans ce domaine, notamment grâce à l'aide de l'intelligence artificielle.

En ce moment

Le XA100, un réacteur nouvelle génération révolutionnaire pour les jets du futur

Tech

Le XA100, un réacteur nouvelle génération révolutionnaire pour les jets du futur

Le moteur à «cycle adaptatif» de GE pourrait équiper les F-35 ou ses successeurs.

Avec sa centrale hybride fusion-fission, la Chine annonce une révolution dès 2028

Tech

Avec sa centrale hybride fusion-fission, la Chine annonce une révolution dès 2028

Grâce au «Z-pinch», et à beaucoup d'optimisme.

☢️ Poutine, ou se préparer au pire 🐉 Les dragons volent-ils? ✈️ J-20 chinois vs F-22 américains, une journée sur korii.

Et Cætera

☢️ Poutine, ou se préparer au pire 🐉 Les dragons volent-ils? ✈️ J-20 chinois vs F-22 américains, une journée sur korii.

Quatre articles pour poser un autre regard sur le monde.