L'E-Fan X, l'engin hybride d'Airbus et Rolls-Royce, pourrait faire son vol inaugural dans moins de deux ans. | Via Airbus / Fixion / dreamstime.com
L'E-Fan X, l'engin hybride d'Airbus et Rolls-Royce, pourrait faire son vol inaugural dans moins de deux ans. | Via Airbus / Fixion / dreamstime.com

Quand Greta Thunberg pourra-t-elle reprendre l'avion?

L'ère de l'avion tout-électrique n'est peut-être pas aussi lointaine que nous le pensons.

Fin août 2019, la traversée de l'Atlantique en voilier de la jeune éco-activiste Greta Thunberg suscitait à la fois enthousiasme et polémique. Si elle a préféré le bateau à l'avion, c'était pour rappeler que ce dernier est à lui seul responsable de 2% à 3% des émissions mondiales de carbone. Conscients du problème, les grands acteurs de l'aéronautique se tournent désormais vers des alternatives moins polluantes.

«Voler est une bonne chose, les émissions de carbone non. Notre boulot, c'est de réussir à séparer les deux», résume Alan Newby, directeur de la technologie aéronautique chez Rolls-Royce, l'un des leaders parmi les fabricants de moteurs d'avion.

À l'instar de l'industrie automobile, le secteur fait aujourd'hui le pari de l'énergie électrique. Rolls-Royce vient de lancer deux grands projets, l'un concernant la conception d'un avion hybride en collaboration avec Airbus et Siemens, le second celle d'un avion 100% électrique.

L'avion hybride devrait permettre de réduire les émissions de CO2 de 75% et celles de protoxyde d'azote de 90% d'ici à 2050, tout en faisant baisser les nuisances sonores de 65%.

Pour le décollage, qui requiert une grande puissance, un moteur électrique se chargera d'apporter l'énergie supplémentaire, tandis qu'en vol, des moteurs moins gourmands en carburant s'occuperont de maintenir l'appareil à son altitude de croisière.

Tout le monde planche

Rolls-Royce et Airbus espèrent pouvoir réaliser les premiers vols d'essai de leur avion hybride, baptisé E-Fan X, dès 2021. Avec quatre-vingt-dix sièges, celui-ci devrait à terme servir les lignes régionales comme les long-courriers.

Pour ces derniers, si les industriels n'avancent pour l'instant aucune date quant aux premiers vols commerciaux, certain·es spécialistes du monde aéronautique évoquent l'horizon 2032. En attendant, une flotte de petits avions transportant peu de passagèr·es ou dédiée au transport de marchandises devrait faire son apparition.

La concurrence de Rolls-Royce et Airbus n'est pas en reste. Boeing planche également sur une ligne de petits avions électriques et General Electric, qui réfléchit à un système de propulsion hybride, a signé un partenariat avec l'entreprise XTI Aircraft. De son côté, la start-up israélienne Eviation travaille avec Siemens et Honeywell à son propre avion électrique, nommé Alice.

Le problème majeur au développement de ces nouveaux appareils est le poids des batteries nécessaires pour les faire fonctionner. D'autres solutions sont envisagées, comme le recours aux biocarburants ou l'avion à hydrogène, un projet encore flou dont la NASA s'est saisie.

En ce moment

✈️ Des sièges à deux étages dans les avions 🌾 Le vol du blé ukrainien ⚛️ La fusion dans votre garage, hier sur korii.

Et Cætera

✈️ Des sièges à deux étages dans les avions 🌾 Le vol du blé ukrainien ⚛️ La fusion dans votre garage, hier sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde autrement.

Où et comment la Russie trafique les céréales volées à l'Ukraine

Biz

Où et comment la Russie trafique les céréales volées à l'Ukraine

La BBC a analysé les preuves d'un vaste commerce international de ces grains mal acquis.

Chaise Longue, la start-up qui veut empiler les passagers d'avion sur deux couches

Tech

Chaise Longue, la start-up qui veut empiler les passagers d'avion sur deux couches

Bienvenue dans les «avions à impériale» (et bon courage aux claustrophobes).