Bientôt la même photo, les mêmes trottinettes, la même impression de vitesse –mais sans les conducteurs. | Marek Rucinski via Unsplash
Bientôt la même photo, les mêmes trottinettes, la même impression de vitesse –mais sans les conducteurs. | Marek Rucinski via Unsplash

Vous allez détester les trottinettes télécommandées

L'idée peut faire peur, elle est peut-être pourtant la solution pour maîtriser le chaos de la micro-mobilité.

Entre chien et loup, vous déambulez d'un pas tranquille dans cette ruelle dépeuplée que vous empruntez chaque soir en rentrant du boulot. Soudain, un bruit étrange, une forme qui bouge, une hallucination: une trottinette, sans conducteur, se met en branle et roule dans votre direction. Horreur.

Dans quelques années, cette scène de film d'épouvante raté pourrait être d'une affligeante banalité. Et c'est ce sur quoi travaille la start-up Tortoise, cofondée et dirigée par Dmitry Shevelenko.

Tortoise part d'un constat très simple, que peut effectuer quiconque vivant dans une cité où les flottes de trottinettes en location ont inventé une nouvelle mobilité tout en installant un grand chaos.

Télécommander le chaos

Les machines traînent un peu partout, abandonnées par des utilisateurs et utilisatrices se souciant parfois peu de l'ordre urbain. Elles sont très inégalement réparties sur le territoire. Elles se font régulièrement braquer ou vandaliser. Leur recharge est un job infernal et ingrat pour les «juicers», qui doivent chaque nuit en faire la chasse.

Tortoise, qui travaille en collaboration avec des entreprises de location de trottinettes, leur vend une solution à la fois simple et radicale, à même de bouleverser leur modèle logistique et économique: des engins télécommandés, capables grâce au travail de téléopérateurs ou téléopératrices de se diriger vers un endroit précis.

Celui-ci peut être un quartier en demande, notamment les banlieues où le transport sur le dernier kilomètre est crucial et très demandé, un centre où elles peuvent être chargées en masse ou, plus simplement, un emplacement où elles ne gêneront personne.

Tortoise, explique The Verge, travaille sur l'autonomisation des trottinettes mais les premiers déploiments seront contrôlés à 100% par des êtres humains, regroupés dans un centre basé à Mexico. Les technologies utilisées aujourd'hui sont simples et peu coûteuses. «En gros, nous prenons les composants de smartphones pour les placer à l'extérieur des trottinettes», indique Dmitry Shevelenko au site américain.

Tortoise n'est pas la seule entreprise à travailler sur la question de l'autonomisation de ses flottes. Il était ainsi annoncé, début 2019, qu'Uber explorait la question, ce qui avait provoqué sur Twitter l'ire d'Eric Paul Thomas, analyste pour le Center for Automotive Research. «La pire nouvelle idée de mobilité», écrivait-il alors.

Les obstacles sont effectivement nombreux. À commencer par les innombrables contraintes réglementaires et juridiques avec lesquelles il faudra composer avant de pouvoir faire librement circuler ces trottinettes fantômes dans nos villes.

Selon Shevelenko, rien d'impossible cependant. Il prend pour exemple les tests de livraison robotique déjà en cours, met en avant la lenteur plutôt que la vitesse, et conclue que nos sociétés sont de plus en plus à l'aise avec les véhicules autonomes.

Dans sa vision à long terme, il pense Tortoise comme un équivalent pour les micro-mobilités de l'omniprésent AWS, géant du cloud Amazon dont tout le monde dépend.

Les trottinettes ne sont pour lui qu'une première étape: Tortoise pourrait ainsi proposer ses services, télécommandés ou autonomes, à tous les robots du monde, qu'ils soient employés au nettoyage, à la sécurité ou aux livraisons.

En ce moment

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Tech

Quand la Playstation servait à étudier les trous noirs

Peu coûteuse et adaptable, cette machine taillée pour le jeu a aussi fait des miracles en sciences.

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

Et Cætera

Le «sale petit secret» d'Uber, la pollution des sacs réutilisables, des bébés génétiquement modifiés, une semaine sur korii.

De la lecture et des surprises pour votre samedi.

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Et Cætera

La recherche des seins parfaits, la mafia meilleure que Goldman Sachs, +100% à Wall Street, une journée sur korii.

Ce qu'il fallait lire aujourd'huii.