Ce n'est pas le royaume des cieux, mais le gouvernement dans le nuage. | AWS via YouTube
Ce n'est pas le royaume des cieux, mais le gouvernement dans le nuage. | AWS via YouTube

Comment Amazon et AWS ont (littéralement) sauvegardé l'Ukraine

Une nation, c'est beaucoup de données: au prix de mille efforts, la firme les a placées dans le cloud.

Mise sur le marché par AWS, l'énorme branche «cloud» d'Amazon, la chose se nomme Snowball Edge. Elle ressemble, peu ou prou, à une grosse valise en plastique. Elle ne paie pas particulièrement de mine, mais elle a pourtant aidé à littéralement sauvegarder l'Ukraine.

Car une nation est une organisation complexe, et l'Ukraine n'échappe pas à la règle. Elle comportait au dernier comptage 43 millions d'habitants, et ceux-ci, comme partout, étaient liés par d'infinis documents et données aux services de l'État.

Finances et administration fiscale, administrations de santé, justice, organismes sociaux, éducation nationale, état civil, titres de propriété, nous vous laissons continuer cette liste: tout ceci représente des quantités astronomiques de données liées aux individus, sur lesquelles l'État et son gouvernement doivent conserver la main, sous peine de voir l'ensemble de l'édifice s'écrouler.

Or, on le voit avec la campagne de destruction des infrastructures civiles ukrainiennes menée par Moscou à grands coups de missiles, rien dans les frontières du pays n'est tout à fait à l'abri de la destruction, et notamment pas les «data centers» dans lesquels ont pu être stockées ces données.

Que ceux-ci puissent voler en éclats fut un risque rapidement compris par les cadres d'Amazon et d'AWS, comme par le gouvernement ukrainien, notamment le très clairvoyant «ministre de la tech» Mykhailo Fedorov. Ainsi que l'explique le Los Angeles Times, ces derniers ont décidé de mettre en place un plan pour mettre cette forme de double numérique du gouvernement de Kiev à l'abri, dans les nuages.

Et si Amazon aide aussi le pays de manière purement matérielle, en lui envoyant divers produits de première nécessité, c'est sans doute cet aspect qui fut le plus important pour l'Ukraine, comme a pu l'être par ailleurs le déploiement rapide de Starlink, la connection internet par satellite de SpaceX, décidé par Elon Musk.

«C'est la guerre la plus avancée sur le plan technologique de toute l'histoire humaine», abonde Fedorov, qui ajoute que le «leadership d'Amazon Web Services a pris une décision qui a sauvé le gouvernement et l'économie ukrainiens».

À data sur mon nuage

Avant février, une loi du cru disposait que les données liées au pays soient stockés sur le territoire national. La menace russe se faisant de plus en plus précise, celle-ci a été modifiée, quelques semaines avant l'invasion. Le 24 février 2022, soit le jour même où Moscou a porté ses premières attaques, le responsable de la «transformation gouvernementale» d'AWS, Liam Maxwell, rencontrait l'ambassadeur ukrainien Vadym Prystaiko à Londres.

Tous les deux griffonnaient un plan pour, au plus vite, mettre les données ukrainiennes à l'abri, loin de la main de Moscou, a priori définitivement protégées par leur placement dans le cloud. Celles-ci, explique Fedorov, sont «des informations critiques pour l'infrastructure» du pays, le «cœur du fonctionnement de l'économie, du système fiscal, des banques et du gouvernement dans son ensemble».

Soit beaucoup, beaucoup de documents et de données: il est question de 10 millions de gigabits transférés jusqu'ici, et le processus n'est a priori pas terminé. Le processus de réunion de cette data a impliqué au total vingt-sept ministères et dix-huit universités, ainsi que des dizaines de structures privées, notamment la plus grosse banque du pays, PrivatBank.

Des Snowball Edge protégées contre les chocs, chacune étant capable de contenir 80 terabits de données, ont été envoyées depuis Dublin jusqu'en Ukraine. Une fois pleins, ces énormes disques durs devaient repasser la frontière, en transitant généralement par la Pologne.

Le matériel était souvent transporté par de simples camionnettes, un peu plus tard par avion lorsque l'étau s'est desserré sur l'ouest du pays et ses aéroports. «C'est toujours un moment un peu tendu au carrousel à bagages», plaisante (ou ne plaisante pas) Liam Maxwell. «Voilà un gouvernement dans une boîte, littéralement.»

En Pologne, des réfugiés ukrainiens étaient formés à utiliser les services d'AWS, pour s'assurer que les données continueraient en tout temps à être exploitables par les organismes gouvernementaux. Le Los Angeles Times note qu'Amazon n'a pas eu à réfléchir quant à l'éventuel impact en Russie d'une telle opération: elle n'y a strictement aucun intérêt commercial ou économique et n'a jamais essayé de s'y développer.

Mais si elle a sauvé l'Ukraine, ou du moins son administration, l'opération est aussi positive pour AWS: d'autres pays ont observé cette sauvegarde avec intérêt, et pourraient rapidement devenir de nouveaux clients de ses services.

En ce moment

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Tech

Le top 13 des missiles les plus dangereux au monde

Dans la course aux armes hypersoniques, Chine et Russie ont plusieurs longueurs d'avance sur les États-Unis.

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Et Cætera

🌞 Le soleil qui tourne à l'envers ✈️ Le MiG-29, héros d'Ukraine 🔪 Les criminels de Wagner dans la nature: l'hebdo de korii.

Dix (courts) articles pour bannir l'ennui de votre dimanche et prendre de l'avance sur le monde.

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Et Cætera

☢️ Des mini-centrales peu efficaces 🕘 Une aide à l'Ukraine trop tardive 🚗 L'Autopilot Tesla aux fraises, hier sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.