Faire feu de tout bois, une allégorie. | Auteur inconnu / OSINTtechnical via Twitter
Faire feu de tout bois, une allégorie. | Auteur inconnu / OSINTtechnical via Twitter

Les soldats russes s'en remettent aux troncs d'arbres pour blinder leurs véhicules

Le Système D (comme désastre).

Face à l'envahisseur russe, les forces armées ukrainiennes sont –notamment– entrées dans une forme de guérilla contre les blindés et convois de ravitaillement russes, victimes d'attaques quotidiennes et ravageuses.

Ceux-ci sont souvent forcés d'emprunter les routes goudronnées d'Ukraine pour éviter la fameuse «raspoutitsa», ces terrains rendus boueux par le dégel ou les inondations volontaires. Ils forment des convois, longs ou courts mais souvent très peu mobiles, qui font le bonheur du «St. Javelin» et de ses équivalents, les armes anti-chars reçues par milliers par les soldats ukrainiens.

Le bonheur des uns fait les frayeurs, voire le décès, des autres. Samedi sur Twitter ont ainsi surgi quelques images surprenantes mais authentifiées prouvant une fois de plus le grand degré d'impréparation dans lequel se trouve une partie des forces russes.

On y voit ainsi des camions logistiques russes auxquels les militaires quelque peu laissés à eux-mêmes ont ajouté un blindage supplémentaire plutôt approximatif: de petits troncs d'arbres, prélevés directement dans la forêt environnante.

Aux à bois

Comme le note The Drive, ce n'est pas la première fois que ce type d'image circule depuis le début du conflit. Certains des très nombreux tanks capturés par les soldats ukrainiens –ou les fermiers du coin, sans doute heureux de prises si valeureuses qu'ils peuvent ne pas déclarer aux fisc du cru– avaient ainsi des sacs de sable installés sur les tourelles, un moyen pour le moins incertain d'augmenter leur résistance à un missile tueur de tank.

On a également vu des tanks transporter ou leurs équipages produire leurs propres rondins de bois, destinés cette fois à les sortir du bourbier dans lequel ils allaient à l'évidence se mettre.

Sans doute pas plus que le blindage en bouleau, matériau inflammable s'il en est, la technique a semble-t-il échoué et les véhicules ont été abandonnés puis cueillis par les forces ukrainiennes.

Ce ne sont sans doute pas ces images pitoyables que Vladimir Poutine avait en tête lorsqu'il a décidé de lancer son blitzkrieg sur l'Ukraine: il faudra pourtant s'y habituer, car le conflit semble être appelé à durer.

En ce moment

🪖 Nouveaux mobilisés, futurs morts 🥉 La grande crise du cuivre 🦜 La guerre contre les cacatoès, une journée contre korii.

Et Cætera

🪖 Nouveaux mobilisés, futurs morts 🥉 La grande crise du cuivre 🦜 La guerre contre les cacatoès, une journée contre korii.

Quatre articles pour jeter un autre regard sur le monde.

En Australie, une «course aux armements» a commencé entre les cacatoès et les humains

Et Cætera

En Australie, une «course aux armements» a commencé entre les cacatoès et les humains

La guerre est déclarée, et aucun n'est prêt à se rendre.

Le monde doit se préparer à une grave et longue pénurie de cuivre

Biz

Le monde doit se préparer à une grave et longue pénurie de cuivre

Il est pourtant indispensable, notamment à nos horizons plus verts.