La rivière Donets après la débâcle. | GlasnostGone via Twitter
La rivière Donets après la débâcle. | GlasnostGone via Twitter

L'armée russe a un gros, gros problème avec ses ponts flottants

Les échecs se répètent et se ressemblent, au grand étonnement des analystes occidentaux.

Bâtir un pont flottant pour faire traverser un cours d'eau à une colonne de blindés et à des troupes est, affirme le Wall Street Journal (WSJ), l'une des opérations les plus délicates à réaliser pour une armée moderne en temps de guerre et, pire, sous le feu ennemi.

Or, il semble qu'en la matière, les armées russes soient particulièrement peu douées, ou mal commandées. L'infernale débâcle sur la rivière Donets vécue par les troupes du Kremlin semble ainsi suivre un schéma déjà observé depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, il y a désormais trois mois.

Ce fut notablement le cas pour un pont flottant détruit mi-mars sur la rivière Irpine, qui a rendu impossible pour les Russes la prise du village voisin puis leur avancée sur Kiev. Selon les militaires interrogés par le Wall Street Journal, c'est la preuve que les hauts gradés du Kremlin exigent de leurs troupes sur le terrain des avancées rapides qu'elles ne sont pas suffisamment préparées à effectuer.

«Tous les combats devraient être un ballet hautement orchestré de violence cinétique, d'humains, de véhicules et d'avions, explique ainsi au quotidien américain le général en retraite Peter DeLuca, ex du génie. Tout doit être coordonné pour que ce soit efficace et nous n'avons pas vu les Russes réussir cela en Ukraine.»

Les ponts des soupirs

Traverser une rivière grâce à un pont flottant nécessite beaucoup de personnel, des matériels très spécialisés, une longue et minutieuse préparation. Comme un assaut sur une plage, c'est une opération à haut risque, qui ne devrait être tentée que lorsqu'elle est absolument nécessaire sur un plan stratégique, estiment les experts interrogés par le WSJ.

«Le commandement ne peut utiliser les ponts flottant que lorsqu'il attend une récompense importante, dit un autre militaire à la retraite, le major général australien Mick Ryan. Ils sont normalement construits lorsqu'une armée souhaite utiliser cette route comme un axe important de progression.»

Bref, monter un pont flottant ne se fait pas à la légère, se prépare longtemps à l'avance et ne doit pas être la traduction des frustrations d'états-majors souhaitant accélérer la marche des choses sans prendre en compte les réalités du terrain.

C'est précisément ce que les Russes ont semblé faire à plusieurs reprise, le désastre sur la rivière Donets en étant l'exemple le plus flagrant avec des dizaines de blindés et des centaines d'hommes perdus.

Un militaire engagé dans la construction de ponts flottants lors de son passage en Afghanistan raconte ainsi au WSJ que les hommes sous ses ordres s'entraînaient de multiples fois, au ralenti puis à vitesse réelle, à monter la construction, afin d'être parfaitement au point le jour J.

Une reconnaissance longue et précise des différents lieux possibles est également nécessaire, sinon vitale, avant que la décision de commencer à monter le pont flottant ne soit prise.

Si un endroit semble convenir, précisent les experts, les troupes souhaitant traverser doivent étirer les défenses adverses en semblant s'intéresser à d'autres lieux. Ce que les Russes n'ont semble-t-il pas fait sur la rivière Donets, s'attaquant bille en tête et sans aucune manœuvre de diversion au lieu même où les forces ukrainiennes les attendaient déjà avec une grande certitude, sur l'autre rive, prêtes à frapper le plus durement possible.

Il est aussi indispensable de bouleverser la préparation de la défense ennemie, notamment en envoyant par bateau des troupes d'élite sur l'autre rive faire un peu de ménage.

Les vétérans interrogés par le Wall Street Journal expliquent ainsi qu'une bande de 500 mètres en amont et en aval du point de traversée doit être «nettoyée» d'éventuelles pièces d'artillerie et concentrations de troupe, notamment en coordonnant l'action de ses propres canons ou de ses avions.

Enfin, tout doit être prêt et pensé pour le moment où le pont atteindra la rive d'en face. Il est nécessaire que les troupes et blindés devant traverser soient organisés de manière à le faire au bon moment.

Ce doit être ni trop tôt, au risque de se transformer en une cible immobile pour l'artillerie ennemie, ni trop tard, afin de constituer une tête de pont suffisamment solide à l'arrivée pour repousser une éventuelle contre-attaque et s'emparer définitivement des lieux.

En ce moment

🛢️ Le mic-mac du plafonnement du pétrole russe ✈️ Israël s'entraîne contre l'Iran 💎 Une météorite et deux nouveaux minéraux, une journée sur korii.

Et Cætera

🛢️ Le mic-mac du plafonnement du pétrole russe ✈️ Israël s'entraîne contre l'Iran 💎 Une météorite et deux nouveaux minéraux, une journée sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.

En Pologne, miner illégalement du charbon dans son jardin peut (de nouveau) rapporter gros

Biz

En Pologne, miner illégalement du charbon dans son jardin peut (de nouveau) rapporter gros

Il est partout et c'est la crise: les exploitations sauvages se multiplient.

La gaffe à un million de roubles de Dmitri Rogozine, copain de Poutine et ex-patron de Roscosmos

Et Cætera

La gaffe à un million de roubles de Dmitri Rogozine, copain de Poutine et ex-patron de Roscosmos

La risée des réseaux.