Vladimir Poutine lors de la cérémonie du 9 mai 2022, à Moscou. | Kirill Kudryavtsev / AFP
Vladimir Poutine lors de la cérémonie du 9 mai 2022, à Moscou. | Kirill Kudryavtsev / AFP

Mach 27 et invincible: Poutine pourrait-il employer le missile Avangard en Ukraine?

Il est annoncé prêt. Mais serait-il utile?

Depuis quelques années, l'un des axes de développement stratégique et l'une des fiertés principales des armées russes que l'on dit modernisée repose sur une flopée de nouveaux projectiles, tous présentés comme plus impressionnants, ravageurs, inarrêtables les uns que les autres.

Le Burevestnik («oiseau de tempête»), surnommé le «Tchernobyl volant» par ses détracteurs, torpille nucléaire et furtive Poséidon 2M39 capable d'aller déclencher des tsunamis sur les côtes ennemies, ravageur missile Sarmat surnommé «Satan II» et promettant des apocalypses plus rapides, missiles hypersoniques Zircon ou Kinjal notamment: Moscou dispose d'un arsenal réel ou supposé de plus en plus menaçant.

Et a profité de la guerre en Ukraine pour en faire à la fois usage et étalage. Le Kinjal a ainsi été utilisé à plusieurs reprises depuis le début du conflit le 24 février, sans que cela ne semble avoir un véritable quelconque effet tactique particulier, sinon de pure communication et de terreur. Il existe désormais une autre corde à l'arc hypersonique de Moscou, et non des moindres: son missile Avangard.

En test depuis plusieurs années déjà, inspecté dès 2019 par les États-Unis dans le cadre des traités liant les deux pays autour de la question des projectiles de ce type, il a de nouveau fait parler de lui ces derniers jours, alors que la guerre en Ukraine bat son plein et que la Russie promet mille maux inédits à un Occident qui ne cesse de renforcer et muscler son aide militaire au pays agressé, au risque de franchir «une ligne rouge» selon Sergueï Lavrov.

Le 6 juin et ainsi que le rapporte le site Voi, repris par Zone Militaire, le commandant des Forces des fusées stratégiques de la Fédération de Russie Sergueï Karakayev a expliqué à la chaîne Zvezda TV, chaîne du ministère russe des Armées, qu'un second régiment de missiles balistiques avait été doté en missiles Avangard. Selon ces propos ensuite repris par l'agence d'État Tass, il serait sur le point d'être déclaré opérationnel, et mis en alerte et en position de se battre.

Invincible

Composé d'un missile balistique (RS-18/SS-19) et d'un glisseur hypersonique, le missile Avangard est produit et testé depuis quelques années déjà. Selon Vladimir Poutine, qui aime semble-t-il beaucoup ses nouveaux joujoux, il est capable de frapper une cible telle «une météorite, une boule de feu», et peut emporter une charge conventionnelle comme une tête nucléaire, d'une puissance de 2 mégatonnes.

Il est surtout capable, selon la Russie, d'atteindre la vitesse de Mach 27, soit plus de 33.000 kilomètres par heure, et de modifier sa course à la demande, ce qui le rend –pour l'instant– impossible à intercepter par aucun des systèmes antiaériens les plus modernes mis en service dans le monde.

De quoi angoisser les états-majors occidentaux, sans même parler des armées et populations ukrainiennes qui pourraient voir s'abattre sur elles cet invincible engin de mort.

Mais si l'annonce de la mise en service d'un second régiment doté de missiles Avangard n'a rien d'innocent alors que la bataille du Donbass fait rage et que les menaces pleuvent de tous côtés, elle semble relever de la simple rodomontade et de la propagande plus que de la véritable menace.

L'emploi sur le terrain ukrainien d'un tel missile n'aurait sur un plan stratégique ou tactique aucun intérêt particulier, pourrait offrir à l'Occident l'occasion d'étudier de très près son comportement, et donc de commencer à penser à des contre-mesures efficaces.

En outre, Moscou, qui s'est illustrée depuis des mois par ses menaces de plus en plus crues, sait que les mettre à exécution pourrait précipiter sa perte et, tel l'enfant qui crie au loup, finit par faire tourner ses terreurs dans un certain vide. Il n'en reste pas moins que l'Avangard existe, et qu'il est en service: c'est un élément de plus à prendre en compte dans les risques d'escalade de la guerre en cours.

En ce moment

🛢️ Le mic-mac du plafonnement du pétrole russe ✈️ Israël s'entraîne contre l'Iran 💎 Une météorite et deux nouveaux minéraux, une journée sur korii.

Et Cætera

🛢️ Le mic-mac du plafonnement du pétrole russe ✈️ Israël s'entraîne contre l'Iran 💎 Une météorite et deux nouveaux minéraux, une journée sur korii.

Quatre articles pour prendre de l'avance sur le monde.

En Pologne, miner illégalement du charbon dans son jardin peut (de nouveau) rapporter gros

Biz

En Pologne, miner illégalement du charbon dans son jardin peut (de nouveau) rapporter gros

Il est partout et c'est la crise: les exploitations sauvages se multiplient.

La gaffe à un million de roubles de Dmitri Rogozine, copain de Poutine et ex-patron de Roscosmos

Et Cætera

La gaffe à un million de roubles de Dmitri Rogozine, copain de Poutine et ex-patron de Roscosmos

La risée des réseaux.