Ce pourrait être joli, si ce n'était possiblement mortel. | Capture d'écran Rob Lee via Twitter
Ce pourrait être joli, si ce n'était possiblement mortel. | Capture d'écran Rob Lee via Twitter

Retour à l'envoyeur: en vidéo, le spectaculaire fail d'un missile-boomerang russe

L'arroseur arrosé, en version mortelle.

Conceptuellement, ce pourrait être l'une des Idées noires de Franquin. C'est un incident certes hallucinant mais pourtant bien réel que des images, croisées sur les réseaux sociaux ces derniers jours, montrent à des observateurs ahuris.

Un retour à l'envoyeur, un arroseur arrosé, un boomerang en version martiale, guerrière, explosive et possiblement mortelle: c'est le spectaculaire échec d'un missile a priori russe, sans doute de type Buk, envoyé d'une position de la région de Louhansk, où les combats font rage depuis des semaines et où l'Ukraine commence à céder, que l'on peut voir sur ces images terribles.

A priori, il s'agit de missiles antiaériens, lancés depuis Alchevsk. Une salve de quatre d'entre eux est lancée. Trois s'élancent normalement vers leur cible dans le ciel. Le quatrième, lui, fait un demi-tour inattendu en forme de fer à cheval et, aussi vite qu'il est parti, revient s'écraser à quelques encablures de son point de départ.

Bien qu'aucune autre information n'ait filtré quant aux conséquences de cet embarrassant 180 degrés, la gerbe pyrotechnique d'éclats incendiés et de restes de carburant ne laisse que peu de doute sur les dégâts causés au sol –et, au minimum, sur l'intense frousse qu'ont dû ressentir les militaires russes en voyant leur engin de mort revenir si vite vers sa position initiale.

Pour en avoir le cœur (un peu) plus net, The War Zone a demandé son avis à David Shank, qui fut instructeur pour l'armée américaine à l'Air Defense Artillery School de Fort Sill, dans l'Oklahoma. L'homme, bien sûr, n'en sait pas beaucoup plus que les très lointains observateurs que nous sommes.

Oups!

Selon lui, il peut tout simplement s'agir d'un missile défectueux, mal construit ou endommagé lors de son transport ou de son chargement.

«Ce sont des choses auxquelles nous avons déjà assisté. Ça arrive avec les systèmes américains. Ce n'est pas souvent. Ce n'est pas joli. C'est très rare, mais ça arrive», explique-t-il, donnant l'exemple de missiles Stinger s'échouant lamentablement au sol juste après leur tir.

Autre possibilité: ce missile-boomerang a peut-être cherché à abattre une cible désignée en amont mais qui s'était déjà trop approchée de la position russe, une proximité problématique ayant provoqué ce demi-tour fatal.

«C'est dur à dire», admet le colonel à la retraite, qui pense néanmoins que les dégâts au sol, notamment à d'éventuels et fragiles systèmes radars, ont pu être importants.

En ce moment

Plus de 50 jours en vol: le Zephyr, drone de tous les records, est toujours en l'air

Tech

Plus de 50 jours en vol: le Zephyr, drone de tous les records, est toujours en l'air

Conçu par Airbus, le drôle d'animal ne veut plus descendre.

La Corée du Nord offre 100.000 soldats à la Russie pour l'aider en Ukraine

Et Cætera

La Corée du Nord offre 100.000 soldats à la Russie pour l'aider en Ukraine

Une alliance des forces sombres.

Dix anecdotes folles que vous ignoriez sur le mythique SR-71 «Blackbird»

Tech

Dix anecdotes folles que vous ignoriez sur le mythique SR-71 «Blackbird»

L'avion de toutes les extravagances.