Un petit vaccin concocté dans votre cuisine? | Sergio Flores / Getty Images North America / AFP
Un petit vaccin concocté dans votre cuisine? | Sergio Flores / Getty Images North America / AFP

Vous pourriez désormais fabriquer le vaccin Moderna chez vous

Sa séquence ARNm a été publiée sur GitHub par des scientifiques de Stanford. Bientôt des vaccins DIY?

En octobre 2020, la jeune firme pharmaceutique Moderna promettait qu'elle n'attaquerait aucune structure violant la propriété intellectuelle de son très efficace vaccin contre le Covid-19 pour en produire sa propre version, et ce «pendant toute la durée de la pandémie».

Comme nous l'expliquait en février Pauline Londeix, cofondatrice de l'Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, la promesse est attirante sur le papier mais impraticable dans le monde réel.

«Dans le marché tel qu'il est fait, ça ne peut pas fonctionner. Un génériqueur ne prendra pas le risque s'il n'a pas les garanties légales –un communiqué de presse, ça ne suffit pas», soulignait la spécialiste.

Il existe une autre barrière évidente à cette apparente bonté. Comme le fait remarquer un porte-parole de Moderna interrogé par le Washington Post, si l'entreprise s'est engagée à ne poursuivre aucun copieur, elle n'a en revanche jamais promis de rendre publics les secrets industriels et technologiques de son vaccin. Et ce d'autant moins qu'ils pourraient constituer la première brique fondamentale de bien d'autres traitements à venir.

Open source

Cette barrière vient pourtant peut-être de sauter, grâce à une équipe de scientifiques de Stanford. Comme le relate Motherboard, elle a pu mettre la main sur quelques gouttes du vaccin Moderna, connu sous le nom de «mRNA-1273». Elle en a ensuite décodé les secrets, grâce à de complexes méthodes de rétro-ingénierie, ainsi qu'à des comparaisons systématiques avec du matériel génétique retrouvé dans le corps de personnes déjà vaccinées.

Après avoir contacté Moderna à propos de ses recherches –appel resté sans réponse–, l'équipe a enfin décidé de publier sur GitHub la séquence de l'ARN messager (ARNm) codant la protéine «Spike» du coronavirus SARS-CoV-2 qui permet ensuite au corps, après injection, d'apprendre à produire ses défenses contre une futur agression virale.

Comme celle du vaccin «BNT162b2» de Pfizer et BioNTech, que d'autres avaient déjà décodée, cette séquence est désormais accessible à toute personne disposant d'une connexion internet.

En théorie, il est donc possible à toute personne disposant du matériel et des connaissances nécessaires de reproduire le vaccin Moderna chez elle –ou du moins dans son usine. C'est d'autant plus vrai que le reste des ingrédients et méthodes nécessaires à la confection du précieux mRNA-1273 sont également bien connues, décrites par le menu dans ce post de blog.

Va-t-on alors assister à la naissance d'une armée de bouilleurs de cru vaccinal, produisant et embouteillant dans leurs caves et garages des hectolitres de vaccin do it yourself? C'est, bien sûr, très peu probable.

Mettre en place la chaîne d'approvisionnement et de production d'un tel produit est un casse-tête d'une grande complexité, une difficulté sans doute suffisante pour protéger Moderna des individus trop bravaches qui souhaiteraient tester sa promesse de non-poursuites. Consciente de ce non-risque, la Food and Drug Administration américaine a d'ailleurs donné son feu vert à la publication, affirment les scientifiques de Stanford.

Si, en revanche, un génériqueur aux reins solides souhaitait se mettre à produire le vaccin de Moderna sans licence officielle ni transfert encadré de connaissances, ce dévoilement public de ses secrets génétiques pourrait représenter un gain de temps très appréciable.

De manière plus générale, la publication de l'équipe de recherche de Stanford, comme le détail des méthodes qu'elle a utilisées, seront probablement d'une grande utilité scientifique à l'avenir. L'affaire témoigne de surcroît que la science et la médecine pourraient sans doute avancer plus vite encore si elles empruntaient certaines des règles de l'open source.

En ce moment

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

Biz

Votre vieille voiture vaut désormais plus cher que quand vous l'avez achetée

L'occasion fait le larron.

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Tech

Grosse, grosse frayeur pour la Station spatiale internationale

Le module russe Nauka a donné quelques sueurs très froides à la Nasa.

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Et Cætera

«Link rot»: quand le web pourrit de l'intérieur

Des pans entiers du savoir humain tombent dans l'oubli.