À peine le temps de souffler que c'est chargé. | Morand via Newspress
À peine le temps de souffler que c'est chargé. | Morand via Newspress

Entre supercondensateur et batterie, la eTechnology de Morand promet une recharge en soixante-douze secondes

Deux-roues et petites voitures seraient d'abord concernées.

Imaginez un véhicule électrique capable de se charger aussi vite, sinon plus rapidement, que vous n'abreuvez votre SUV gourmand à la pompe à essence classique? Si les infrastructures se développent, et elles le feront, il y a de quoi rêver d'une électrisation encore plus rapide de l'automobile.

C'est peu ou prou ce que promet un produit nommé eTechnology, conçu par la start-up suisse Morand, et dont la caractéristique est une recharge (littéralement) éclair. Le nom la petite entreprise ne sera pas tout à fait inconnu aux plus fins des connaisseurs de sport automobile: dans le jeu depuis des décennies, Benoît Morand a notamment conçu en 2011 le premier prototype hybride engagé sur les 24 Heures du Mans, une Oreca 01 courant sous le nom de Hope PoleVision.

Avec l'appui de l'ex-patron de Lotus ou McLaren en Formule 1, le Français Éric Boullier, et de son autre associé Michel Volet, il a plus récemment présenté la première «Hypercar» 100% suisse, la Morand 1. Dévoilé en 2020, l'engin fou a été conçu en deux versions, l'une hybride et capable d'atteindre les 1.000 chevaux et l'autre électrique, dont la dantesque puissance monte à 2.000 chevaux.

Morand est donc un habitué de la performance et, comme l'explique New Atlas, c'est de ce côté sportif qu'il est allé cherché ses ingénieurs pour concevoir une batterie décrite comme au croisement du supercondensateur et de la cellule au lithium plus classique et présentant des caractéristiques assez révolutionnaires.

Selon les résultats d'un test indépendant mené par Geo Technology, un prototype de eTechnology de 7,2 kilowattheures (kWh) a pu être rechargé à 80% en soixante-douze secondes seulement, à 98% en deux minutes, et 100% en deux minutes et trente secondes.

Petit mais rapide

Bien sûr, ce chiffre de 7,2 kWh est loin d'atteindre celui des automobiles électriques communes: la batterie d'une Peugeot 208 récente atteint, par exemple, les 100 kWh. Benoît Morand et sa structure visent donc dans un premier temps les petits véhicules, plutôt les deux-roues. New Atlas note que le pack électrique de l'adorable petite Ami de Citroën atteint une capacité de 5,35 kWh, ce qui met ces mini citadines à la portée de son produit.

Dans son communiqué, la start-up explique également que sa batterie permet un nombre très important de cycle de charge et de décharge, de l'ordre de 50.000 voire 70.000, soit plus de dix fois ce que permettent les batteries classiques actuelles.

Autres qualités mises en avant par la firme suisse: une protection efficace contre les incendies –un critère indispensable, comme l'a démontré de récents et nombreux événements en Inde–, ainsi qu'une moindre utilisation d'un lithium bientôt en pénurie mondiale et du très problématique cobalt, dont l'extraction est souvent un désastre humain.

Il reste néanmoins encore beaucoup de chemin à parcourir à la petite structure suisse avant de voir son produit et ses promesses appliquées à des produits que vous pourrez acquérir chez un concessionnaire au coin de la rue.

Morand cherche actuellement un partenaire industriel pour produire plus de ses unités, ainsi que des financements supplémentaires. Quoi qu'il en soit, la promesse est belle et on ne peut qu'espérer qu'elle soit tenue.

En ce moment

⚛️ Le grand bond en avant de la fusion 💣 L'Ukraine loin derrière les lignes russes 🐕 Des chiens errants kamikazes, une journée sur korii.

Et Cætera

⚛️ Le grand bond en avant de la fusion 💣 L'Ukraine loin derrière les lignes russes 🐕 Des chiens errants kamikazes, une journée sur korii.

Quatre articles pour voir le monde d'un autre œil.

En Russie, l'attaque des bombardiers stratégiques du Kremlin par de probables drones ukrainiens

Tech

En Russie, l'attaque des bombardiers stratégiques du Kremlin par de probables drones ukrainiens

Les bases d'Engels-2 et de Riazan auraient été touchées. Un tournant?

Les champs magnétiques sont en train de révolutionner la fusion nucléaire

Tech

Les champs magnétiques sont en train de révolutionner la fusion nucléaire

Des avancées stupéfiantes, et même plus importantes que prévu.